21 novembre 2016

UN CURSUS PHILOSOPHIQUE

  Je m'interroge : quelle a été la motivation intérieure qui m'a déterminé à choisir la philosophie, plutôt que les lettres, ou la philologie classique, pour lesquelles j'avais autant, sinon plus, de dispositions intellectuelles ? Il s'agissait de choisir un métier, et je n'avais pas envie d'enseigner ce pourquoi je me réservais dans mon intimité, à savoir écrire selon mon goût, en toute liberté. J'avais fait voeu de littérature, je me destinais corps et âme à la poésie et je ne voulais trahir cette nécessité intérieure en... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 octobre 2016

QUESTIONS : une page d'enfance

  Quel pouvait être l'état d'esprit d'une jeune femme de 23 ans, ma mère, qui enceinte de plusieurs mois, apprend la mort de son mari, et découvre que son enfant naîtra sans père ? Curieusement je ne me suis jamais posé cette question, car, dans mon égoïsme d'enfant, je ne voyais que ma propre souffrance sans songer à ce que ma mère devait avoir enduré, de se voir soudain privé de mari, et de soutien pour l'éducation de son fils. Il est vrai qu'elle trouva chez ses parents un appui inconditionnel, si bien que je grandis au... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 janvier 2016

L'ECOLE de la VIEILLESSE

  Il n'y a pas d'école de la vieillesse alors que chacun est pris en charge dans ses jeunes années, sollicité de toutes parts, sommé de s'instruire et de préparer son insertion dans le vaste monde. On suppose implicitement que d'avoir travaillé tout au long de sa vie, éduqué ses enfants et rempli ses devoirs sociaux, l'individu est prêt pour affronter les âges ultérieurs du vieilissement. Il n'en est rien, et je connais bien des hommes et des femmes, mais des hommes surtout, qui se retrouvèrent singulièrement démunis "quand la... [Lire la suite]
24 juin 2010

SCHOLE : ECOLE de l'A-PHILOSOPHIE

Originellement "scholè" désigne un arrêt, une pause, une trêve, une rupture de mouvement. D'où l'idée de repos, de loisir. C'est ce second sens qui s'est imposé  : scholè de l'homme d'action qui se retire en son domaine pour réfléchir, lire, étudier, écrire, méditer. A la scholè des  Grecs correspond l'"otium" des Latins, exact opposé du "neg-otium", action utilitaire et marchande. La scholè sera l'activité noble du patricien, du lettré, du philosophe, de l'écrivain. Montaigne en sa... [Lire la suite]