25 mars 2015

REVES BLANCS-NOIRS - Poésie 15 (Ouverture, Livre un)

  REVES BLANCS-NOIRS : POESIE 15         OUVERTURE   Ma douleur, je la fais mienne, comme l’oiseau                   Garde avec douceur l’oisillon dans le nid De l’amour, pressentant dans le fragile Essor, le vol fier du poème.   Car la douleur, au cœur blanc de la solitude, Quand se déchire le voile d’Isis, arrache L’âme qui sommeille, et la mène Aux vallées de la nuit aimante   Où... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mars 2015

REVES BLANCS-NOIRS - LIVRE DEUX - OISEAUX

      LIVRE DEUX : OISEAUX                        OISEAUX  : Petite suite  baroque pour clavecin, flûte et viole de gambe                         I  OUVERTURE (Solo de flûte, basse continue en clavecin)   C'est étrange! Je n'aime plus guère les voyages, les expéditions, même littéraires. Le déplacement... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2015

REVES BLANCS-NOIRS - LIVRE TROIS

    LIVRE TROIS – BEAUTE AMERE                       7   Le rayon de soleil que tu aimes Qui te fait respirer plus vaste par le monde Est le désir au fond de toi, vibrant et jouissant Et qui es toi, toi-même en vérité. Il t'accompagnera partout, ce double qui est toi Douce lumière intérieure et fidèle Il ne t'abandonnera jamais Et s'il faut bien mourir, un jour obscur La flamme en toi deviendra l'astre pur. ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 09:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
25 mars 2015

REVES BLANCS-NOIRS- LIVRE QUATRE

  LIVRE QUATRE - MATINALES                           28      PETITS POEMES MATUTINAUX               1   J'avais oublié le Grand Nord Les socs du froid qui vous labourent Les nuits interminables L'oeil du vortex qui paralyse.              2   Oublieux... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2015

REVES BLANCS-NOIRS- LIVRE CINQ

                 LIVRE CINQ- La MARCHE du DESTIN         38        LA MARCHE                   Non, tu n'as plus de demeure en ce bas monde                  Toi l'errant d'un seul jour aux plaines étales                      Tu vas, et sans savoir où, et sans pourquoi      ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,