22 juin 2012

MOURIR sans PERIR : Lao-Tseu K-958

          « Mourir sans périr c’est la Longue Vie ». Comment entendre cette énigme de Lao-Tseu ? On sait que les Taoïstes ont forgé cette notion de Longue Vie, dont le sens nous échappe encore. Parfois ils parlent même des Immortels, ces figures emblématiques de la sagesse. Mais je ne crois pas que cette notion d’immortalité soit à prendre au pied de la lettre. Ce n’est pas le sujet individuel qui accède à l’immortalité, ce qui serait absurde, mais une certaine qualité de vie, une... [Lire la suite]

07 février 2012

Esquisse d'une THEORIE CORPUSCULAIRE: EMPEDOCLE (14)

  A la croisée des chemins Empédocle semble hésiter entre l’ancienne sagesse incarnée jusqu’à lui par  Thalès, Anaximandre, Héraclite,  Parménide et Pythagore, et une conception nouvelle, de type rationnel, qui se propose l’élucidation du monde par une observation plus serrée du sensible. Suivant cette seconde veine nous poserons ici l’hypothèse suivante : Empédocle énonce  pour la première fois une théorie corpusculaire dans le domaine de la Physis. Pour la commodité de l’exposition nous distinguerons... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 février 2012

ELOGE d' APHRODITE : EMPEDOCLE (13)

« Elle, regarde la avec ta pensée, ne reste pas là les yeux éblouis, Elle qu’honorent les hommes plantés dans leurs jointures ; Par elle ils méditent l’amour, ils accomplissent les œuvres qui joignent, L’appelant de son nom de Joyeuse et d’Aphrodite. Personne ne l’a reconnue comme elle tournoie dans les yeux ; Pas un mortel… »   Empédocle, dans les vers précédents, énonçait la loi générale du Tout, qui, dans des bornes infrangibles (peirata), se disloque en multiplicité et se réunit en mesure dans l’Un.... [Lire la suite]
23 décembre 2011

VIES ANTERIEURES : EMPEDOCLE (11)

Evoquant ses existences antérieures Empédocle écrit :           "Car moi je fus déjà garçon et fille            Et plante et oiseau et poisson qui trouve son chemin hors de la mer..." . Plus loin il évoque le malheur, le "pays sans joie" :            "J'ai pleuré et poussé des cris en voyant le lieu étranger". Comment entendre ces paroles? Comment ne pas songer à Bouddha évoquant avec la plus grande précision ses incarnations précédentes? Notre... [Lire la suite]
14 novembre 2011

De la CONSTANTE ANTHROPLOGIQUE - et du "PROGRES"

                                                                       X                                                    DE LA CONSTANTE ANTHROPOLOGIQUE       Voilà belle lurette que l'idéologie du... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 août 2011

La MEDECINE de LUCRECE

Quand les médecins veulent donner aux enfants L'absinthe répugnante, auparavant ils enduisent Les bords de la coupe d'un miel doux et blond Pour que cet âge étourdi, tout au plaisir des lèvres, Avale en même temps l'amère gorgée d'absinthe Et loin d'être  perdu par cette duperie, Se recrée au contraire une bonne santé". (Lucrèce, De natura rerum, IV, 6 à 12 ; trad Kany-Turpin).        La préoccupation thérapeutique est au coeur de l'épicurisme, en constitue la raison d'être : philosopher pour... [Lire la suite]

19 août 2011

Le MENSONGE du MIROIR : pluralisme

Depuis quelques jours je me pose une question étrange, si saugrenue qu'elle me fait douter moi-même de mon bon sens. Nous disons "mon corps" comme s'il allait de soi qu'il fût nôtre, et plus encore qu'il soit bien "un", essentiellement, indiscutablement. Il est vrai que le miroir, où l'on va se réasssurer chaque matin sur son intégrité personnelle, nous offre, à première vue, la séduisante impression de l'unité. C'est bien un corps que je vois, et dont je ne doute pas un instant qu'il soit "moi" en personne, en chair et en os, et nul... [Lire la suite]
01 juillet 2011

PHILIA : AMOUR ou DESIR ?

"Amour les tient unis dans le cercle enchanté!" Cela pourrait être une maxime d'Empédocle qui estimait que le semblable attire le semblable. Nous voulons, nous Modernes, que l'amour s'édifie sur le désir, le parachève dans le dépassement. Mais ce n'est là qu'un voeu, et la réalité démontre abondamment le contraire. Peut-être bien que le désir et l'amour sont parfaitement exclusifs l'un de l'autre. Le désir est mouvement vers l'autre, attrait de l'altérité, fascination de la différence. L'amour est extension de soi dans la continuité... [Lire la suite]
03 juin 2011

De la DISTINCTION de l'AME et du CORPS

La pensée occidentale est plombée par la distinction funeste de l'âme et du corps. Ce dualisme est à la fois radical et injustifié. C'est là l'oeuvre fatale de l'idéalisme, poursuivie et approfondie par la tradition chrétienne. Qu'il est doux de visiter les traités de la Chine ancienne qui ne pense pas dans cette ornière, et qui d'emblée pose l'unité de l'être vivant, animal ou humain! "Nourir sa vie" disent-ils, et la vie c'est ici la globalité des processus et des fonctions vitales, organiques, physiologiques, et psychologiques,... [Lire la suite]
13 mai 2011

ETERNITE du CERCLE : du SPHAIROS, et d' EMPEDOCLE

« Elle est retrouvée Quoi? L’éternité. C’est la mer allée Avec le soleil ». (Rimbaud) Le cercle de vie se referme, mais la vie continue. Paradoxe de la durée. Chronos était là avant, il est pendant, et après. Rien ne l’arrête, rien ne l’arrêtera. Pourtant, dans cette conscience paisible de l’achèvement, quelque chose persiste en dépit du temps. Et si le corps, et si la conscience avec lui, va à la mort, une autre conscience, qui est à la fois elle-même et une autre, différant d’avec elle-même, gagne secrètement une demeure... [Lire la suite]