27 janvier 2017

ETRE et AVOIR ETE

  Pour la première fois je me pose une question troublante : après ma mort que devriendra ce blog, qui est, à tout prendre, mon oeuvre personnelle, celle à laquelle j'ai donné le meilleur de moi-même ? Certes, sauf catastrophe majeure, ces pages resteront accessibles quelque temps aux lecteurs curieux d'étrangetés, mais bientôt tout cela sera définitivement oublié, effacé par ces milliards de contributions qui fleurissent de par le monde, dans cette avalanche ininterrompue de nouvelles, de messages, de curosités de toutes... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 janvier 2017

La VOIE de la FANTAISIE

  "Fantaisie" - je m'y livre avec délices, allongé sur un fauteuil, sans souci et sans soin, et je laisse venir les impresions du moment, les multiples sensations corporelles, et les images, sans choisir, sans chercher à comprendre, abandonné au cours sinueux de l'imagination. C'est ainsi que je voyage, plus volontiers immobile que courant les sites renommés. Des quelques modestes voyages que j'ai pratiqués jadis je garde assez d'impressions colorées et mobiles pour nourrir des miliers de divagations. Sans compter tout ce qui... [Lire la suite]
23 janvier 2017

SAMOS : fantaisie

  Je me sens d'humeur hellénique ce matin. A vrai dire cela m'arrive souvent, et si je devais me décider enfin pour un voyage en avion - comment faire autrement - c'est encore dans ce beau pays que j'irais le plus volontiers, quelque part dans une île bercée de soleil. En fait je balance entre deux destinations : d'un côté j'aimerais retourner quelques jours en Alsace pour revoir mon pays d'origine, sans doute pour la dernière fois, vu mon âge, et de l'autre tout me tire du côté de la Méditerranée, la "mère" suave de notre... [Lire la suite]
16 janvier 2017

DU TOUT ILLIMITE : EPICURE

  Voici quelques propositions simples : Epicure, Lettre à Hérodote, 38, 39. "Rien ne naît du non-être. Rien ne retourne au non-être. Ainsi le tout était toujours tel qu'il est maintenant et il sera toujours tel : car il n' y a rien en quoi il change, puisqu'en dehors du tout il n'est rien en quoi, s'il y pénètre, il puisse se transformer."   Pour comprendre correctement ces propositions il faut bien voir qu'elles portent sur le tout en tant que tout, et non sur les formes internes qu'il recèle. C'est le tout qui ne... [Lire la suite]
12 janvier 2017

QUI SE RACONTE DES HISTOIRES ?

  Ce qu'on appelle le moi pourrait s'interpréter comme la somme des histoires que se raconte un sujet. Histoires intimes, histoires du passé et du présent, projections imaginaires vers un avenir inconnaisssable, histoires d'amour, de haine et de vengeance, de bonheurs arrachés, de malheurs ruminés, de traumatismes au long cours, de rêveries languissantes ou agitées, histoires interminables, histoires à n'en plus finir... Jusqu'au dernier jour de la vie, jusqu'au dernier souffle, le moribond rêve encore, s'acharne encore à rêver,... [Lire la suite]
10 janvier 2017

COMMENT LIRE les PHILOSOPHES

  Il y a deux manières de lire. La première consiste à écouter soigneusement le texte, à étudier les rapport entre les diverses thèses, à chercher le fondement de l'oeuvre, sa logique interne, voire à débusquer le secret de sa naissance et de son développement. Le lecteur se met entre parenthèses, autant qu'il est possible, pour lire exactement ce qui est, sans y ajouter de son crû, ou en retirer. C'est l'idéal universitaire, ou celui du philologue. Apprendre à lire est un moment nécessaire de toute formation. Il faut en passer... [Lire la suite]

06 janvier 2017

HADES et DIONYSOS : Héraclite

  "Mais c'est bien le même que Hadès et Dionysos... ". Hadès est le dieu des morts, ou le séjour des morts. Déclarer qu'il est le même que Dionysos est d'abord perçu comme une provocation, un renversement proprement stupéfiant, voire hérétique. Dionysos n'est-il pas le symbole de la vie luxuriante, affranchie de toutes normes et tutelles, débordante de vitalité, qui emporte les Ménades, les Bacchants et les Bacchantes dans une ivresse déchaînée, vers les montagnes, les forêts sauvages, pour y célébrer, dans l'ensauvagement, les... [Lire la suite]
05 janvier 2017

De l' AMBIVALENCE et de la CONTRARIETE

  Aux commentaires avisés de plusieurs lecteurs, que je remercie au passage, je voudrais apporter ci-devant un modeste addendum :   En latin "altus" signifie aussi bien haut que profond. "Sacer" : saint, vénéré, auguste, mais aussi : maudit, exécrable. Le pharmakon, en grec désigne le poison aussi bien que le remède. On pourrait multiplier les exemples. D'un point de vue logique c'est incompréhensible : depuis Aristote, nous sommes attachés au principe d'identité : A=A, et encore : A ne peut être en même temps et sous le... [Lire la suite]
04 janvier 2017

L' ARC et la LYRE : Héraclite

  Je m'essaie à suivre Héraclite dans les sentes abruptes de sa pensée. Parfois je suis ébloui par une intuition soudaine, à rebrousse-poil, qui déroute la représentation, oblige à tourner le regard, non certes selon la logique surannée de la "conversion", mais sur le mode impromptu, imprévisible, d'une "subversion", regard de biais, comme celui que la mythologie prêtait à Apollon "au regard oblique". Faut-il reppeler qu'Apollon, avant de devenir le dieu policé des arts et de la musique - le dieu à la lyre - était, dans une... [Lire la suite]
02 janvier 2017

VERACITE du PAS-TOUT

  Merci aux amis lecteurs qui me soutiennent dans cette démarche de connaissance, de jugement et de véracité. Ne pouvant être "vrais", à tous égards, au moins efforçons-nous d'être véraces, congruents, authentiques, ce qui déjà est un vaste programme, à peine accessible et praticable. Il n' y a au fond qu'une seule morale - j'hésite même à utiliser ce mot - c'est de s'efforcer soi-même à un dire sur soi qui ne soit pas du semblant, s'il est patent qu'un tel dire n'est en rien praticable dans la vie sociale.  A y réfléchir... [Lire la suite]