01 mai 2019

PERCEPTION HORS LANGAGE ?

  Par ma fenêtre ouverte je vois une myriade de feuilles délicates, d'un vert tendre, très doucement remuer sous la brise, dans le ciel bleu de printemps. Mais tout cela je le dis parce que je veux décrire, et pour décrire il faut des mots, lesquels vont inévitablement déchirer, morceler ce qui était d'abord une perception globale sans langage. C'était un moment de pur bonheur : je regardais, ou plus exactement, je voyais, quoi ? un tableau d'ensemble, une masse indistincte de formes et de couleurs, avant que par un fâcheux... [Lire la suite]

09 mai 2018

De l'INSUBSTANTIALITE (2) - la "chose"

  Quel intérêt, direz-vous, à méditer sur l'insubstantialité du monde et du moi ? Des quatre modes précédemment analysés je retiens, vous l'avez compris, le quatrième, le seul qui présente quelque cohérence dans la pensée. Le seul qui offre une vue dégagée sur le réel, et nous libère un tant soit peu de l'attachement. Qu'il y ait des "choses" nul n'en doute, mais nous ne savons guère ce qu'elles sont. Elles existent "pour nous", et ce "pour" est incontournable. Celui qui mange une pomme ne se soucie pas de la nature de la pomme... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:52 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
17 juin 2016

Le VIF du SUJET

  Voilà plusieurs jours que je tourne autour d'une idée qui me paraît neuve et importante sans parvenir à la formuler correctement, si bien que tous mes essais retombent dans une apparence de répétition. Apparence seulement, car les mots que j'utilise sont chargés d'une signification différente, mais par la bande, à défaut de désigner clairement l'expérience nouvelle. On utilise les mots que l'on connaît, à défaut de mieux, et en dépit d'un infléchissement novateur, ils continuent de charrier des significations éculées. C'est là... [Lire la suite]
03 janvier 2012

DU PRESENT COMME DUREE

  DU PRESENT COMME DUREE   Qu’est ce que le présent ? Tout le monde sait ce qu’est le présent. C’est ce moment entre le passé et le futur. Mais combien de temps dure ce moment ? Quelle est son épaisseur, sa qualité, sa signification existentielle ? Cette notion si évidente recouvre une complexité extrême. Commençons par écarter la vision mathématique et spatialisante qui ramène le présent à un instant fugitif, quasi inexistant, simple point de passage par où le futur s’engouffre dans le passé. Cette... [Lire la suite]
03 mai 2010

INTUITION de la DUREE : BERGSON HERACLITEEN

Le grand mérite de Henri Bergson est d'avoir introduit en philosophie la notion de durée, et de l'avoir fermement opposée au temps. Nous pensons le temps sur le modèle de l'espace, découpant des instants sur la ligne de l'infini, comme si le temps était une droite ouverte aux deux extrémités, formée d'une pure succession d'instants sans contenu, épaisseur, ou qualité. C'est le temps de la montre, où chaque instant est en soi identique au précédent et au suivant, simple effet de découpage. C'est pratique pour la mesure sociale ou... [Lire la suite]