22 novembre 2013

De la CIBLE INTERIEURE (3)

    Chaque matin est notre matin, et le matin du monde...De cela je fais quotidiennement l'expérience, tantôt dans l'allégresse, tantôt dans une secrète, une indicible in-quiétude. Ce n'est pas de la souffrance à proprement parler, plutôt une sorte d'hésitation, un balancement de l'âme, comme si d'hésiter pouvait suspendre la marche irréfutable du temps, retarder l'heure décisive où je serais en accointance avec l'événement, présent dans la présence du monde. Dès le réveil je sais que quelque chose d'important m'attend, et... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 novembre 2013

De la CIBLE INTERIEURE (4)

        En termes métapsychologiques voici la formulation à laquelle aboutit ma recherche : la personnalité psychique s'analysera selon une triple détermination, du plus extérieur vers le plus intime. Le moi est la façade, la personnalité apparente, la somme des identifications conscientes et inconscientes, formant une sorte de réseau d'images intérorisées, fortement investies. Le moi présente spontanément une résistance au changement, avec des variations considérables selon les individus, mais au total, sauf... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 novembre 2013

L' OBSESSION de la CIBLE : pour une révolution anthropologique

    L'obsession de la cible, là voilà la maladie moderne! Et les voilà tous suant et puant sur leurs machines à rendement, les yeux braqués sur l'objectif, muscles noués, cerveau bouillant, et trépidants! De grâce, respirons un peu, levons les yeux vers le vaste ciel, laissons nous vivre! Il n' y a pas si longtemps nos générations conciliaient à peu près l'activité nécessaire et la détente, et voilà que la détente elle-même devient un marché, un enjeu lucratif, une obligation sociale, une valeur économique. La gigantesque... [Lire la suite]
12 novembre 2013

L' ARC et la FLECHE : du sujet

    Se présenter c'est entrer en présence, dans l'espace et le temps, ici et maintenant, dans l'immédiateté d'un agir ou d'un parler. On dit bien prendre la parole, ou pourrait dire prendre acte, et cela se fait par le surgissement du corps, d'une corporéité sensible, pulsionnelle, toute présente à soi et tendue du même mouvement vers la présence dans le monde. Surgissant, le sujet déploie autour de lui un espace de sensation, de direction et de signification, une polyphonie de sens dont il est le centre actif et passif,... [Lire la suite]
11 novembre 2013

Du SUJET et du PLAN d' IMMANENCE

    A quoi reconnaît-on l'existence du sujet? A ceci qu'il se présente dans le monde, à la surface des choses, qu'il jaillit du plan de l'immanence indifférente pour y poser, par la parole ou l'acte, un mode subjetif d'affirmation de soi. Tel est Ulysse, s'éveillant d'un long sommeil aprés son naufrage, et s'avançant vers les jeunes filles qui jouaient sur le rivage :    "Comme un lion nourri dans les montagnes    S'en va par la pluie et le vent, assuré de sa force,    Les yeux en feu, il... [Lire la suite]
08 novembre 2013

De la VERITE du SUJET

      Il reste, disais-je, le sujet, ce résidu inamovible, principe insaisissable et indéfinissable de la singularité. Et si je regarde les arbres autour de moi, et les chiens, et les nuages, je vois entre eux une irréductible différence, rien que des différences, et je me demanderai même si l'on a quelque raison sérieuse d'isoler de la sorte une généralité appelée "arbre", si nulle part je ne vois quelque chose qui serait l'arbre en général. Chacun de ces nobles végétaux a su se développer selon son style propre,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2013

De la DESILLUSION

    Quand on est revenu de toutes nos illusions, quand tous nos espoirs de vie intense et tropicale se sont envolés, que reste-t-il? La plate monotonie de la vie quotidienne, la conversation, le petit vin entre amis, le soleil qui se lève et se couche, l'ombre et la lumière, ou, comme disait Rimbaud, une dure réalité à étreindre. Survivre au désenchantement, voilà une dure épreuve. Dans le remarquable film "Les invasions barbares", les personnages, tous anciens soixante-huitards dégrisés, passent en revue la kyrielle de... [Lire la suite]
05 novembre 2013

De l' EXCEDENT PULSIONNEL : dépense et sublimation

    Dans la longue histoire de l'Occident le "moment épicurien" représente peut-être la dernière phase d'équilibre dans un processus général d'intensification, qui des anciennes civilisations respectueuses de la vie naturelle mène par degrés à l'exploitation, à l'"arraisonnement" méthodique et planétaire de la nature. Dans Epicure, pour la dernière fois, l'homme se pense et se propose de vivre dans une relation harmonique et heureuse avec le Tout : le seul projet qui tienne, et qui soit réalisable, c'est de revenir aux... [Lire la suite]
04 novembre 2013

Du SUJET, et du MOI

    Une subjectivité sans sujet? Cela paraît insensé, sauf à préciser : sans sujet substantiel. On peut très bien soutenir ensemble deux propositions apparemment contradictoires, l'une qui pose l'absence de substance constante, immuable et pérenne (Bouddha), l'autre qui admet que la configuration des forces, instincts et pulsions témoigne d'un certain style singulier, d'une composition originale et différente de toute autre, d'une idiosyncrasie particulière, d'une organisation interne que l'on peut appeler "subjectivité" -... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 octobre 2013

De la BLESSURE, de la FAILLE, et de la VERITE

    Mais la blesssure ouvre sur quoi? Encore une fois c'est chez les Grecs que je trouve la réponse :      "Or donc, tout d'abord, exista Faille, puis par après, Terre Large-Poitrine      Base sûre à jamais pour tous les êtres" (Hésiode, Théodicée 116, 117). Faille traduit Chaos : ouverture, baîllement, hiatus. Elément primordial sans forme ni bord, qui n'est pas un non-être, mais pas davantage de l'être, si ce n'est comme potentialité indéfinie : apeiron (Anaximandre), le sans-limites, ou... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :