30 décembre 2013

MORT au BONHEUR ! : d'une étrange tyrannie moderne

    Je ne crois pas aux recettes de bonheur dont on nous abreuve ces temps-ci, sans doute pour combattre une certaine morosité sociale et politique, laquelle à son tour est l'indice d'une inquiétude plus diffuse. Que chacun y aille de sa petite recette personnelle pour parer à l'âpreté des temps, quoi de plus légitime?Ce qui l'est moins c'est le battage public, la médiatisation irritante de nos penseurs patentés, toujours les mêmes, à croire qu'il n' y a que deux ou trois cerveaux en France et en Navarre, chargés de penser... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

27 décembre 2013

De la TROMPERIE du SAVOIR

    Qu'est ce qui motive une personne à entreprendre une psychanalyse? On dira sans doute : la souffrance. Certes, mais la souffrance pousserait plutôt vers la médecine, supposée soigner les maux du corps et du psychisme. Ou alors vers la religion, ou les sectes. Ou encore vers diverses formes de psychothérapie qui vous proposent des remèdes plus rapides et parfois plus assurés. La psychanalyse se soutient d'un désir plutôt étrange, assez rare, de savoir. Etrange en ce qu'il faut une étrande disposition personnelle pour... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 décembre 2013

D'UN REEL qui JAMAIS ne MANQUE

    Aporos - polyporos, tel est l'homme, sans ressources et plein de ressources, selon Sophocle dans le Choeur d'Antigone. Cette brusque mise en rapport, dans un paradoxe obscur et éclairant, exprime, je crois, souverainement et décisivement, ce qu'il en est de la "nature" de l'homme, étrangement démuni, et tirant de ce dénuement, par un retour inconcevable, ses ressources les plus inattendues. Le dénuement est mis en scène par Protagoras exposant le mythe d'Epiméthée : distribuant toutes les qualités essentielles à... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 décembre 2013

De l' AME : HERACLITE

    "De même que l'araignée, se tenant au milieu de sa toile, perçoit aussitôt qu'une mouche a brisé l'un de ses fils, et ainsi court rapidement à cet endroit comme si elle souffrait de la rupture du fil, de même l'âme de l'homme, une partie du corps étant blessée, se rend en hâte à cet endroit, comme incapable de supporter la blessure du corps auquel elle est liée solidement et dans chaque partie". (Héraclite, 67a, trad Conche) D'après ce texte l'âme de l'homme est liée étroitement au corps (proportionaliter), mêlée... [Lire la suite]
20 décembre 2013

Du BEAU et du REEL

                     "Je suis belle, et j'ordonne                  Que pour l'amour de moi vous n'aimiez que le beau". (Baudelaire) Seul le beau est aimable, lui que nous inspire la beauté de la Muse, magnifiée par l'amour. A dire vrai on ne sait trop si c'est l'amour qui inspire la beauté ou la beauté qui inspire l'amour. J'imagine fort difficilement que l'on aime la laideur, en tout cas, moi, j'en suis incapable. J'aime ce qui... [Lire la suite]
10 décembre 2013

FAIRE un LIVRE ?

    Je rêve d'un livre qui ferait la synthèse de mes recherches, qui livrerait le fruit de tant d'années d'expériences intérieures, qui prolongerait à sa manière la grande leçon des Anciens, tranmettant ce qui mérite de vivre au delà de ma modeste existence, et des aléas du temps présent. Projet ambitieux, et bien futile si je considère la maigreur du résultat : que reste-t-il, au bout du compte, d'une vie d'homme, qui mérite considération? Nous sommes des héritiers, rarement des inventeurs. Parvenir à transmettre ce que... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:06 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 décembre 2013

VITA CONTEMPLATIVA

    "Un poète n'est pas plus utile à l'Etat qu'un joueur de quilles" (Malherbe). Certes, mais ce n'est pas selon l'utilité qu'il faut juger d'un poète. Et que diantre serait un Etat sans poètes? Voyez la République de Platon, plus sinistre que la pire des tyrannies. Et puis, supprimez aussi les artistes, les jouailliers, les tireuses de bonne aventure, et les prostituées enfin, pour faire une république pure, morale à souhait, irréprochablement lisse, et triste comme un jour sans pain! Je hais les utilitaristes, mais les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:23 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
04 décembre 2013

LIBERTE et BONHEUR

    Larguez les amarres! Il y a de la beauté dans la liberté, mais une beauté un peu triste, très cher payée, et dont le bénéfice n'est pas toujours évident. Il faut un peu de temps pour en goûter toute la saveur. On sent intensément ce que l'on perd, rarement ce que l'on gagne, dont le bienfait ne se mesure que négativement, à l'aune de la gêne évitée, de la dépendance annulée. Encore faut-il bien se souvenir de l'état précédent où l'on pestait contre les entraves. La nouvelle situation nous semblera bientôt si... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
26 novembre 2013

Petite MEDITATION sur le FLEUVE

    Je voudrais m'alléger un peu...La légèreté, voilà le critère ultime. Seul un esprit léger peut goûter aux plaisirs de ce monde, débarrassé de tout ce qui colle, humus et glèbe, et de la gangue du passé, et des poinçons de la nostalgie. Il n'y a pas de retour, ni de printemps éternel. Le temps va, et nous allons, emportés sur les vagues du temps, au gré du fleuve. C'est le même homme, et ce n'est pas le même, toujours neuf à chaque matin du monde. La langue est un fleuve. Nous croyons saisir, dans un mot, l'énigme, la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
24 novembre 2013

De la CIBLE INTERIEURE

    La cible véritable, celle qui devrait nous tenir lieu de fin et de loi, c'est la cible intérieure, qui, bien conçue, bien positionnée, est à la fois le soi et le tout. Nous nous perdons tout autour de nous, courant, nous démenant, trépidants comme des diables pris de folie, alors que l'humble et magnifique secret est qu'il n' y a rien à trouver qui ne soit déjà là, toujours déjà présent dans l'intimité féconde de notre coeur. Les anciennes traditions enseignaient la congruence merveilleuse de l'intériorité subjective... [Lire la suite]