25 janvier 2012

De l'ENIGME

  L’énigme est bien autre chose qu’une simple question, ou qu’un problème. Question et problème se posent dans un champ particulier et engagent un savoir particulier. L’énigme, dans sa radicalité, fait exploser tous les champs, excède, par sa violence, tous les savoirs. Elle interroge l’homme au plus profond, le somme de répondre, alors même que la réponse est impossible, que toute réponse s’avère incomplète, décevante, manquée, relançant la question dans une vertigineuse lutte entre vie et mort. L’énigme nous jette brutalement... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

24 janvier 2012

Du PLURALISME en PHILOSOPHIE

Ce sont les Atomistes qui confèrent au pluralisme ses lettres de noblesse en philosophie. Ce sont eux qui ont pulvérisé la conception de l’Etre-Un, disséminé l’Etre dans le double infini des atomes et du vide, brisé le Kosmos unitaire et sphérique, multiplié les mondes et les univers, révélé en toutes choses la pluralité, la combinaison, la naissance et la corruption. Plus qu’une description fidèle des phénomènes le pluralisme est une machine de guerre contre l’idéalisme, la métaphysique de l’Etre, et en dernier ressort contre la... [Lire la suite]
23 janvier 2012

Du PLURALISME PULSIONNEL

La pulsion est une poussée d’origine interne qui produit une tension, agréable ou désagréable, un « travail » physiologique et psychique, exigeant une satisfaction, laquelle à son tour génère une détente de l’organisme. La source de la pulsion est à chercher dans le corps conçu comme totalité indivise, bien avant toute distinction entre le soma et la psyché. Quelque chose dérange, modifie l’équilibre général, excite, suscite de la gêne, des images associées au souvenir de plaisirs antérieurs. C’est cela sans doute qui a... [Lire la suite]
20 janvier 2012

APOLOGIE du PRESENT

  Adossé au réel, et la mort en face de moi, je m’interroge. Qui suis-je si ce n’est ce fragment d’espace, de matière et de temps qui s’effiloche comme peau de chagrin. Du passé je n’ai que le souvenir de quelques bribes chancelantes, et le futur n’est qu’une vue de l’esprit. Debout, je respire plus profond, pour m’assurer du moins que j’existe, en cet instant fragile, déjà presque passé. Cet instant, je le veux, je le veux vivre aussi intensément que possible, mesurant la caducité indépassable de toutes choses, et la mienne... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 janvier 2012

De l' INSTINCT de CONNAISSANCE

Pourquoi chercher à savoir ? Et savoir quoi ? Les Grecs pensaient qu’il existe en l’homme une disposition naturelle à la connaissance, une curiosité insatiable, une légitime exigence de compréhension du monde. Ils ont posé le Logos comme principe universel, à la fois de la pensée – Logos c’est d’abord la parole, le discours, la raison – et de l’ordre du monde, conçu comme Kosmos, ordre et harmonie des éléments dans le Tout. Ils exprimaient par là une confiance splendide et naïve dans les pouvoirs de la raison humaine,... [Lire la suite]
18 janvier 2012

VERSIONS de l' ETERNEL RETOUR : des pulsions

De l’éternel retour je vois deux versions fort différentes, mais nécessairement liées. Entre les deux la béance du tragique, écartèlement existentiel, inévitable, mais supportable. Première version : à partir de l’évènement fondateur, initiateur de la structure, nous pouvons déchiffrer les aléas d’une série, la ligne de l’Aïon, comme série des évènements qui se succèdent au cours de la vie, récurrents, semblables en leur essence, toujours déjà passés et toujours à venir, marquant le présent du poinçon de la nécessité. Eternel... [Lire la suite]

17 janvier 2012

Du SEXUEL au REEL : métapsychologie et métaphysique

Freud voulait remplacer l’ancienne métaphysique, jugée idéaliste et irréaliste, par la métapsychologie. Que serait cette métapsychologie? Une extrapolation spéculative, mais fondée en raison, des résultats de la psychologie scientifique dont il s’estimait l’initiateur. Théorie des pulsions, structure de l’inconscient, données ultimes de la connaissance. A sa manière, Freud renouvelle les questions traditionnelles de la métaphysique : que pouvons nous connaître, avec quels moyens, que devons nous faire, que pouvons nous espérer?... [Lire la suite]
16 janvier 2012

Du SEXUEL et du REEL

L’effroi signe la proximité excessive du réel. Par réel il ne faut pas entendre la réalité commune et conventionnelle, mais ce qui surgit en fracassant les barrières de la représentation. Dans l’ordre de la psyché le réel c’est d’abord le sexuel, si par là on désigne correctement ce qui est refoulé, clivé, séparé. Mais là encore il faut être prudent : les choses du sexe apparaissent voilées, protégées par l’écran de la beauté, de la mascarade, de l’érotisme, de la délicatesse ou des bonnes mœurs. La beauté est l’ornement qui... [Lire la suite]
13 janvier 2012

Le PARADOXE du PRESENT

Le temps ne manque jamais. Le présent ne manque jamais.  Cela devrait nous remplir d’allégresse. Nous disons : le temps me manque, le présent court et s’envole. Diable, mais c’est nous qui courons ! A savoir après quoi ? On représente généralement le temps comme une droite qui va du passé vers le présent et l’avenir.  Mais on pourrait inverser, et dire : le temps va du futur vers le présent  et le passé. C’est bien ainsi que nous vivons les choses. Le futur est le temps fort, le temps du désir, de... [Lire la suite]
12 janvier 2012

de la VACUITE, et de l'APEIRON

La vacuité s’entend par rapport à la représentation, et non absolument. Ce n’est en rien une position nihiliste. Tout le travail psychique et philosophique, ce long travail, exaltant et périlleux, de traversée des opinions, des constructions, des convictions  et autres élaborations de l’esprit, consiste, en dernière analyse, à affronter cette aporie de la vacuité. Nous en avons parfois l’intuition fulgurante au cours d’une promenade, au décours d’une conversation ou d’une méditation solitaire : soudain l’inanité de toutes... [Lire la suite]