03 janvier 2010

MYTHOS : du sens originaire de la Vérité

On aurait grand tort de négliger le MYTHOS, cette forme dite archaïque de pensée, telle qu'elle nous est accessible dans les textes d'Homère, d'Hésiode ou de Sappho, chez qui résonne encore la voix des anciennes paroles divines, et dans la tragédie, toute pétrie de récits mythiques. Il est trop facile de sourire de ces constructions mentales irrationnelles, embrouillées et répétitives en quoi se délectaient les hommes de l'âge de bronze. La tradition philosophique oppose résolument LOGOS à MYTHOS, et prétend de Logos seul tirer... [Lire la suite]

16 décembre 2009

SILENCE MYSTIQUE et APHASIE METAPHYSIQUE

Le "myste" qui s'engage dans les arcanes de la révélation des "Mystères", par exemple à Eleusis, fait voeu de silence éternel : rien de ce qu'il aura vu, entendu, éprouvé, ne doit filtrer au dehors, ni en parole ni par écrit. Ce voeu est absolu. Le Sacré doit être protégé de la profanation. C'est pourquoi nous ne savons presque rien des pratiques et des enseignements ésotériques de la Grèce ancienne. Plus profondément, on peut estimer que le silence est plus qu'une protection légitime contre les curieux : sans... [Lire la suite]
09 décembre 2009

TEXTES sur DIONYSOS et APOLLON : une suite

Pour la jubilation (je l'espère) de mes lecteurs, et de mes auditeurs de l'UTLA que je remercie de leur constance et de leur appétence philosophique, je donne ici quelques textes écrits sous peu, en toute gratuité, mais qui entrent en résonance avec les cours du mardi. Ce sont là farcissures et envolées inspirées par les deux grandes divinités de la sagesse, et qui ne sauraient prétendre à l'exhaustivité, ni à l'objectivité historique. Mais il est de première importance de se donner corps et âme à la "vérité", entendue... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
09 décembre 2009

HYMNE pour DIONYSOS

Tu es de tous les dieux le plus sauvage, fils de Zeus De la lunaire Sémélé enfant perdu, enfant cousu Dans la cuisse du père. Les nymphes aux bras délicats T'élevèrent là bas,  près des eaux de Nyssa la lointaine Dans la caverne obscure où rodent les fauves noirs Aux crinières de feu. Tu es resté toujours un bel enfant Et jusque dans le dieu barbu qui préside aux spectacles Toujours se voit le jouvanceau gracile, joueur et turbulent Le violent qui déchaîne l'orgie frénétique des bacchantes Dans la... [Lire la suite]
09 décembre 2009

La LACERATION de DIONYSOS : de la multiplicité

Dionysos, quel dieu étrange, et totalement inaccessible à la raison!  D'abord sa naissance. Zeus, coureur impénitent au grand dam d'Héra son épouse légitime, engrossa Sémélè, une mortelle. De là naquit Dionysos, être hybribe, à la fois divin et humain. Pour protéger l'enfant de l'ire d'Héra, Zeus le cousit dans sa cuisse, le  garda au chaud quelque temps, et le libéra ensuite, pour le cacher encore dans une grotte, où de bienveillantes déesses pourvurent à ses besoins. Dionysos, dieu et humain, "enfant cousu",... [Lire la suite]
09 décembre 2009

APOLLON et DIONYSOS

Pour le Nouvel An qui n'est certes qu'une convention sociale (et marchande) je voudrais simplement rappeler qu'en d'autres temps les Fêtes avaient une symbolique porteuse de sens. L'univers indéfiniment meurt et renaît pour de nouveaux cycles. Le Nouvel An rassemble en un moment exceptionnel la mort et la renaissance du dieu. Aussi pouvons-nous donner, par notre pensée, une certaine signification à ce moment de passage, qui exprime en sa rigueur la sempiternalité de tous les passages. "Je ne suis que passage" dit Montaigne.... [Lire la suite]

07 décembre 2009

Des DIEUX ANTIQUES

A me replonger dans les origines de la sagesse grecque je suis stupéfait de la férocité de ces dieux antiques, de leur incroyable liberté de moeurs, de leur spontanéité pulsionnelle, de l'amoralité fonciède de leur conduite. Même Zeus, suppposé faire règner un ordre juste, se comporte avec la dernière légèreté, engrossant à tire larigo, violentant, vilipendant sans vergogne, toujours prompt à se venger comme le dernier des afficionados. Quant à Dionysos, voyez le tableau édifiant qu'en fait Euripide dans les "Bacchantes". Et... [Lire la suite]
27 novembre 2009

Le BORDER-PHILOSOPHE : d'une nouvelle image du philosophe

Bord, bordure... Au bord de l'abîme, où, depuis le Dit de Démocrite, gît la Vérité. Sur la crête, avec, derrière nous, la tourbe empressée des opinions, intérêts, passions de conquête, obsessions financières, luttes de pouvoir et d'influence. "La grande misère". Passion et représentation. La vie ordinaire, confuse, gérée par l'illusion. Rien n' y fait. On peut amender de ci de là, on ne peut rien changer. "Malheur banal" disait Freud. Et c'est encore une illusion, du second degré, de croire qu'on délogera... [Lire la suite]
26 novembre 2009

SOPHIA et SOPHROSUNE : les deux images de la sagesse

La Grèce antique nous a légué deux images très contrastées du sage et de la sagesse. L'ancienne sagesse, celle d'avant la philosophie, s'intitule Sophia, et celui qui s'en recommande et la pratique, reconu comme tel par la multitude, s'appelle Sophos, le Sage. Tel était Héraclite, ou Empédocle, savants en toutes choses, maîtres d'excellence en tous domaines. C'est dans ces termes qu'Homère parlait de Kalchas, "qui savait tout ce qui est, qui était et qui sera". Cette absoluité du savoir et du personnage passaient déjà pour... [Lire la suite]
24 novembre 2009

TONOS et EUTONIE : tension et détente éthiques

Tonos : tension. A-tonie : absence de tension. Eu-tonie : tension juste. Ces notions sont au coeur de la réflexion éthique. Problème de mesure, et plus profondément, choix de style, option existentielle. On connaît la parabole de Bouddha : toi qui cherches le juste chemin de sagesse évite de tendre l'arc avec excès. Ton arc se briserait. De même évite le relâchement et la mollesse. Ta flêche ne partirait pas. Tension juste, juste ce qu'il faut, entre les deux extrêmes. Voie du Milieu. Plus près de nous il sera bon de méditer... [Lire la suite]