25 mars 2019

Un MAITRE de LUCIDITE : BOUDDHA

  Il y a bien des années j'avais découvert la pensée de Bouddha dans l'édition de Karl Jaspers "Les grands philosophes". Ce fut un éblouissement. Tout ce que je pressentais vaguement sans pouvoir me le formuler à moi-même, la mobilité universelle, l'impermanence, l'absence de tout point fixe, l'insubstantialité radicale, tout cela m'était pour ainsi dire offert, les fleurs de Bouddha, délicieuses et délectables. Et par je ne sais quelle subtile accointance ces fleurs inestimables venaient se mêler à cet autre bouquet du grand... [Lire la suite]

02 février 2019

De l' IDENTIFICATION IV : Leçon de DESIDENTIFICATION

  Dans un de ses discours, le plus redoutable peut-être, intitulé "La cause originelle", Bouddha expose les diverses étapes d'une totale et radicale désidentification. Le but de la démonstration est clair : l'homme s'attache à toutes sortes de représentations, s'identifie à elles pour y fonder son existence subjective, s'y maintenir dans l'être, quels qu'en soient par ailleurs les souffrances et les déboires. Seul celui qui est passé par le "grand dégoût", qui a mesuré la puissance de l'illusion et brisé les chaînes de... [Lire la suite]
04 décembre 2018

De la CONSCIENCE PERSONNELLE et TRANSPERSONNELLE

  Un commentateur objecte à un précédent article, où j'exposais l'idée que la mort est une annihilation complète, qu'il est possible  de considérer le décès comme un changement d'état plutôt qu'une annihilation. Ma réaction immédiate est de dire que le seul changement d'état constatable et incontestable est le cadavre. Mais mon cadavre n'est pas moi : c'est une décomposition qui ramène le corps à l'ordre implacable et anonyme de la nature. On me dira sans doute : l'homme n'est pas seulement un corps et l'on peut imaginer... [Lire la suite]
24 octobre 2018

PARADOXE du DIRE

    Le matin quelquefois m'apporte ses chances et ses incertitudes. C'est presque plus que je n'en peux supporter. Un vide saisissant, comme si le vide avait émigré à la surface des choses. J'en suis presque tétanisé, comme figé dans la mutité. Je mesure combien les mots et tout l'arsenal de la pensée nous écartent de la sensation vraie : j'en titube presque. Est-il encore bien nécessaire d'écrire ? Je comprends mieux pourquoi Pyrrhon n'a rien écrit, ni Bouddha. Sans doute ont-ils voulu éviter de figer quoi que ce soit :... [Lire la suite]
07 mai 2018

DE l'INSUBSTANTIALITE : les quatre modes

    De la substantialité, et de son opposé, on peut décrire quatre modes : Pour le premier, les objets du monde et le moi lui-même sont substantiels. C'est la position spontanée de l'Occidental, renforcée par les traditions religieuses qui ne mettent pas en doute la réalité objective (matérielle) du monde physique, pas plus que la réalité du moi, ou de l'âme, conçues comme substance immatérielle certes, mais personnelle, constante et éternelle. La philosophie dominante insiste sur l'autonomie du sujet : "je suis,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
01 septembre 2017

MEDITATION : "entrer dans son cercueil"

  Taisen Deshimaru, promoteur du Bouddhisme Soto en France, disait que "méditer c'est entrer dans son cercueil". La formule est un peu raide, mais elle ne manque ni d'allant ni de vérité. Il ne s'agit pas de faire le mort, ou de jouer au fantôme, mais de considérer les choses d'un point de vue très particulier, qui allie subtilement la vie et la mort, enfin reliées dans leur rapport essentiel. Précisons que les Orientaux considèrent la mort autrement que nous : non pas comme le terme final de l'existence, mais comme une doublure... [Lire la suite]

07 juin 2017

SEUL FACE AUX DIEUX : Epicure et Bouddha

  Sur la question de l'existence ou de la non-existence des dieux, je vois trois attitudes possibles : y croire, s'y opposer, ou alors, fort élégamment, déclarer qu'on ne sait pas, et qu'au fond la question est sans grand intérêt. Epicure s'est rendu célèbre, entre autres choses, par une attitude fort cavalière à cet égard, en propulsant les dieux dans l'éloignement incommensurable des intermondes, où ils jouissent, c'est évident, de la vie bienheureuse et incorruptible, sans se soucier une seconde de ces hommes qui les... [Lire la suite]
24 mars 2017

De la VERITE comme REFUGE : Bouddha

    "Chacun de vous, devenez votre propre île, devenez votre propre refuge. Faites de la vérité votre île, faites de la vérité votre refuge. Il n'y a pas d'autre refuge". (Bouddha, Maha-parinibbâna Suttanta) "Dans ce corps même, long de quelques coudées, contenant l'esprit et ses perceptions, je fais connaître l'univers, son origine, sa cessation et le moyen menant à sa cessation". (Rohitassa Sutta) On peut comparer cette dernière citation avec la maxime delphique : "Connais toi toi-même et tu connaîtras l'univers et les... [Lire la suite]
20 mars 2017

De l' ANACHORETE

  Le hasard d'une consonance a fait se lever en moi, à nouveau, le souvenir de cet Arbogast - l'hôte des arbres - plus tard devenu Saint Arbogast, un ermite médiéval qui habitait à quelque distance de la ville de mon enfance, en peine forêt, au pied d'un arbre millénaire dont il ne reste plus guère que quelques armatures délabrées, non loin d'un modeste cours d'eau. C'est là, retiré de tout, qu'il a vécu de longues années, dans la prière et la méditation. Je l'imagine parler aux oiseaux, nourrir des biches - car il fallait bien... [Lire la suite]
03 mars 2017

Des MAITRES

  Je n'ai pas de maître. Depuis longtemps je me suis entouré de philosophes et de poètes, presque tous décédés, dont je me sens l'ami, mais qui ne peuvent évidemment répondre à ce don d'amitié. Ce qui en fait une amitié à sens unique, très étrangère au principe d'amitié qui suppose la réciprocité, et, en sus, une certaine égalité. Je sais qu'il existe certaines associations, comme "Les amis de Montaigne" et autres, mais je n'ai jamais, sérieusement, envisagé d'en faire partie. Mon amitié est toute particulière et privée, et... [Lire la suite]