18 mars 2011

Du MONDE et de l' IM-MONDE : c'est quoi la nature?

L'idée de Nature est un obstacle à penser correctement la nature comme telle. Il est très difficile, mais nécessaire, de se dégager des représentations ordinaires selon lesquelles la nature serait une unité substantielle, une sorte de totalité harmonique. C'est notamment la conception traditionnelle du Kosmos que je me propose d'interroger ici. Kosmos c'est la parure, l'ornement; d'où dérive "cosmétique". Dans leur naïveté ontologique les Grecs ont conçu spontanément la nature comme "environnement", comme nos faisons encore... [Lire la suite]

14 mars 2011

De l' ETRE - et de la NATURE

La pensée grecque nous a légué ce redoutable poison de l'Etre, mais aussi le remède qui sauve. L'Etre fut l'obsession de Parménide puis de Platon, qui voulaient tous deux fonder la connaissance sur un socle sûr et immuable, et qui en vinrent de la sorte à déprécier le monde sensible, jugé trop mouvant, trop insaisissable, affecté de tous les maux de la relativité et de la subjectivité. Il en résulta cette terrible dichotomie du sensible et de l'intelligible, cette séparation absurde de l'âme et du corps, cette dévitalisation du monde... [Lire la suite]
11 mars 2011

LETHE et A-LETHEIA : de la vérité de l'oubli

Lèthè : fleuve des Enfers. Lèthè : l'oubli, de lanthanô : demeurer caché. Le régime de "lèthè" c'est d'être hors de la vue, retiré en quelque demeure obscure, à l'abri. "Vis caché" proclamait Epicure, par souci de conservation et de sûreté. Reste à penser le rapoort énigmatique entre l'oubli et les eaux du fleuve des Enfers. Et en conséquence le statut d'Alètheia, la vérité. Lèthè, le fleuve des enfers sépare le monde des vivants du monde des morts, désigné comme demeure de l'Oubli. Les mortels, à l'exception peut-être des héros et... [Lire la suite]
10 mars 2011

Le CARACTERE c'est le DAIMON : Héraclite

Héraclite :"Ethos anthropô daïmon" : le caractère, pour l' homme, est son daïmon.- Qu'est ce que le daïmon? Dans la conception populaire le daïmon est un génie personnel, une sorte de double mystique qui accompagne l'homme tout au long de son existence. Il y aurait en somme une double identité : la persona (le masque, l"'hypocritès", l'acteur)) visible et empirique, soumis aux déterminations sociales, et d'autre part un principe immanent, un guide, un conseiller interne, un principe souverain et secret qui présiderait aux décisions,... [Lire la suite]
09 mars 2011

PSYCHOLOGIE et METAPHYSIQUE

Notre psychologie moderne est bien décevante! Pour avoir sondé, de longues années durant, tous les arcanes de la psyché, je mesure à grands frais les apories du savoir, les impasses de la perlaboration, les fractures de la théorie. Car enfin, à quoi mène cette laborieuse exploration, si ce n'est à l'embarras du vivre, à ce Freud appelait "le malheur banal". Cela démontre en tout cas l'insuffisance de toute science quant à la question métaphysique et éthique. Cette leçon ne laisse pas d'avoir un côté positif, car enfin la science n'est... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 mars 2011

ALETHEIA : du MASQUE et de la DANSE

A-lèthès : vrai, sincère, franc, véridique, véritable. Dans cette acception le "A" est privatif : non caché, non voilé, non trompeur. Il semblerait bien que la notion originale d'Alètheia, comme l'a soupçonné Heidegger, soit d'essence privative : la vérité se pense et se dit comme une abstention, face à un premier mouvement de dissimulation. Voilà qui en dit long sur notre supposée tendance innée à la véracité. Mais dans le monde de la pensée grecque "alètheia" se dit dans un rapport de l'homme au dieu. Le dieu, comme la nature, "aime... [Lire la suite]

07 mars 2011

Une ENIGME de THALES

Il disait que la mort ne diffère en rien de la vie. "Et toi donc, dit quelqu'un, pourquoi ne meurs-tu pas?" "Parce que cela ne fait aucune différence" dit-il (Diogène Laerce I, 35). Comme cette énigme résonne étrangement à nos oreilles de modernes, qui, convaincus de la réalité du moi, pensons la mort comme le contraire absolu de la vie, sa négation absolue. Mais les Anciens ne sentaient pas les choses ainsi. Ils ne croyaient pas à la substance du sujet, plus encore, ils n'envisageaient même pas que l'on pût croire à l'existence... [Lire la suite]
25 février 2011

La VOIE MOYENNE : pour une ETHIQUE de l' AGIR

Les frémissements de ce printemps naissant m'inspirent de bien agréables pensées : il me semble possible à présent de faire fructifier ce long travail de réflexion, mené depuis des années avec patience et impatience, de donner aux intuitions fondamentales, enfin, une certaine cohérence spéculative, et je l'espère, un prolongement naturel dans la conduite de la vie. Philosopher, c'est exercer à l'égard de l'expérience une exigence d'accueil et de raison, se rendre disponible aux événements de toutes sortes, externes et internes, les... [Lire la suite]
22 février 2011

La PRIERE du MATIN

Hegel disait que la lecture du journal était sa prière du matin. Il est vrai qu'il avait fréquenté, avec ses congénères Hölderlin et Schelling, le fameux Stift de Tübigen, école émérite de formation évangélique, et qu'il en restait forcément quelque chose. Si je devais prier le matin j'invoquerais plutôt Apollon et les Muses pour nourrir une inspiration défaillante. Il est vrai que les événements du monde, en cette période tout particulièrement, me troublent et me détournent de ma voie ordinaire. J'ai beau faire, mon esprit voyage... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 février 2011

KIERKEGAARD A L'ENVERS : épigramme

Kierkeggaard soutenait que le cours normal de l'existence comprend trois stades successifs : stade esthétique (le plaisir des sens), stade éthique (soumission à la loi morale) et le stade religieux (conversion). Je proposerais pour ma part un renversement universel de cet aimable Pascal hyperboréen : stade religieux (dépendance forcée de l'enfance) ; stade éthique (recherche et affirmation de la singularité comme loi) ; stade esthétique enfin : cultiver et goûter le jour!
Posté par GUY KARL à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]