20 juillet 2018

De la DEMESURE : ESCHYLE

  Après le désastre de l'armée, que Xerxès avait inconsidérément menée aux abords de la Grèce, la Reine des Perses, en un vaste monologue, médite sur la folie des hommes (Eschyle, les Perses) :      "Des monceaux de morts, en un muet langage, jusqu'à la troisième génération, diront aux regards des hommes que nul mortel ne doit nourrir des pensées au-dessus de sa condition mortelle.      La démesure en mûrissant produit l'épi de l'erreur,      Et la moisson qu'on en lève n'est faite... [Lire la suite]

18 juillet 2018

De la CAUSALITE PSYCHIQUE : ESCHYLE

  Voici un autre passage de l'"Agamemnon" d'Eschyle où le Choeur, à nouveau, nous livre le fruit de ses méditations : "A l'écart des autres, je reste seul et pense : Non, c'est l'acte impie qui en enfante d'autres, pareils au père dont ils sont nés ; car, aux foyers de justice, la prospérité n'a que de beaux enfants, toujours. Mais toujours, en revanche, la demesure ancienne, chez les méchants, fait naître une démesure neuve, tôt ou tard, quand est venu le jour marqué pour une naissance nouvelle".   C'est le ressort de... [Lire la suite]
17 juillet 2018

SOUFFRIR POUR COMPRENDRE : ESCHYLE

  Paroles du Choeur dans l'"Agamemnon" d'Eschyle : "L'homme qui, de toute son âme, célèbrera le nom triomphant de Zeus aura la sagesse suprême. Il a ouvert aux hommes les voies de la prudence, en leur donnant pour loi : "Souffrir pour comprendre". Quand, en plein sommeil, sous le regard du coeur, suinte le douloureux remords, la sagesse en eux, malgré eux, pénètre. Et c'est bien là, je crois, violence bienfaisante des dieux assis à la barre céleste". Souffrir pour comprendre. Il est vrai sans doute que celui qui dispose de... [Lire la suite]
20 mars 2012

Du FONDEMENT de la TRAGEDIE

  Depuis Aristote il est convenu d’estimer la terreur et la pitié comme fondements émotionnels de la tragédie. Terreur devant la catastrophe inévitable, pitié pour le héros, agent et victime de la catastrophe. Cela se vérifie parfaitement, à lire les Tragiques. Mais il me semble qu’il y a autre chose, de plus fondamental. Terreur et pitié sont des phénomènes suscités par le « drame », l’action, au sens étymologique, par exemple, dans l’« Iphigénie à Aulis » d’Euripide, la sinistre machination d’Agamemnon qui... [Lire la suite]