02 décembre 2015

GRODDECK : théorie du ça

  Si l'on considère, avec Groddeck, que la vie, comme la mort, sont des expressions du ça éternel et immanent, on en déduira nécessairement quelques propositions remarquables : La distinction traditionnelle du corps et de la psyché s'estompe : corps et psyché sont indissociables, étant ensemble et indistinctement des manifestations de l'énergie formatrice du ça. Il en résulte une approche médicale tout à fait nouvelle : considérer l'entièreté du patient, son mode d'être et de paraître comme une unité expressive. Affections... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

23 novembre 2015

NATURE- CULTURE : une illusion ?

  L'opposition nature-culture soutient, depuis un certain temps, la pensée anthropologique, et cela avec raison : toutes les sociétés humaines connues organisent de manière originale la séparation d'avec l'instance naturelle par l'instauration d'interdits, lesquels délimitent le champ humain en créant les institutions, dont la fonction, en dernier ressort, est de garantir la satisfaction des besoins par des voies conventionnelles. L'artefact vient remplacer la voie naturelle, sans l'abolir tout à fait. A la voie directe de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 février 2011

Du NON-SAVOIR : TETRALOGIKON

"Que sais-je?" se demande Montaigne. Il conclura qu'il ne sait pas grand chose, contestant même de savoir qu'il sait ou qu'il ne sait pas. Position authentiquement pyrrhonienne, qui lui vaudra les foudres de Pascal. Ce qui m'intéresse dans cette aporie montanienne c'est la question si justement posée, et son actualité récurrente, en notre époque surtout qui se flatte tant de savoir sur toutes sortes d'objets, quand l'essentiel nous échappe et nous navre. La science, qui nous a tant promis, ne nous éclaire guère sur notre position,... [Lire la suite]
25 février 2010

Du PARADOXE de la BEAUTE : l'illusion nécessaire

Je le sais bien, même la beauté est périssable, qui n'est qu'un fruit sublime de nos illusions. "Auch das Schöne muss vergehn" écrit Schiller : même le beau doit périr. Dans le "Vergehn" résonne le signifiant "passer". Passer c'est périr, mais avec une notion d'indétermination. Périr est sans recours, et marque le terme inéluctable de toute existence empirique. Passer est plus subtil, parce que le terme n'est pas explicitemùent indiqué. On peut passer sans périr, comme un nuage passe, et la brise, et... [Lire la suite]
28 janvier 2010

L'HUIS de la FEMELLE OBSCURE : LAO TSEU

"L'esprit de la Vallée ne meurt pas" Cela s'entend de la Femelle obscure.     "La porte de vallée obscure" S'entend de la racine de Ciel et Terre. Ininterrompue, elle paraît durer toujours. Son usage ne l'épuise pas.    Lao -Tseu : Tao tö King (VI) traduction de Marcel Conche.     Il est une secrète parenté entre les sagesses archaïques d'Orient et d'Occident. Comment ne pas songer ici à Hésiode et Anaximandre? La Femelle obscure,... [Lire la suite]