16 octobre 2009

RESOLUTION ETHIQUE ET NON SAVOIR TRAGIQUE

La résolution c'est la décision. Mais c'est d'abord la solution, et peut-être un redoublement de la solution, exprimée dans le "re" qui ouvre le mot.  Premier moment : je vois la solution, deuxième moment, je la fais mienne, dans un accord interne entre le désir et la conscience. Décision. Ce que je voyais, j'en fais une affaire personnelle, dans un vouloir, une auto-détermination qui m'engage. Ainsi en va-t-il de la joie comme décision et résolution éthiquue : je décide que ce qui se profilait comme un possible devient... [Lire la suite]

15 octobre 2009

De la JOIE comme RESOLUTION ETHIQUE

Notre époque est dépressiogène. Et les actualités déversées chaque jour ne font qu'ajouter à la morosité ambiante. La conséquence, bien connue, est le ressassement des insatisfactions. Le plus grave, peut-être, est de voir une jeunesse verser dans une sorte de "no future" généralisé, dont les aînés n'avaient aucune représentation. Par ailleurs glorifier le travail comme une vertu en soi est une sottise lorsque l'accès au travail réménuré est pour le moins improbable. Mais nos gouvernants n'en sont pas à une contradiction... [Lire la suite]
14 octobre 2009

CONFIANCE, MEFIANCE, DEFIANCE.

Fiance, se fier c'est donner sa foi, ou la prêter. (Altération de "fides" en latin) La fiancée c'est la promise, celle qui donne sa foi et en qui on place sa foi. Acte de con-fiance. D'où la fidélité, cet acte de parole par lequel on s'engage envers une personne précise et irremplaçable, du moins dans les termes du présent contrat moral. A la confiance s'oppose la méfiance, mal-fiance. La confiance était un lien. La méfiance est la rupture du lien. Et plus profondément la méfiance est cette attitude, parfois sytématique,... [Lire la suite]
07 octobre 2009

Les PHILOSOPHES et le CORPS

Socrate était un guerrier redoutable. Et un famaux gaillard, qui fort tard encore, engrossa sa femme Xantippe. Alcibiade, dans le "Banquet" de Platon, raconte comment Socrate, pris d'un doute philosophique, se tint debout au milieu de l'armée endormie, tout au long d'une longue nuit pour résoudre le problème qui le travaillait. Diogène le Chien s'exerçait assidûment à braver tout nu froidure et frimas et à supporter tout habillé la pire des canicules. On connaît son accoutrement et sa panoplie ordinaires : bure, bâton,... [Lire la suite]
05 octobre 2009

DE la SOUVERAINETE de SOI : le Kairos et le Daïmon

Goethe disait : "Herrschaft über sich selbst". Littéralement : Souveraineté sur soi-même. Comment devenir un seigneur dans la maison de sa propre intimité? Comment devenir capable de règner sur soi-même, en soi-même? Et quelle est cette instance psychique  capable de gouvernance sur les pulsions, désirs et passsions, dans une juste et harmonique régulation intérieure? La réponse ne va pas de soi. Rejetons dès l'abord cette aimable illusion, fort commune, selon laquelle le Moi serait pleinement autonome, ce qui... [Lire la suite]
03 octobre 2009

CACHE TA VIE : une sentence d'EPICURE

Epicure recommande la pratique de l'ek-chorésis, c'est à dire du retrait hors du choeur, de la cité donc, et des affaires publiques. "Cache ta vie" est une recommandation de sagesse pratique, de prudence et de solitude relative. Mais c'est aussi l'application éthique d'une vision de l'univers. Dans l'immensité du vide, des agglomérats d'atomes se constituent comme des ensembles transitoires, des sociétés d'atomes, des constellations, des galaxies, tous impermanents et travaillés par des forces de désintégration. Ce qui s'assemble se... [Lire la suite]

02 octobre 2009

Du TEMPS VIDE : EPICURE revisité

Fraîcheur parfumée! Je suis bien dans le Sud. Une douce brise caresse les cimes des arbres qui jaunissent insensiblement dans la déclinaison de l'automne. Un je-ne-sais quoi de tendrement sensuel, comme une douce attente de plaisir, anime les rues de la ville, à proximité immédiate de la campagne et des collines. Petite promenade matutinale. Et en rentrant je sais que m'attend le petit café noir, et la première pipe de la  journée, la plus odorante, la plus stimulante. Oui, je vis bien au Jardin d'Epicure, en ce retrait de ville,... [Lire la suite]
01 octobre 2009

DU TEMPS VIDE et de la MODERNITE

La modernité,  au sens strict, commence avec l'abandon définitif de la conception cyclique du temps. Mircea Eliade avait bien établi que les sociétés traditionnelles ont toutes en commun cette conception universelle du temps comme éternel retour du même, la fin du cycle temporel coïncidant nécessairement avec le début : les fêtes du Nouvel An marquent à la fois la fin du cycle et le début d'un autre, qui, pour l'esentiel, sera identique au précédent. Cette représentation, prégnante dans la sagesse hindoue, se retrouve encore chez... [Lire la suite]
25 septembre 2009

DES IMPRESSIONS NOCTURNES : le rêve et l'oracle

Ce qui nous tourmente au milieu de la nuit me semble infiniment plus tragique, plus obscur et menaçant que les pensées diurnes. C'est du moins mon expérience à moi, qui ai le déplaisir de me réveiller souvent vers les trois ou quatre heures du matin suite à des rêves assez pénibles auxquels je ne trouve guère de meilleure réponse qu'un réveil précipité. Ces perfides impressions, ces pressentiments oppressants, ces menaces et ces suspens évoquent pour moi les paroles hostiles et ambiguës du dieu de Delphes, proférées par "la... [Lire la suite]
20 septembre 2009

INFIDELE FIDELITE : de notre relation aux Anciens

D'aucuns me croient bouddhiste. Mais  bouddhiste se définit par une triple adhésion : à Bouddha, au Dharma et à la Sangha, soit au sauveur, à sa doctrine et à sa communauté. Moi je n'adhère à rien, par paresse, mollesse, et, puis-je le dire, par conviction. Selon l'idée que je me fais de la philosophie il m'est impossible de me ranger sous aucune bannière, fût-ce la plus honorable. A quoi j'ajouterai que, selon l'enseignement de Bouddha lui-mêmen, chacun doit trouver en soi et par soi sa propre lumière : "Sois à toi-même ta... [Lire la suite]