18 octobre 2010

Du CONTENTEMENT

"Vivre content", voilà un beau programme, et une noble ambition! Mais au moins cela est relativement réalisable. Mais attention, être content ce n'est pas être contenté, et encore moins être heureux. Qui peut se déclarer contenté, s'il est bien clair que pour cela il faille un improbable concours de circonstances, une occurrence parfaite des objets et des situations qui nous donneraient une pleine et entière satisfaction, dans une adéquation durable du désir et des rencontres? Quant au bonheur, les conditions sont telles... [Lire la suite]

14 octobre 2010

"Nous sentons et nous expérimentons que nous sommes éternels"

"Nous sentons et nous expérimentons que nous sommes éternels" : Spinoza. Cette proposition peut laisser songeur. Je voudrais l'examiner ici de plus près, dans mon propre style. Il y a, ici, quelque chose d'essentiel qui demande questionnement attentif et sans complaisance. J'allais écrire : il y va de notre existence même. Remarquons d'abord que Spinoza ne parle pas de l'immortalité mais de l'éternité. Certaines religions promettent l'immortalité de l'âme dans une autre vie. Spinoza ne dit pas cela. L'immortalité est une... [Lire la suite]
13 octobre 2010

Du GRAND MANITOU

Souvenir d'un western : un vieil Indien se lève, fait ses adieux à ses parents et amis, se dirige vers la montagne proche et va s'étendre sur l'herbe, à l'ombre d'un arbre millénaire. Son heure est venue. Il regarde le ciel immense, le soleil à l'horizon entre les nuages rosés, s'absorbe dans la contemplation finale, et, dans un accord silencieux avec soi et le monde, se prépare à rejoindre le Grand Manitou. Au petit matin il sera mort, sans violence, sans regret, abandonné aux éléments qui prendront soin de son corps et de son âme... [Lire la suite]
11 octobre 2010

" CHANGER de VIE" - qu'est-ce à dire?

"Changer de vie"? La formule est plaisante, mais creuse. Si l'on se place à un point de vue limité, passe encore. On peut changer de profession, de ville, de voiture. On peut entreprendre de faire le tour du monde en laissant derrière soi ses projets avortés, ses déceptions, ses déboires. On peut quitter sa compagne, pour la solitude ou un nouvel amour. Il y a en effet des ruptures nécessaires, qui signalent l'urgence d'un remaniement, d'une révolution intérieure. Le désir, écrasé dans la répétition, l'habitude et les... [Lire la suite]
07 octobre 2010

INDIVIDUATION et INTEGRATION : psychologie et métaphysique

Me voilà devant une redoutable aporie : comment concilier le mouvement personnel vers l'individuation et une nécessaire intégration sur un plan englobant, plus vaste, à la dimension à la fois symbolique et universelle? Le sujet humain est tiraillé par deux exigences apparamment contraires. D'une part il est condamné à s'inscrire dans une culture, s'adapter à des normes externes pour se socialiser, ce qui implique une sorte d'aliénation à autrui. L'ordre symbolique commandera son entrée dans le monde sous les espèces de la langue,... [Lire la suite]
06 octobre 2010

La QUESTION KUNIQUE : NATURE et CULTURE

Le Kunique pose une question redoutable : que valent nos coutumes, nos institutions, notre morale fondées sur l'interdit? On sait que Diogène le Chien aboyait, crachait, pissait sans retenue contre les usages des Athéniens, vilipendant les fausses valeurs qui présidaient à leur style de vie. Mais ce serait une erreur de n'y voir qu'une condamation morale du vice et de la facilité. Diogène n'est pas un prêcheur parmi d'autres, une sorte de Rousseau attique échevelé, hirsute et déchaîné, asocial et pervers, qui relèverait plus de... [Lire la suite]

04 octobre 2010

De la MEMOIRE et de l'OUBLI

Qui ne se plaint de sa mémoire, à croire qu'il soit bien utile de tout garder sous la main, disponible, et frais, et comestible sur l'heure. Et en voilà qui, non contents de nous congestionner de mille souvenirs inutiles et néfastes, nous enjoignent de nous attrister à l'infini dans l'évocation des heures sombres de notre histoire. "Devoir de mémoire" qu'ils disent. "Repentance"- et pourquoi pas macération, cilice et mortification? S'il est dangereux de refouler, de cliver et de dénier, il l'est autant de... [Lire la suite]
01 octobre 2010

La GAIETE et la JOIE

La gaieté est une heureuse disposition de nature, plaisante et enjouée, qui donne verdeur et vivacité à nos humeurs, à notre physionomie même, et à nos propos. La gaieté ensoleille et rayonne. Elle répand de la grâce, dissipe sans effort les brumes de l'âme, restaure le goût de vivre à celui qu'elle touche de sa lumière. Elle communique la joie, redresse et encourage. Heureux celui qui en a hérité de naissance, si de gentilles fées ont répandu leurs fleurs sur le berceau! La gaieté ne s'apprend pas, ne s'enseigne pas. Tout au plus... [Lire la suite]
29 septembre 2010

SKEPTIKOS : le regard du SCEPTIQUE

Skeptikos : qui observe, qui réfléchit. Du verbe skeptomai : regarder attentivement, considérer, observer, examiner, méditer, réfléchir. Originellement, le terme définit  une posture mentale d'attention devant un objet, un retrait réflexif, une faculté d'observation qui va à l'encontre de notre précipitation ordinaire. Moment de suspens, de considération réfléchie, d'attente, de réserve, de silence et d'accueil. Rupture du mouvement spontané, suspension de l'affect, libération de la pensée. Retour aux choses, regard, ex-ception... [Lire la suite]
27 septembre 2010

La SURFACE ABSOLUE et l'ECOLOGIE PLANETAIRE

"Turbantibus aequora ventis..." Quand les vents agitent la surface (des flots). Turbare, turbulences, tourbillons, tumulte : toujours la "dinè" de Démocrite, tourbillon initiateur, père de toutes choses. Parfois la mer est calme, sereine bonace entre deux déferlements. Et toujours le mouvement, comme dans les âmes agitées, qui si rarement savent goûter la paix. De fait, il n'y a nulle différence de nature entre le mouvement des flots et celui des âmes : même nature, même tourbillon, et même accalmie. C'est le même livre, composé des... [Lire la suite]