05 octobre 2009

DE la SOUVERAINETE de SOI : le Kairos et le Daïmon

Goethe disait : "Herrschaft über sich selbst". Littéralement : Souveraineté sur soi-même. Comment devenir un seigneur dans la maison de sa propre intimité? Comment devenir capable de règner sur soi-même, en soi-même? Et quelle est cette instance psychique  capable de gouvernance sur les pulsions, désirs et passsions, dans une juste et harmonique régulation intérieure? La réponse ne va pas de soi. Rejetons dès l'abord cette aimable illusion, fort commune, selon laquelle le Moi serait pleinement autonome, ce qui... [Lire la suite]

03 octobre 2009

CACHE TA VIE : une sentence d'EPICURE

Epicure recommande la pratique de l'ek-chorésis, c'est à dire du retrait hors du choeur, de la cité donc, et des affaires publiques. "Cache ta vie" est une recommandation de sagesse pratique, de prudence et de solitude relative. Mais c'est aussi l'application éthique d'une vision de l'univers. Dans l'immensité du vide, des agglomérats d'atomes se constituent comme des ensembles transitoires, des sociétés d'atomes, des constellations, des galaxies, tous impermanents et travaillés par des forces de désintégration. Ce qui... [Lire la suite]
02 octobre 2009

Du TEMPS VIDE : EPICURE revisité

Fraîcheur parfumée! Je suis bien dans le Sud. Une douce brise caresse les cimes des arbres qui jaunissent insensiblement dans la déclinaison de l'automne. Un je-ne-sais quoi de tendrement sensuel, comme une douce attente de plaisir, anime les rues de la ville, à proximité immédiate de la campagne et des collines. Petite promenade matutinale. Et en rentrant je sais que m'attend le petit café noir, et la première pipe de la  journée, la plus odorante, la plus stimulante. Oui, je vis bien au Jardin d'Epicure, en ce retrait de ville,... [Lire la suite]
01 octobre 2009

DU TEMPS VIDE et de la MODERNITE

La modernité,  au sens strict, commence avec l'abandon définitif de la conception cyclique du temps. Mircea Eliade avait bien établi que les sociétés traditionnelles ont toutes en commun cette conception universelle du temps comme éternel retour du même, la fin du cycle temporel coïncidant nécessairement avec le début : les fêtes du Nouvel An marquent à la fois la fin du cycle et le début d'un autre, qui, pour l'esentiel, sera identique au précédent. Cette représentation, prégnante dans la sagesse hindoue, se retrouve encore chez... [Lire la suite]
25 septembre 2009

DES IMPRESSIONS NOCTURNES : le rêve et l'oracle

Ce qui nous tourmente au milieu de la nuit me semble infiniment plus tragique, plus obscur et menaçant que les pensées diurnes. C'est du moins mon expérience à moi, qui ai le déplaisir de me réveiller souvent vers les trois ou quatre heures du matin suite à des rêves assez pénibles auxquels je ne trouve guère de meilleure réponse qu'un réveil précipité. Ces perfides impressions, ces pressentiments oppressants, ces menaces et ces suspens évoquent pour moi les paroles hostiles et ambiguës du dieu de Delphes, proférées par "la... [Lire la suite]
20 septembre 2009

INFIDELE FIDELITE : de notre relation aux Anciens

D'aucuns me croient bouddhiste. Mais  bouddhiste se définit par une triple adhésion : à Bouddha, au Dharma et à la Sangha, soit au sauveur, à sa doctrine et à sa communauté. Moi je n'adhère à rien, par paresse, mollesse, et, puis-je le dire, par conviction. Selon l'idée que je me fais de la philosophie il m'est impossible de me ranger sous aucune bannière, fût-ce la plus honorable. A quoi j'ajouterai que, selon l'enseignement de Bouddha lui-mêmen, chacun doit trouver en soi et par soi sa propre lumière : "Sois à toi-même ta... [Lire la suite]

30 août 2009

De l'ABSOLU

Qu'est-ce que la Philosophie Absolue? Et que veut dire "absolu"? L'absolu c'est ce qui est totalement détaché, hors relation. Au sens strict l'absolu semble inconcevable, tant il est évident qu'il n'est rien qui ne soit immédiatement relié, rattaché à quelque autre chose. Tout est interconnecté. C'est dans ce sens que Bouddha parle de l'interdépendance de tous les dharmas. Mais la pensée est elle capable de se détacher des choses, de concevoir, par delà toute relation empirique ou expérimentale, un principe universel, unique... [Lire la suite]
06 août 2009

L'ARBITRAIRE selon PYRRHON

Arbitrer c'est juger en tiers face à deux partis qui s'opposent. Cela demande une certaine honnêté, pour le moins, à défaut d'objectivité. Mais à partir de quoi va-t-on départager? Il y a les règles et les conventions. Et puis il y a l'humeur du juge, ses convictions personnelles, et son arbitraire. Dans Homère c'est Zeus qui juge selon sa conscience, mais de fait ce sont avant tout ses humeurs qui décident, entre rage de dominer, vanité, complaisance et forfanterie. Après Spinoza, Schopenhauer et Freud il est pour le moins inutile... [Lire la suite]
05 août 2009

ANAXARQUE et le KAIROS

Vitesse de l'atome : pour Epicure la plus grande vitesse concevable. Pour la caractériser de manière sensible : "comme la vitesse de la pensée". Cette dernière expression que je croyais proprement épicurienne, je l'ai trouvée récemment dans d'autres écrits de l'époque, chez Euripide je  crois. Même vitesse que l'atome et la pensée, selon le principe d'une isonomie absolue de la nature. Cette vitesse toutefois n'est pas perceptible comme telle, elle ne se manifsete que dans l'après coup. Je pensais à ceci, et voilà que... [Lire la suite]
03 août 2009

LETTRE OUVERTE à MARCEL CONCHE

Je vous imagine avec délectation retiré sur votre île de soleil, dans une sérénité quasi hellénique, dans votre villégiature embaumée, auprès de celle, Muse de jeunesse, qui vous attira là-bas, et qui vous comble d'une authentique amitié philosophique. C'est miracle, sur le tard, de réaliser tout ce qui vous tient à coeur, et dont le désir vous a soutenu, sustenté tant d'années durant, improbable si longtemps, et actuel soudain dans un présent réconcilié, quasi miraculeux. Vous dites vous-même que chaque jour qui est se lève est une... [Lire la suite]