02 juillet 2013

LA NATURE ET LA LOI : ANTIPHON le SOPHISTE

      " A Corinthe il ouvrit un cabinet donnant sur l'agora et fit circuler des prospectus indiquant qu'il était en possession de moyens permettant de guérir les gens affligés de douleurs en recourant au langage, et qu'il suffisait que les malades lui confient les causes de leurs maux pour qu'il les soulageât" ( Pseudo- Plutarque : "vies des dix orateurs").  On lui doit un traité sur la neurasthénie. De plus Antiphon se fit une grande réputation comme "onirocrite", interprête des songes. On est en droit de poser... [Lire la suite]

10 septembre 2012

De la nature et du ça : Groddeck et nous

            Retour sur la question du « ça ». Le problème est quelque peu obscurci par la prégnance, dans la langue, des conceptions psychologiques. On sait que Freud, dans la seconde topique, utilise ce terme de ça pour désigner l’obscur fondement pulsionnel, congénital et inamovible, dont les exigences ne varient guère tout au long de la vie,  déterminant  l’essentiel du caractère individuel. La vie humaine se résume en quelque sorte au conflit entre les pulsions – le ça - et... [Lire la suite]
30 décembre 2011

Le ça, le corps et l'esprit : Groddeck

Si l'on veut mettre fin à la sotte hiérarchie, dont se repaît la tradition, entre l'esprit et le corps, le conscient et l'inconscient, l'adulte et l'enfant, le masculin et le féminin, il n'est qu'un moyen vraiment radical, c'est de poser un principe antérieur et souverain qui englobe également et égalitairement les deux expressions de la non-dualité originaire. C'est ce qu'avait vu Spinoza : une seule substance infinie qui se déploie selon des deux attributs de l'étendue et de la pensée, également infinis. Groddeck pose le ça comme... [Lire la suite]
27 décembre 2011

DE la NON-DUALITE ORIGINAIRE : le ça de Groddeck

Le seul auteur, à ma connaissance, qui ait sérieusement cherché à dépasser le clivage entre le corps et l'esprit, c'est Groddeck. En fait il ne s'agit même pas d'un dépassement, car le dépassement est impossible : si vous commencez par séparer l'âme et le corps, comme fait toute la tradition de Platon à Sartre, il n'est plus moyen de recoudre la plaie, et même la prétendue psychosomatique n'y parviendra pas. La seule solution, et c'est là le génie de Groddeck, c'est de se situer avant la séparation, de poser le principe universel... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 mars 2010

KAIROS : du temps et de l' éternité

Que voilà de graves propos! Il faut parfois revenir à l'inspiration fondamentale, définir avec soin nos fondements et nos projets, mais pas au point de pontifier! L'imagination réclame très vie ses droits, et il vaut lui faire sa part, au risque même de la frivolité. Un air trop sérieux compromet le discours, le tire vers le ridicule. Philosophons certes, mais aussi amusons-nous à nos inclinations et à nos fantaisies. C'est le rêve nocturne, souvent, qui nous rappelle nos devoirs d'éjouissance. J'ai rêve d'une nichée de chiots qui... [Lire la suite]
31 août 2009

POSITION DEPRESSIVE , PATHOLOGIE DEPRESSIVE

Il faut soigneusement distinguer la position dépressive de la pathologie dépressive. La première est une étape nécessaire du développement psychique, la seconde une souffrance durable, parfois définitive, qui signe un échec de l'évolution. Pour autant, dans la pratique, les deux ne sont pas toujours aisées à différencier, dans la mesure où les symptômes sont quasiment les mêmes. Mais au delà des symptômes le clinicien devra être attentif à la différence de structure. C'est Mélanie Klein qui a été la première à diagnostiquer et... [Lire la suite]
29 mai 2009

APPROCHES DE L' INCONSCIENT DYNAMIQUE

La conception freudienne de l'inconscient est essentiellement réactive : l'inconscient est pensé comme une machine à refouler, cliver, ou forclore l'insupportable ( le réel, les pulsions, le fantasme, l'angoisse interne). Il s'agit toujours de maintenir un certain degré interne de "supportabilité" selon le fameux principe de plaisir-déplaisir. D'où cette conception du moi régulateur : pris en tenaille entre les exigences matérielles et sociales du monde externe, les impulsions de l'inconscient pulsionnel (le ça), les... [Lire la suite]
26 mai 2009

De l' IRRESPONSABILITE ETHIQUE

Je lis un peu les philosophes, les vrais, et cela contente aisément mon esprit. Encore faut-il réfléchir tout en se divertissant. Il y a longtemps que les romans ne m'amusent plus, comme si une certaine forme d'imagination ne me convenait guère. La vie est courte et les instants me sont précieux. Je me resserre sur l'essentiel, qui ne se trouve qu'en philosophie et dans quelques poètes, rarissimes au demeurant. Je suis inapte à présent à la lecture systématique. Je me promène plus que je ne lis, feuilletant de ci de là, sans méthode... [Lire la suite]
25 mai 2007

DE lA SANTE

La santé est le premier des biens. Elle était au centre des préoccupations philosophiques des Anciens, avant de devenir une catégorie médicale. Dans l'Antiquité on ne faisait pas ces distinctions universitaires. Voir le délicieux petit ouvrage " Hippocrate: du rire et de la folie."  Ainsi que d'Aristote "L'homme de génie et la mélancolie". Dans Epicure et les Stoïciens pullulent les considérations sur l'hygiène de vie et la médecine. Il n'y a pas longtemps encore les médecins et les psychiatres étaient frottés... [Lire la suite]