28 mai 2018

LIBERTE ? - méditation

    Ce que nous appelons liberté n'est peut-être qu'un balbutiement entre deux silences, vibrant au bord de la faille, inquiétante et féconde, d'où s'origine toute vie. La faille c'est Chaos : ouverture infinie sans fond et sans bord, impensable, nuit profonde que rien ne peut présentifier, espace borgne d'où naissent les images et les rêves. C'est ce que nous ne connaîtrons jamais, qui nous hante dans la vastitude du sommeil, et que nous retrouvons dans la mort silencieuse. Dans la vie consciente cette référence... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 février 2018

DESCENDRE dans l' ANTIQUE CHAOS

  Un ami cher me communique cette phrase de Wittgenstein, qui m'interpelle fortement : "Quand on philosophe il faut descendre dans l'antique Chaos et se trouver bien là". Je voudrais analyser lucidement ce que cette idée provoque en moi : de la séduction, et de la terreur. Séduction, en ce que cette idée est éminemment juste, car, qui, en dehors du philosophe, peut envisager de se risquer dans ces abysses-là ? Déjà Démocrite avait donné le ton : "La vérité est dans l'abîme". L'abîme de Démocrite est-il identique au Chaos ?... [Lire la suite]
22 février 2018

DESCENDRE dans l'ANTIQUE CHAOS (2)

  C'est une question que me pose le même ami d'hier : pourquoi le Chaos intérieur serait-il si périlleux ? Ne peut-on envisager que, tout au contraire, descendre dans les profondeurs apporte sérénité, paix, sentiment d'existence et de continuité ? N'est-ce pas là le bienfait de la relaxation, voire de la méditation ? Et j'avouerai sans peine que j'ai bien connus de tels états, que je les connais encore, qu'il me suffit bien souvent de m'asseoir sur un banc, et, toutes affaires cessantes, de me laisser voguer et flotter pour... [Lire la suite]
21 février 2018

DESCENDRE dans l'ANTIQUE CHAOS (3)

  Encore un mot sur la phrase de Wittgenstein: "descendre dans l'antique Chaos...". Pourquoi antique ? N'est-il pas de tous les temps, d'avant le temps, et d'après ? Mais selon la structure native de notre esprit nous ne pouvons le penser qu' "antique". Et puis ce sont les Grecs qui l'ont posé avec une netteté imparable à l'origine du monde, des dieux et des hommes. "Au début était Chaos...". Les dieux vinrent bien plus tard, issus d'obscures copulations des premiers principes. Et bien plus tard, enfin, l'ordre établi par Zeus,... [Lire la suite]
04 août 2017

AUTOPORTRAIT IV (16 à fin)

                                   16              Je voudrais inventer des mots nouveaux         Légers, comme des pas de danse         Des mots, comme des roses         A déposer sur le front de l’aimée         Doux comme des... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 août 2015

PUBLICATION : DE LA FAILLE ET DE LA VERITE - essais philophiques

                                                         DE LA FAILLE et DE LA VERITE                          PHILOSOPHER DANS LE VORTEX                                                ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 05:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 mai 2010

De l'ORIGINAIRE (III)

Au début était Chaos, la Béance. Ne demandez pas béance dans quoi? Ici la logique n'est pas de mise. Le récit généalogique n'est pas temporel bien qu'il doive, par la nature même du langage, emprunter la forme grammaticale de l'imparfait :"Il était une fois". Chacun sait bien, pour avoir été enfant, que ce temps-là est hors du temps, ou d'avant le temps, et toujours encore dans un temps virtuel, jamais épuisé. "Au début était la Béance, ou Hiatus, ou Chaos, ou "la femelle obscure" de Lao-Tseu. La béance est de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 novembre 2009

ALETHEIA : de la VERITE

Heidegger interprète ALETHEIA comme dévoilement. Oubli de l'Etre, et pressentiment de l'Etre à travers les voiles de l'étant. Je dirais plutôt : oubli du Chaos, dans nos confortables représentations, nos images, nos conventions et nos "soucis". A-lètheia c'est la fulguration, dans l'expérience de la brèche, d'une non-représentativité de fonds, d'une énigme impensable. L'Apeiron à l'arriére-plan, qui soudain fait irruption dans l'intuition que toute présence se donne à voir et à penser sur fond de chaos. Cette intuition... [Lire la suite]
08 juin 2007

PHILOSOPHIE du BORDERLINE : Livre II, Chapitre quatre

                                          LIVRE DEUX                                    CHAPITRE QUATRE                            DE LA VIOLENCE FONDAMENTALE                              ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,