07 mai 2018

DE l'INSUBSTANTIALITE : les quatre modes

    De la substantialité, et de son opposé, on peut décrire quatre modes : Pour le premier, les objets du monde et le moi lui-même sont substantiels. C'est la position spontanée de l'Occidental, renforcée par les traditions religieuses qui ne mettent pas en doute la réalité objective (matérielle) du monde physique, pas plus que la réalité du moi, ou de l'âme, conçues comme substance immatérielle certes, mais personnelle, constante et éternelle. La philosophie dominante insiste sur l'autonomie du sujet : "je suis,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 septembre 2017

MEDITATION : "entrer dans son cercueil"

  Taisen Deshimaru, promoteur du Bouddhisme Soto en France, disait que "méditer c'est entrer dans son cercueil". La formule est un peu raide, mais elle ne manque ni d'allant ni de vérité. Il ne s'agit pas de faire le mort, ou de jouer au fantôme, mais de considérer les choses d'un point de vue très particulier, qui allie subtilement la vie et la mort, enfin reliées dans leur rapport essentiel. Précisons que les Orientaux considèrent la mort autrement que nous : non pas comme le terme final de l'existence, mais comme une doublure... [Lire la suite]
07 juin 2017

SEUL FACE AUX DIEUX : Epicure et Bouddha

  Sur la question de l'existence ou de la non-existence des dieux, je vois trois attitudes possibles : y croire, s'y opposer, ou alors, fort élégamment, déclarer qu'on ne sait pas, et qu'au fond la question est sans grand intérêt. Epicure s'est rendu célèbre, entre autres choses, par une attitude fort cavalière à cet égard, en propulsant les dieux dans l'éloignement incommensurable des intermondes, où ils jouissent, c'est évident, de la vie bienheureuse et incorruptible, sans se soucier une seconde de ces hommes qui les... [Lire la suite]
24 mars 2017

De la VERITE comme REFUGE : Bouddha

    "Chacun de vous, devenez votre propre île, devenez votre propre refuge. Faites de la vérité votre île, faites de la vérité votre refuge. Il n'y a pas d'autre refuge". (Bouddha, Maha-parinibbâna Suttanta) "Dans ce corps même, long de quelques coudées, contenant l'esprit et ses perceptions, je fais connaître l'univers, son origine, sa cessation et le moyen menant à sa cessation". (Rohitassa Sutta) On peut comparer cette dernière citation avec la maxime delphique : "Connais toi toi-même et tu connaîtras l'univers et les... [Lire la suite]
20 mars 2017

De l' ANACHORETE

  Le hasard d'une consonance a fait se lever en moi, à nouveau, le souvenir de cet Arbogast - l'hôte des arbres - plus tard devenu Saint Arbogast, un ermite médiéval qui habitait à quelque distance de la ville de mon enfance, en peine forêt, au pied d'un arbre millénaire dont il ne reste plus guère que quelques armatures délabrées, non loin d'un modeste cours d'eau. C'est là, retiré de tout, qu'il a vécu de longues années, dans la prière et la méditation. Je l'imagine parler aux oiseaux, nourrir des biches - car il fallait bien... [Lire la suite]
03 mars 2017

Des MAITRES

  Je n'ai pas de maître. Depuis longtemps je me suis entouré de philosophes et de poètes, presque tous décédés, dont je me sens l'ami, mais qui ne peuvent évidemment répondre à ce don d'amitié. Ce qui en fait une amitié à sens unique, très étrangère au principe d'amitié qui suppose la réciprocité, et, en sus, une certaine égalité. Je sais qu'il existe certaines associations, comme "Les amis de Montaigne" et autres, mais je n'ai jamais, sérieusement, envisagé d'en faire partie. Mon amitié est toute particulière et privée, et... [Lire la suite]

22 juin 2016

La FENDAISON de l' EVENEMENT

  La blessure, c'est le temps. J'ai imaginé un nouveau concept : la fendaison de l'événement, pour signifier cette occurence, apparemment extérieure, par laquelle le moi se voit fendu par l'événement. Il n'y a qu'un seul événement, tous les événements se ramenant essentiellement à une seule et même expérience, cette soudaine, imparable, imprédictible blessure, qui, si elle apparaît à un moment précis du temps, particulièrement vive et signifiante, réveille toutes les blessures anciennes, fait série, et se précipite dans... [Lire la suite]
24 février 2016

De la PERCEPTION ENDOPSYCHIQUE

  La perception endopsychique est la perception des états, des mouvements, des modifications intérieures. A un premier niveau elle apparaîtra comme une orientation contre-nature, une sorte de monstruosité, parce que la perception, de son propre mouvement spontané, nous met en relation avec le monde extérieur : voir, entendre, goûter, toucher, sentir ce qui se manifeste à moi comme image, son, odeur, forme et intensité, que spontanément j'attribue à des "objets", immédiatement perçus comme extérieurs à moi. Ainsi se forme un... [Lire la suite]
23 février 2016

Des ENSEIGNEMENTS GRADUELS

  Epicure disait : la sagesse et l'amitié. La sagesse comme philo-sophia, amour de la sagesse, mais aussi, complémentaiement, sagesse d'amour, sophophilia. Il vient un moment où ne suffit plus la recherche de la vérité propre, ni même le contentement né de l'autarcie, entendue comme accès à la gouvernance de soi-même. A quoi bon une sagesse strictement solitaire, même s'il est patent qu'il faille bien commencer par là, et que nulle conduite correcte à l'égard d'autrui ne puisse advenir sur le terrain miné de l'aveuglement et de... [Lire la suite]
16 février 2016

PETITE MEDITATION sur la SOLITUDE du penseur

  Je range, quant à moi, Siddharta Gautama dit Bouddha, non point dans les fondateurs de religion, mais dans les philosophes, à côté d'Héraclite, son contemporain, d'Epicure et de Pyrrhon. De même pour Lao-Tseu ou Tchouang Tseu. Je vois en lui un remarquable médecin de l'âme : diagnosticien et thérapeute. De ce point de vue il est de tous les temps, car ce qu'il enseigne ne aurait vieillir ni se dépareiller. Causes de la souffrance, moyens de soigner la souffrance, voilà l'essentiel de son enseignement. Mais de par l'exigence... [Lire la suite]