10 mars 2017

De la HONTE : Diogène psychanalyste ?

  Les cyniques de l'Antiquité seraient-ils les premiers psychanalystes d'Occident ? Si l'on veut bien mettre de côté leur histrionisme échevelé, il reste quelque chose de fondamental, que l'on n'aperçoit pas au premier regard : une critique de la socialisation comme aliénation de principe. La cheville ouvrière de ce processus mortifère c'est la honte. C'est par là que l'enfant, qui, jusque là vivait son corps comme une évidence sensible, immédiate et bienheureuse à la manière de l'animal dépourvu de jugement réflexif, découvre,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:01 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 février 2017

AUTARCHEIA et APATHEIA : DIOGENE le CHIEN

  Poursuivant mes lectures exégétiques sur le Kunisme, je lis ceci (DL, VI, 38) :                  "Sans cité, sans maison, privé de patrie                  Mendiant, vagabond, vivant au jour le jour" - telle pourrait-être la devise de Diogène et de ses successeurs. Mais le but de tout ceci ? L'Autarcheia, la vertu de se gouverner soi-même par soi-même, sans dépendre du dehors, ou du moins le moins possible : donc réduire ses besoins,... [Lire la suite]
13 février 2017

DIOGENE : L' HEROISME ETHIQUE

  "Il louait les gens qui, sur le point de se marier, ne se mariaient pas ; qui sur le point de faire une traversée, ne la faisaient point ; qui, sur le point de s'occuper de politique, ne s'en occupaient point, et d'élever des enfants n'en élevaient point ; il louait également ceux qui s'apprêtaient à vivre dans la compagnie des princes et qui ne s'en approchaient point" (DL, VI, 29) La beauté de ce passage tient à une tension extrême entre le désir et le renoncement. Tout près de céder aux élancements de la passion, le sujet... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 mars 2016

DIVAGATION

  J'aimerais assez me débarrasser d'une certaine lourdeur qui me colle à la peau, pour me jeter tout cru dans les associations verbales les plus fantaisistes. Il faut apprendre à oublier. A éliminer ce qui pèse, ce qui sent son cuistre. Enterrer le professeur, l'érudit, le magister. Poétiser. La bonne philosophie est celle qui n'est pas reconnaissable à son costume, mais qui vit dans les tripes et le coeur, insensible à l'ignorant, inapparente et agissante. Elle dédaignera de se nommer, de se clamer et de parader car elle est... [Lire la suite]
10 février 2011

De la SUBVERSION : DIOGENE contre PLATON

Diogène aura été le philosophe qui a inventé un nouveau Personnage Anticonceptuel, figure plutôt rare dans le champ philosophique, en élevant le FAUSSAIRE à la dignité paradoxale du Sage. Son projet, il le clame très haut, est de renverser le faux ordre en cours en "falsifiant la monnaie". "Nomisma" c'est à la fois la monnaie, et la coutume. Subversion radicale qui vise à ruiner tous les fondements de l'échange social, matériels et symboliques. C'est que la monnaie en usage est déjà de la fausse monnaie, qui... [Lire la suite]
06 octobre 2010

La QUESTION KUNIQUE : NATURE et CULTURE

Le Kunique pose une question redoutable : que valent nos coutumes, nos institutions, notre morale fondées sur l'interdit? On sait que Diogène le Chien aboyait, crachait, pissait sans retenue contre les usages des Athéniens, vilipendant les fausses valeurs qui présidaient à leur style de vie. Mais ce serait une erreur de n'y voir qu'une condamation morale du vice et de la facilité. Diogène n'est pas un prêcheur parmi d'autres, une sorte de Rousseau attique échevelé, hirsute et déchaîné, asocial et pervers, qui relèverait plus de... [Lire la suite]

27 mai 2010

Kunisme

Kunisme, c'est la traduction du grec kunismos : "canin". de kuon, le chien. Cette expression de "kunisme" a été forgée comme attribut de Diogène, dit le Chien, en raison de son comportement aboyant, fantasque et provocateur. On dit d'habitude "cynique" mais ce terme a été détourné de son sens philosophique. A juste titre le cynisme a mauvaise presse en ce qu'il désigne une attitude immorale de froideur impitoyable devant la malheur d'autrui, voir de complaisance esthétique à ce malheur. La politique... [Lire la suite]
23 avril 2010

Du BONHEUR ANIMAL, et de l'HOMME

Provocation, ou intuition géniale? Les Kuniques, et Diogène le Chien au premier chef, nous donnent l'animal en exemple de vie éthique, vantant son indéfectible sérénité, son équilible et son parfait bonheur. Ils ne manquent jamais d'occasion pour vilipender l'état misérable de l'homme, réduit à se compromettre aux lois artificielles de la Cité, y perdant son âme, son génie et son intelligence. Le vrai Zeus n'est pas au temple, mais dans le vent, la montagne, la lumière. Il préside aux vrais équlibres, assurant à tout ce qui vit les... [Lire la suite]
15 avril 2010

LECONS de l'ECLAIR : A-TOPIE et A-CHRONIE

La vie sociale nous condamne au semblant, à la posture, et à l'imposture, ce redoublement histrionique de la posture. Vouloir vivre en vérité relève d'une sorte de psychose blanche, nous exposant au dénuement extrême, et finalement au vide catastrophique. Diogène le Chien fit le pari de la véracité, mais on ne peut s'empêcher de penser qu'il se glissait je ne sais quelle affectation jouissive dans ses provocations, ses aboiements et ses pitreries de scandale. Voulant le vrai, ne se réclamant que du vrai, et en face d'Alexandre... [Lire la suite]
18 décembre 2009

Du REEL en PSYCHANALYSE

Il n'est plus guère intéresant de faire aujourd'hui le procès de la psychanalyse. Trop d'échecs, de dépressions récurrentes en signent la relative déconvenue. Il est loin le temps où Freud et ses disciples pensaient revolutionner  la conscience collective, et générer d'authentiques guérisons. Sans doute la psychanalyse n'est-elle pas vraiment une thérapie. Plutôt une exploration. Voire un chemin de connaissance. Dans un ouvrage important Serge Leclaire se proposait de "démasquer le réel". Qu'est-ce à dire? Par delà... [Lire la suite]