26 août 2010

APPROXIMATIONS du REEL : la danse du multiple

Je m'efforce, dans ces récents articles, d'élaborer de nouveaux rapports entre les divers domaines de la vie et du savoir - métaphysique, scientifique, éthique, géopolitique et artistique -à partir d'une unique source, l'intuition fondamentale de la vérité tragique. Vérité sans concession, vérité de l'Ab-sens, de l'indifférence absolue du réel. Vérité perpétuellement déniée, refusée, expurgée, forclose dans les discours sur l'Etre, dans les représentations communes, et dans les savantes constructions de la science et de la... [Lire la suite]

23 août 2010

ESTHETIQUE EPICURIENNE

"Pour moi, c'est assuré, je ne sais plus à quoi reconnaître le bien, si je mets de côté les plaisirs pris aux saveurs, et si je mets aussi de côté les plaisirs pris à l'amour, ceux pris au sons et ceux pris aux formes". Epicure : traité "Sur la fin". Et dans la lettre à Pythoclès : "Fuis toute espéce de culture, bienheureux, toutes voiles déployées". Voilà qui est clair : saveurs, sons, formes, ce sont les données de la perception sensible. Plaisirs de l'amour, encore la perception sensible. On notera que la rencontre amoureuse ne se... [Lire la suite]
19 août 2010

Le TRAGIQUE d'EPICURE

Epicure est-il un penseur tragique? A lire certains textes fameux, et à se contenter de certaines formules psychagogiques destinées à provoquer un sursaut libérateur, on pourrait être tenté de considérer Epicure comme un optimiste. Ne déclare-t-il pas que le bonheur est accessible dans cette vie même, ici et maintenant, que  "le plaisir est le début et la fin de la vie heureuse", et que par une discipline du corps et de l'âme on peut "vivre comme un dieu parmi les hommes". C'est le versant volontariste de la... [Lire la suite]
18 août 2010

De la DESINTOXICATION VOLONTAIRE

Depuis quelques mois je m'efforce à une désintoxication volontaire et méthodique. Tout ce qui m'a été enseigné, de gré ou de force, se voit soumis à un impitoyable curetage mental, les savoirs, les méthodes, les doctrines, les présupposés, les intentions conscientes ou inconscientes, les impensés, les fondements, les finalités, les résultats, et de manière générale, les formes autant que les contenus. J'ai résolu, dans la plus austère fermeté, de penser, autant qu'il se peut, à partir de mon expérience, et non plus à partir des textes... [Lire la suite]
17 août 2010

DE L'INDIFFERENCE MORALE

Dans le vaste champ de la morale on peut distinguer quatre domaines : l'interdit, l'obligatoire, le recommandable, l'indifférent. La pratique de l'inceste est interdite. Le respect de l'autorité est obligatoire. Rendre un service est recommandé, mais non obligatoire. Aller en vacances ou rester chez soi est indifférent. Je constate que le Droit Positif inscrit en toutes lettres les interdits fondamentaux dans le code civil, réprime les transgressions, et dès lors je ne vois pas pourquoi il faudrait en faire des interdits moraux. De... [Lire la suite]
16 août 2010

LE TRAGIQUE et la POSITION ETHIQUE

Le tragique c'est l'acceptation inconditionnelle d'une proposition de base : le besoin de sens est le fondement non-su de la posture religieuse, si bien que le tragique se définit à l'inverse comme accueil de l'Ab-sens. Le référent de la position tragique c'est le réel en tant que tel. La vérité n'est pas l'affirmation et la recherche du sens, mais la contemplation désintéressée du réel comme Ab-sens. Dés lors le savoir est toujours relatif, non pas nul mais sujet à doute, structurellement, dès le départ et jusque dans ses résultats,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 juillet 2010

HERACLITE, poète et penseur

Si vous vous intéressez à la philosophie grecque antique vous pourrez lire un article qui présente Héraclite dans son inspiration fondamentale dans : www.philoaletheia.canalblog.com En lien sur ce blog.
Posté par GUY KARL à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 juillet 2010

NAISSANCE des SCIENCES de l'HUMAIN

Nous ne savons pas ce qu'est l'homme, ni l'humain en général. Entre  le rationnel et l'irrationnel, entre Logos et Khaos, entre le sublime et le monstrueux, toute définition vacille, exposant son indépassable caducité. A se demander si cette question n'est pas plombée dès l'origine par un impensable radical. Peut-être la seule manière d'avancer en ce bourbier est-il de remplacer la question traditionnelle sur l'essence humaine par une autre, d'allure spinozienne : "Savons-nous seulement ce que peut l'homme?" Nous... [Lire la suite]
19 juillet 2010

Et le MIROIR se BRISA : A-PHILOSOPHIE

Voici  l'image : je regarde par la fenêtre, des feuilles vertes ourlées de gris clair, du bleu céruléen entre les feuilles, des troncs bruns tapissés de vert de gris, des pans de maison, des fenêtres, des carreaux, des trottoirs, et puis le bruit sourd de la ville que j'identifie immédiatement comme bourdonnement de voitures, un  tableau, en somme, familier, plaisant, méridional, chaleureux : c'est le monde qui est mien, comme une sorte d'excroissance colorée, de prolongement physique de mon être propre. C'est ce qu'on... [Lire la suite]
16 juillet 2010

Du SAVOIR de la MELANCOLIE : réel et signifiant

Dans les représentations artistiques de la mélancolie, comme dans la fameuse gravure de Dürer, le sujet est grave et solitaire, la tête légèrement inclinée, la joue posée sur la main gauche, le regard fixant un point précis, indéterminable pourtant, comme si un objet mystérieux, totalement invisible, concentrait toute son attention, en une sorte de rêverie douloureuse.  Très évidemment, les lois de la perception ordinaire sont ici ignorées : le spectateur sent à l'évidence que ce sujet est absent du monde, étranger aux choses et... [Lire la suite]