24 novembre 2010

Les MASQUES du PHILOSOPHE

"Cache ta vie" (Epicure) ; '"Je m'avance masqué"(Descartes) ; "Prends garde à toi" (Spinoza) - précautions indispensables à qui s'est voué à la liberté de penser. Nietzsche rendra compte, comme toujours avec finesse, de cette nécessité vitale, en expliquant que de toujours le philosophe a porté un masque, le mieux adapté à l'époque où il vit, de manière à dire, sous le déguisement adéquat aux canons de son temps, ce que l'époque peut tolérer, tout en y introduisant la dose de vérité nouvelle qui justifie son entreprise. On pourrait... [Lire la suite]

01 octobre 2010

La GAIETE et la JOIE

La gaieté est une heureuse disposition de nature, plaisante et enjouée, qui donne verdeur et vivacité à nos humeurs, à notre physionomie même, et à nos propos. La gaieté ensoleille et rayonne. Elle répand de la grâce, dissipe sans effort les brumes de l'âme, restaure le goût de vivre à celui qu'elle touche de sa lumière. Elle communique la joie, redresse et encourage. Heureux celui qui en a hérité de naissance, si de gentilles fées ont répandu leurs fleurs sur le berceau! La gaieté ne s'apprend pas, ne s'enseigne pas. Tout au plus... [Lire la suite]
26 août 2010

APPROXIMATIONS du REEL : la danse du multiple

Je m'efforce, dans ces récents articles, d'élaborer de nouveaux rapports entre les divers domaines de la vie et du savoir - métaphysique, scientifique, éthique, géopolitique et artistique -à partir d'une unique source, l'intuition fondamentale de la vérité tragique. Vérité sans concession, vérité de l'Ab-sens, de l'indifférence absolue du réel. Vérité perpétuellement déniée, refusée, expurgée, forclose dans les discours sur l'Etre, dans les représentations communes, et dans les savantes constructions de la science et de la... [Lire la suite]
22 avril 2010

SINGULARITE et IDIOSYNCRASIE

Idios : qui appartient en propre à quelqu'un ou à quelque chose. Qui a un caractère ou une nature à soi -  d'où : séparé, distinct, particulier. Idiotès : propriété ou nature particulière. Idiosyncrasie : Terme de médecine. Disposition qui fait que chaque individu ressent d'une façon qui lui est propre les influences des divers agents. Ainsi - bonne nouvelle - nous sommes tous, peu ou prou, des idiots! Mais dans un sens bien différent de ce qui se dit, et fort positivement! Idiots du monde entier, donnons-nous la main! ... [Lire la suite]
21 janvier 2010

HERACLITE, les DIEUX et le DIEU

Dans la vie et l’œuvre d’Héraclite on peut relever la référence à cinq divinités du panthéon traditionnel. Artémis d’abord, qui honorait Ephèse d’un temple célèbre, où Héraclite, selon Diogène Laerce, aimait jouer aux osselets avec les enfants, dédaignant la politique et les mœurs de sa ville natale. C’est à Artémis qu’il remet son grand œuvre avant de mourir, confiant à la déesse le soin de sa pensée pour l’éternité. Artémis est la soeur jumelle d’Apollon, ce qui inscrit en toute clarté la pensée... [Lire la suite]
09 décembre 2009

TEXTES sur DIONYSOS et APOLLON : une suite

Pour la jubilation (je l'espère) de mes lecteurs, et de mes auditeurs de l'UTLA que je remercie de leur constance et de leur appétence philosophique, je donne ici quelques textes écrits sous peu, en toute gratuité, mais qui entrent en résonance avec les cours du mardi. Ce sont là farcissures et envolées inspirées par les deux grandes divinités de la sagesse, et qui ne sauraient prétendre à l'exhaustivité, ni à l'objectivité historique. Mais il est de première importance de se donner corps et âme à la "vérité", entendue... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

07 décembre 2009

Des DIEUX ANTIQUES

A me replonger dans les origines de la sagesse grecque je suis stupéfait de la férocité de ces dieux antiques, de leur incroyable liberté de moeurs, de leur spontanéité pulsionnelle, de l'amoralité fonciède de leur conduite. Même Zeus, suppposé faire règner un ordre juste, se comporte avec la dernière légèreté, engrossant à tire larigo, violentant, vilipendant sans vergogne, toujours prompt à se venger comme le dernier des afficionados. Quant à Dionysos, voyez le tableau édifiant qu'en fait Euripide dans les "Bacchantes". Et... [Lire la suite]
22 juin 2009

LECONS D' INSOMNIE

Dionysos était présent, l'autre soir, invisible mais présent. Dans les bosquets touffus et fleuris, sous la lune espiègle et rêveuse, et dans les chants, et dans le coeurs. Ce fut une belle fête! Je me crus un instant dans les jardins d'Athènes pour les grandes Dionysies, en plein été, alors que de toute part montait le vaste chant de la terre, des vignes et du vin. Ne manquait à ma joie que le bouzouki pour parfaire une bienheureuse illusion, et l'ivresse des femmes courant en tous sens pour éveiller, stimuler le désir assoupi. La... [Lire la suite]
11 juin 2009

NOUVELLE APPROCHE DE L' INCONSCIENT

Je cherche ces temps-ci une nouvelle approche de l'inconscient, loin des théories classiques dont la fécondité me semble  discutable. J'ai énoncé, dans les articles précédents, une série assez élaborée de critiques sur lesquelles il ne me semble plus nécessaire de revenir. Que le lecteur curieux veuille bien éplucher ces récentes tentatives et en juger par lui-même. C'est l'expérience qui me conduit, non la pure spéculation. J'ai simplement remarqué que la pratique analytique s'éternisait dans une stérile répétition. Et mon... [Lire la suite]
16 mars 2009

HEDONISME et ANHEDONIE

L'eudémonisme est la philosophie du bonheur. L'hédonisme la philosophie du plaisir. On a tort de confondre les deux, et notamment de considérer l'épicurisme comme une recherche aveugle, instinctive et animale des plaisirs, notamment physiques. Le plaisir épicurien est toujours mesuré, calculé dans une sorte de mathématique des douleurs et des plaisirs, dont la fin ultime n'est pas la débauche physiologique, mais l'harmonie du corps et de l'esprit : aponie, absence de douleurs pour le corps, ataraxie : absence de troubles de l'âme.... [Lire la suite]