09 février 2011

TOUT DIRE ? - De la PARRHESIA KUNIQUE

Le philosophe Kunique se fait fort de tout dire sans retenue, sans considération pour la politesse, la convention, l'usage, l'autorité, la pudeur. Impudent et impudique, il dénonce inlassablement le truandage des puissants, la corruption, l'hypocrisie morale, les fausses valeurs de la république et de la religion, les conduites passionnelles, le lucre et la bêtise. Observateur (epi-skopos) de l'inconduite, il la traquera, la dénoncera sans relâche, sans crainte aucune, au risque même de sa vie, estimant qu'il n'est valeur plus haute... [Lire la suite]

08 février 2011

POLITIQUE et PHILOSOPHIE : le discours kunique

Cratès le kunique : Lettre à ses disciples : "Il faut vous consacrer à la philosophie et non à la politique. En effet, ce qui enseigne aux hommes à savoir pratiquer la justice vaut mieux que ce qui les oblige à ne pas commettre l'injustice". La politique c'est le régime de la loi (nomos). On sait que les Kuniques méprisent la loi conventionnelle au nom d'une Loi toute autre, la loi de Zeus. Ils oppposent avec force la vertu de nature (arêtê-physis) à la convention culturelle, qui n'est que passion et fumée. Lorsque le... [Lire la suite]
07 février 2011

Du NON-SAVOIR : TETRALOGIKON

"Que sais-je?" se demande Montaigne. Il conclura qu'il ne sait pas grand chose, contestant même de savoir qu'il sait ou qu'il ne sait pas. Position authentiquement pyrrhonienne, qui lui vaudra les foudres de Pascal. Ce qui m'intéresse dans cette aporie montanienne c'est la question si justement posée, et son actualité récurrente, en notre époque surtout qui se flatte tant de savoir sur toutes sortes d'objets, quand l'essentiel nous échappe et nous navre. La science, qui nous a tant promis, ne nous éclaire guère sur notre position,... [Lire la suite]
06 février 2011

Le CHIEN de l'' ONCLE ARTHUR

POUR MICHELE et JEAN BERNARD : "Ce qui me rend si agréable la société de mon chien c'est la transparence de son être. Mon chien est transparent comme le verre. S'il n'y avait pas de chiens je n'aimerais pas à vivre". "Le chien, l'unique ami de l"homme, a un privilège sur tous les autres animaux, un trait qui le caractérise, c'est ce mouvement de queue si bienveillant, si expressif et si profondément honnête. Quel contraste en faveur de cette manière de saluer que lui a donnée la nature, quand on la compare... [Lire la suite]
04 février 2011

Le BONHEUR d'un CHAT : Hippolyte TAINE

"Celui qui mange est heureux ; celui qui digère est plus heureux ; celui qui sommeille en digérant est plus heureux encore. Tout le reste n'est que vanité et impatience d'esprit." Si vous désirez en savoir un peu plus sur la sagesse pratique lisez donc ce petit opuscule d'Hippolyte Taine : "Vie et opinions philosophiques d'un chat". Vous en saurez un peu plus sur notre folie ordinaire, à nous autres les hommes, et sur notre impuissance à goûter les joies faciles de la félicité animale. "J'ai beaucoup... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 janvier 2011

TETRALOGIKON : musique et philosophie.

"Souvent, dans ma vie passée, j'ai eu la visite du même songe : il apparaissait tantôt sous une forme, tantôt sous une autre, mais il me disait toujours la même chose : "Socrate, fais oeuvre de poète et cultive la musique". Et moi, jusqu'ici, je croyais que c'était précisément ce que je faisais qu'il m'encourageait et m'excitait à pratiquer, et que, comme on encourage les coureurs, le songe m'excitait, moi aussi, à poursuivre mon occupation, à pratiquer la musique ; car pour moi, la philosophie est la musique la plus haute, et c'est à... [Lire la suite]

26 janvier 2011

BLESSURES INTIMES : du réel non symbolisable.

Selon toute vraisemblance chacun de nous porte en soi une blessure secrète qui marque de sa croix une difficulté d'inscription stucturelle. Marque sur ou dans le corps : un organe exceptionnellement sensible, une tension musculaire perpétuelle, une fonction rebelle à toute médication, et parfois un vrai délire somatique, affectant de sa folie l'ensemble de l'organisme. Lieu psychique introuvable mais réel, brisure, rupture, déchirure, par où se faufile l'angoisse, la culpabilité, un sourd malaise d'exister, marque et signe d'une... [Lire la suite]
25 janvier 2011

TETRALOGIKON : la question du Sens

Spinoza : Ethique,IV, Préface. "La nature n'agit pas en vue d'une fin ; car cet Etre éternel et infini que nous appelons Dieu ou Nature, agit avec la même nécessité qu'il existe. Nous avons montré en effet que la nécessité de nature par laquelle il existe est la même que celle par laquelle il agit. Aussi, la raison, ou la cause, par laquelle Dieu ou la Nature agit, et celle par laquelle il existe, sont une seule et même chose. N'existant donc pour aucune fin, il n'agit pas non plus en vue d'une fin, et, comme son existence, son action... [Lire la suite]
21 janvier 2011

DERIVE - ORIGINAIRE : poésie et philosophie

La puissance exceptionnelle de la pensée des dits antésocratiques tient pour une large part à la poésie. Ce qu'ils avaient à dire n'est pas de l'ordre du concept, c'était l'éblouissement de l'intuition primordiale qui se précipite comme un torrent tumultueux. Seule la forme poétique, ou l'aphorisme, pouvaient convenir à cet enthousiasme des commencements. C'est en cela qu'Héraclite est incomparable. Empédocle de même. Ici poésie et philosophie ne se peuvent distinguer. C'est la parole originaire, d'avant nos distinctions logiques et... [Lire la suite]
14 janvier 2011

TETRALOGIKON : de la VERITE

"S'efforcer à faire meilleure la prochaine étape, tant que nous sommes sur le chemin. Puis, arrivés au terme, se réjouir de manière égale." (Epicure : sentence vaticane, 18). Il existe un chemin vers l'excellence, que nous pouvons parcourir étape par étape. C'est le travail de la pensée éclairée par la connaissance, l'expérimentation méthodique, le raisonnement. Hygiène, médecine, philosophie. On n'insiste pas assez sur la dimension volontaire, sur le tonos (l'effort) requis pour la progression éthique, selon une vision paresseuse,... [Lire la suite]