10 septembre 2010

EXALTATION de l' APEIRON

De quelque manière que l'on veuille bien s'y prendre, c'est de l'Apeiron qu'il faut partir, avec cette conscience aiguisée que l'Apeiron n'est pas un début - ni une fin - mais l'éternité insondable des processus de toute nature. L'apeiron est a-chronologique, an-historique, échappant de fait à tout effort de conceptualisation. En toute rigueur, de l'Apeiron il n' y a rien à dire. Il faut et il suffit de le poser comme un X originaire, ou mieux encore, comme un A, (A-peiron), présidant merveilleusement à tous les A privatifs que la... [Lire la suite]

09 septembre 2010

De la GRANDE SANTE

Epicure à Idoménée :" Je vous écris cette lettre alors que je passe et achève en même temps le bienheureux jour de ma vie ; les douleurs que provoquent la rétention d'urine et la dysenterie se sont succédé sans que s'atténue l'intensité extrême qui est la leur : mais à tout cela la joie qu'éprouve mon âme a résisté, au souvenir de nos conversations passées ; quant à toi, prends soin des enfants de Métrodore, en te montrant digne de la disposition d'esprit que tu as manifestée envers moi depuis que tu es jeune, et de la... [Lire la suite]
03 septembre 2010

PENSEE de la LIMITE : EPICURE THERAPEUTE

Le jouisseur, le débauché, l'ambitieux, l'avare - en somme tout homme qui est ravagé par le désir de l'illimité est nécessairement malheureux, s'il est évident qu'il compte toujours ce qui lui manque - et qui fuit comme de l'eau dans un vase percé - plus que ce qu'il possède, et dont il puisse naturellemnt jouir. Le désir est spontanément infini, se déplaçant sans fin d'un objet à l'autre, d'une illusion à l'autre. Que chacun s'examine avec lucidité, il verra très vite qu'il court sans cesse, halluciné par des simulacres de jouissance... [Lire la suite]
02 septembre 2010

Du PLAISIR de la CONNAISSANCE PHILOSOPHIQUE

"Dans les autres occupations, une fois qu'elles ont été menées à bien avec peine, vient le fruit : mais en philosophie, le plaisir va du même pas que la connaissance : car ce n'est pas après avoir appris que l'on jouit du fruit, mais apprendre et jouir vont ensemble". (Epicure: sentence vaticane 2 Apolausis : action de jouir, jouissance que l'on retire de quelque chose. Mathèsis :  action d'apprendre. Que nous voilà loin de la fameuse "inculture" d'Epicure! Pour goûter pleinement (apolausis!) cette... [Lire la suite]
30 août 2010

DE l' A-CULTURE PHILOSOPHIQUE

Certains lecteurs ou auditeurs me confient un embarras : ils manqueraient de culture philosophique, ayant de longtemps oublié les rudiments acquis lors d'une lointaine terminale de philosophie, et puis le travail, l'éducation des enfants, les soucis de l'existence, et tout le reste... Que dire? C'est ce qu'on appelle la réalité. J'ai envie de répondre à la manière de Montaigne : "Avez-vous pas vécu?". Quel meilleur apprentissage pour le philosopher que les soucis ordinaires de l'existence, l'éducation des enfants, les aléas... [Lire la suite]
27 août 2010

METAPHYSIQUE et ANTHROPOLOGIE : convergences

En suivant le fil hasardeux de mes recherches, je débouche sur une rencontre singulière entre le positionnement du réel et la question de l'humain, envisagée dans son développement historique. Les deux problèmes : "qu'est-ce que le réel?" et "qu'en est-il de l'humain dans son rapport au réel?" entrent enfin en consonnance, et peuvent à présent s'éclairer l'une par l'autre. Pour moi cela signifie une heureuse convergence de mes travaux, un aboutissement, au moins provisoire, qui, rétrospectivement, me conforte dans... [Lire la suite]

26 août 2010

APPROXIMATIONS du REEL : la danse du multiple

Je m'efforce, dans ces récents articles, d'élaborer de nouveaux rapports entre les divers domaines de la vie et du savoir - métaphysique, scientifique, éthique, géopolitique et artistique -à partir d'une unique source, l'intuition fondamentale de la vérité tragique. Vérité sans concession, vérité de l'Ab-sens, de l'indifférence absolue du réel. Vérité perpétuellement déniée, refusée, expurgée, forclose dans les discours sur l'Etre, dans les représentations communes, et dans les savantes constructions de la science et de la... [Lire la suite]
23 août 2010

ESTHETIQUE EPICURIENNE

"Pour moi, c'est assuré, je ne sais plus à quoi reconnaître le bien, si je mets de côté les plaisirs pris aux saveurs, et si je mets aussi de côté les plaisirs pris à l'amour, ceux pris au sons et ceux pris aux formes". Epicure : traité "Sur la fin". Et dans la lettre à Pythoclès : "Fuis toute espéce de culture, bienheureux, toutes voiles déployées". Voilà qui est clair : saveurs, sons, formes, ce sont les données de la perception sensible. Plaisirs de l'amour, encore la perception sensible. On notera que la rencontre amoureuse ne se... [Lire la suite]
19 août 2010

Le TRAGIQUE d'EPICURE

Epicure est-il un penseur tragique? A lire certains textes fameux, et à se contenter de certaines formules psychagogiques destinées à provoquer un sursaut libérateur, on pourrait être tenté de considérer Epicure comme un optimiste. Ne déclare-t-il pas que le bonheur est accessible dans cette vie même, ici et maintenant, que  "le plaisir est le début et la fin de la vie heureuse", et que par une discipline du corps et de l'âme on peut "vivre comme un dieu parmi les hommes". C'est le versant volontariste de la... [Lire la suite]
18 août 2010

De la DESINTOXICATION VOLONTAIRE

Depuis quelques mois je m'efforce à une désintoxication volontaire et méthodique. Tout ce qui m'a été enseigné, de gré ou de force, se voit soumis à un impitoyable curetage mental, les savoirs, les méthodes, les doctrines, les présupposés, les intentions conscientes ou inconscientes, les impensés, les fondements, les finalités, les résultats, et de manière générale, les formes autant que les contenus. J'ai résolu, dans la plus austère fermeté, de penser, autant qu'il se peut, à partir de mon expérience, et non plus à partir des textes... [Lire la suite]