04 mai 2019

Le POINT de VUE ABSOLU

  Pyrrhon et le Chan : le point de vue absolu à partir duquel on peut juger et disqualifier tous les autres. Absolu au sens strict : détaché, sans rapport, indépendant. A l'égard de toutes les doctrines en usage, des points de vue partiels et généraux, des conventions de langage et de conduite, des normes et des valeurs, des savoirs et des pouvoirs. Qui accède à cette universelle vacuité se délivre des attachements et des adhésions. Il va comme le vent que rien ne peut fixer, indépendant comme le vent. Les autres théories... [Lire la suite]

14 février 2019

Le PROBLEME du NATURALISME

  Parler, comme faisait Deleuze, de "Naturalisme" au sujet d'Epicure et de Lucrèce, est encore une approximation. Il se proposait de construire une machine de guerre contre les puissances de manipulation, idéologie et religion, qui édifient des superstitions, littéralement des constructions en surplomb, pour asseoir le contrôle par la peur et la culpabilité. Revenir à la nature, observer les lois de nature et vivre selon les lois de nature serait une efficace entreprise de desintoxication et fournirait un programme général de... [Lire la suite]
12 février 2019

Contre la TRISTESSE : Deleuze

  "A qui demande  :  "à quoi sert la philosophie ? ", il faut répondre : qui d'autre a intérêt ne serait-ce qu'à dresser l'image d'un homme libre, à dénoncer toutes les forces qui ont besoin du mythe et du trouble de l'âme pour asseoir leur puissance ?" - Gilles Deleuze, Logique du Sens, appendice sur Lucrèce, p 322 Et plus loin, page 323 : "Une des constantes les plus profondes du Naturalisme est de dénoncer tout ce qui est tristesse, tout ce qui est cause de tristesse, tout ce qui a besoin de la tristesse pour... [Lire la suite]
04 février 2019

De la "MEDECINE" EPICURIENNE, et du VIDE

  Pour Epicure la philosophie devait se constituer comme une médecine de l'âme, une psychi-atrie, parallèle à la médecine du corps. C'est par là qu'elle peut légitimement prétendre à l'utilité. Et hors de quoi elle risque de n'être que verbiage. Cette médecine de l'âme s'affronte à un fait massif, la crainte, qui ruine le bonheur autant que la santé : crainte sans fondement réel, et qui va se donner des objets fantasmatiques (les dieux, la mort) à défaut de porter sur des objets réels. La thérapeutique consiste alors à déminer... [Lire la suite]
12 novembre 2018

Du TEMPS selon EPICURE

    Sextus écrit que pour Epicure le temps est "l'accident des accidents". Certains traduisent assez paresseusement : le symptôme des symptômes. Mais cette traduction est absurde, car aujourd'hui le mot symptôme évoque irrésistiblement la maladie, dont le symptôme est le signe répérable. "Symptoma" est d'abord ce qui tombe (pipto) et qui tombe ensemble (sum). A partir du latin " cadere" nous avons en français une riche série de termes qui évoquent assez bien ce mouvement de chute : cadence, chéance, échéance, chance,... [Lire la suite]
20 septembre 2018

EPICURE et PYRRHON

  Le point faible, selon moi, de la théorie épicurienne de la connaissance, réside dans l'affirmation, donnée sans preuve, que la sensation est en conformité avec la chose elle-même. Je ne conteste pas que la sensation soit vraie, cela je l'entends bien et l'accepte, mais d'une vérité purement phénoménale : la sensation est vraie en ce qu'elle affecte le corps, en plaisir ou douleur, et cela est incontestable. Pour autant on ne peut conclure qu'elle rende compte de la réalité de l'objet. Elle ne dit pas ce qu'il y a, elle dit... [Lire la suite]

14 septembre 2018

ANATOMIE de la CROYANCE

              La fumée de tabac contient plus de soixante dix substances cancérigènes           L'Eglise apostolique et romaine           Héberge impunément des prêtres pédophiles par centaines,           Des centaines de vies brisées,           On aurait pu croire que sur l'heure églises, chapelles et monastères           Fussent désertés, abandonnés,    ... [Lire la suite]
12 septembre 2018

AUTOPSIE de la MORT

               "La mort ne nous fait rien. Ce qui est décomposé ne sent point, et ce qui ne                                                 sent point ne nous fait rien". Epicure SV 2     Réduction analytique : dégrossir les représentations inspirées par la crainte - crainte des dieux, crainte de la mort - mais aussi des autres craintes plus diffuses, tapies... [Lire la suite]
11 septembre 2018

PHANTASIA : présentation imageante

  Vous êtes allongé sur votre couche, somnolent à demi, sentant confusément une présence à votre côté. Vous laissez aller votre bras, et voici que la main touche une surface tiède, douce, arrondie, souple au toucher, agréable et délicate. Votre main est comme remplie de présence, attentive et réceptive, et c'est comme si, d'un même mouvement, la main qui touche et l'épaule touchée s'épousaient ensemble dans la qualité indicible du contact : c'est la "phantasia", pas exactement une image, bien avant l'image, je dirai : la... [Lire la suite]
10 septembre 2018

APOLOGIE du TOUCHER : LUCRECE et EPICURE

              "Le toucher, ô sainte puissance des dieux, le toucher             Est le sens suprême du corps, soit qu'une chose s'y glisse             De l'extérieur, soit qu'un élément interne le blesse                  Ou le réjouisse en sortant par l'acte fécond de Venus,             Soit qu'après un choc, troublés dans le corps même,      ... [Lire la suite]