27 octobre 2009

PARADOXES de l'IDENTITE

Identité, de idem, le même. Est identique à soi ce qui ne diffère en rien de soi-même. On suppose une identité de la personne à travers le temps, soit une sorte de constance existentielle qui fait que je m'estime le même à treize ans et à cinquante cinq. Mais cela ne va nullement de soi. C'est un postulat plus qu'une nécessité. Il serait facile d'ironiser en évoquant mille et dix mille facteurs de changement, d'évolution, voire de révolution. Reste que cette idée est quasi indéracinable. Elle satisfait très évidemment à un besoin,... [Lire la suite]

23 octobre 2009

"LA VERITE EST DANS L' ABIME" : DEMOCRITE

Cette sentence renverse d'emblée la trop facile image, convenue et injustifiable, d'un Démocrite déterministe, père de la physique moderne. Ce qui est vrai, à la décharge des tenants de cette conception classique, c'est que Démocrite fut un investigateur infatigable et passionné de tous les phénomènes naturels, l'auteur d'innombrables traités sur tous les sujets imaginables de la connaissance naturelle : météorologie, climatologie, physique fondamentale, anatomie, physiologie, gèométrie, géographie, géologie, passant sans vergogne de... [Lire la suite]
21 octobre 2009

THEORIA : la CONTEMPLATION PHILOSOPHIQUE

THEORIA, la contemplation, est au centre de la philosophie grecque. C'est sans doute dans le "Banquet" de Platon qu'il est loisible d'en trouver l'illustration la plus explicite. Platon, à partir de la poussée irrésistible de l'Eros, décrit une ascension spirituelle vers la beauté. L'Eros s'éveille à la vue d'un beau corps qui semble  accomplir tous les désirs. Mais l'âme bien née quittera bientôt cette passion exclusive pour s'élancer vers la contemplation de tous les beaux corps, puis vers la beauté des âmes... [Lire la suite]
19 octobre 2009

DE LA DOCTE IGNORANCE

Quel est le but de la recherche? C'est le savoir. Mais le savoir, s'il se constitue selon l'ordre du temps par accumulation, rectification et systématisation, ouvre immédiatement de nouveaux rapports, de nouvelles connections. C'est là le désespoir du chercheur, mais aussi son exaltation spécifique. Il en va du savoir comme de l'horizon, toujours déplacé et fuyant. Cette aporie constitue le chemin propre de la quête scientifique. Je ne suis pas sûr qu'il faille raisonner dans les mêmes termes pour ce qu'il en est de l'existence. On... [Lire la suite]
16 octobre 2009

RESOLUTION ETHIQUE ET NON SAVOIR TRAGIQUE

La résolution c'est la décision. Mais c'est d'abord la solution, et peut-être un redoublement de la solution, exprimée dans le "re" qui ouvre le mot.  Premier moment : je vois la solution, deuxième moment, je la fais mienne, dans un accord interne entre le désir et la conscience. Décision. Ce que je voyais, j'en fais une affaire personnelle, dans un vouloir, une auto-détermination qui m'engage. Ainsi en va-t-il de la joie comme décision et résolution éthiquue : je décide que ce qui se profilait comme un possible devient... [Lire la suite]
15 octobre 2009

De la JOIE comme RESOLUTION ETHIQUE

Notre époque est dépressiogène. Et les actualités déversées chaque jour ne font qu'ajouter à la morosité ambiante. La conséquence, bien connue, est le ressassement des insatisfactions. Le plus grave, peut-être, est de voir une jeunesse verser dans une sorte de "no future" généralisé, dont les aînés n'avaient aucune représentation. Par ailleurs glorifier le travail comme une vertu en soi est une sottise lorsque l'accès au travail réménuré est pour le moins improbable. Mais nos gouvernants n'en sont pas à une contradiction... [Lire la suite]

14 octobre 2009

CONFIANCE, MEFIANCE, DEFIANCE.

Fiance, se fier c'est donner sa foi, ou la prêter. (Altération de "fides" en latin) La fiancée c'est la promise, celle qui donne sa foi et en qui on place sa foi. Acte de con-fiance. D'où la fidélité, cet acte de parole par lequel on s'engage envers une personne précise et irremplaçable, du moins dans les termes du présent contrat moral. A la confiance s'oppose la méfiance, mal-fiance. La confiance était un lien. La méfiance est la rupture du lien. Et plus profondément la méfiance est cette attitude, parfois sytématique,... [Lire la suite]
07 octobre 2009

Les PHILOSOPHES et le CORPS

Socrate était un guerrier redoutable. Et un famaux gaillard, qui fort tard encore, engrossa sa femme Xantippe. Alcibiade, dans le "Banquet" de Platon, raconte comment Socrate, pris d'un doute philosophique, se tint debout au milieu de l'armée endormie, tout au long d'une longue nuit pour résoudre le problème qui le travaillait. Diogène le Chien s'exerçait assidûment à braver tout nu froidure et frimas et à supporter tout habillé la pire des canicules. On connaît son accoutrement et sa panoplie ordinaires : bure, bâton,... [Lire la suite]
05 octobre 2009

DE la SOUVERAINETE de SOI : le Kairos et le Daïmon

Goethe disait : "Herrschaft über sich selbst". Littéralement : Souveraineté sur soi-même. Comment devenir un seigneur dans la maison de sa propre intimité? Comment devenir capable de règner sur soi-même, en soi-même? Et quelle est cette instance psychique  capable de gouvernance sur les pulsions, désirs et passsions, dans une juste et harmonique régulation intérieure? La réponse ne va pas de soi. Rejetons dès l'abord cette aimable illusion, fort commune, selon laquelle le Moi serait pleinement autonome, ce qui... [Lire la suite]
03 octobre 2009

CACHE TA VIE : une sentence d'EPICURE

Epicure recommande la pratique de l'ek-chorésis, c'est à dire du retrait hors du choeur, de la cité donc, et des affaires publiques. "Cache ta vie" est une recommandation de sagesse pratique, de prudence et de solitude relative. Mais c'est aussi l'application éthique d'une vision de l'univers. Dans l'immensité du vide, des agglomérats d'atomes se constituent comme des ensembles transitoires, des sociétés d'atomes, des constellations, des galaxies, tous impermanents et travaillés par des forces de désintégration. Ce qui... [Lire la suite]