10 novembre 2017

Le DEFI de la SINGULARITE

  La singularité, selon la belle formule de François Roustang ("La fin de la plainte", fin) est ce que je ne peux pas ne pas être, qui correspond à ma nature propre, qui l'exprime adéquatement. Mais cette définition, qui est exacte, est davantage virtuelle que réelle, parce que le cours ordinaire de la vie, avec ses errements  inévitables, ses concessions à la nécessité ou à l'obligation, a créé dans le sujet, presque toujours, de sensibles et regrettables déformations. Il est quasi imposible que le vrai Self ait pu se... [Lire la suite]

10 juillet 2016

SPLENDEUR du DEHORS : méditation

  "Hors d'ici !" - La voix crie presque, insistante, définitive. Ici, c'est le bien-connu, le poussif, le sans-perspectives, le répétitif. C'est la gangue du pesant, ensevelissant. C'est l'habitude aux cernes noirs, c'est le bras vengeur du devoir, c'est la plainte et le gémissement. Mais je sais, chacun sait, qu'il existe un Dehors, hors-norme, hors-temps, espace vierge, inexploré. Nous le savons et ne voulons rien savoir. La Voix ne me lâche pas, elle vitupère, elle me fend les tripes, je crains l'explosion qui menace. ... [Lire la suite]
15 mars 2016

A QUI ECRIT-ON ?

  A qui s'adresse-t-on en écrivant ? Mettons à part les cas, les plus fréquents, où le destinataire est une personne vivante à qui on veut faire parvenir une information. A qui s'adresse l'écrivain ? Il connaît peut-être quelques uns de ses lecteurs pour les avoir rencontrés, ou des critiques, ou des confrères. Mais cela ne fera jamais beaucoup de monde. Il peut d'ailleurs s'adresser davantage aux générations futures qu'à l'actuelle, estimant, comme Stendhal, que l'avenir lui donnera raison contre l'actualité. Mais c'est là une... [Lire la suite]
22 février 2016

L'EMPATHIE et la LOI

  La pratique de l'empathie, si difficile, si problématique, suppose, pour être juste et efficace, une claire, inaltérable position médiane, un positionnement rigoureux du tiers, c'est à dire, entre celui qui parle et celui qui écoute, une instance désubjectivée, neutre si l'on veut, à laquelle se réfère l'écoutant, et à laquelle il s'efforce de renvoyer le parlant. C'est la position de la vérité, qui, si en tant que telle, n'est pas énoncée, ou si rarement, n'en reste pas moins la référence à laquelle chacun fait appel.... [Lire la suite]
16 juin 2015

Du GRAND AUTRE

  Voici une proposition qui ouvre : il y a de l'Autre. Sans quoi la répétition serait invincible, irrémédiable. Encore faut-il distinguer : pour qu'il y ait de l'Autre, il faut que l'autre qui se présente (autrui, le proche, le semblable) ne soit pas perçu comme trop semblable, reflet, miroir, ou pire encore, excroissance du Moi, comme on voit dans certaines organisations psychotiques, lesquelles opèrent un déni, où l'autre comme tel est purement et simplement forclos, sans représentation psychique dans la structure. Le pervers... [Lire la suite]
12 juin 2015

L' UN et l' AUTRE

L’UN et l’ AUTRE     Peut-être faut-il penser l’Un comme la structure fondamentale du mythe : mythe de l’amour, exemplairement décrit par Platon dans le Banquet, comme effort désespéré de reconstruire l’unité perdue en se collant à la part manquante, de récupérer cet autre qui nous aurait été soustrait par la malignité des dieux. Mythe politique : constituer une société homogène où les divers composants se fondraient en une harmonie supérieure, effaçant les singularités de classe, d’origine, d’intérêts, de... [Lire la suite]
28 janvier 2015

ECARTELEMENTS VII - VOIX d' OUTRE LIMBES

                VOIX D’ OUTRE LIMBES     J’entends la voix, du fond des âges lourds, la voix Qui monte, qui descend, catapulte Torrent d’avalanches femelles !   Spectre de voix, écroulement baroque, cruel théâtre Ton flamboiement Shakespeare ! Plus de centre ! Cinq milliards de soleils m’écartèlent Et tout croule, tout flambe, se révulse, agonise.   Ah qui suis-je, mon bel amour Dans ce buisson de cri, de sang Où j’exulte, où j’expire ?... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 janvier 2014

De l'AUTRE, et du BEAU

    Précisons : ce qui caractérise notre époque c'est la tyrannie du Même, je veux dire l'unicité, l'uniformité d'un même système qui conquiert inexorablement la totalité du monde habité, déterminé par l'unique valeur de croissance illimitée. Face à quoi notre rôle est d'affirmer la nécessite d'un Autre, d'une conception Autre, d'une valeur Autre qui s'exprime dans la multiplicité et la diversité inaliénables de la création.  Diversité des styles, styles de vie, styles culturels, styles d'écriture : il n' y a de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,