13 novembre 2012

De l'OBJET PERDU, et de PYRRHON

            De l’OBJET PERDU, et de PYRRHON     C'est une idée étrange, renversante : et si notre destinée personnelle, dans ses choix, ses options fondamentales, ses refus et ses fixations dépendait presque exclusivement de la place que nous avons attribuée à l'objet perdu?  Quel est cet objet perdu ? La question est secondaire : même si les éléments de réponse ne manquent pas, ils n'en épuisent pas la nature. On peut dire : le sein maternel, réel ou imaginaire, la matrice, les... [Lire la suite]

12 novembre 2012

Du CHEMIN de VERITE

          « Dans ce corps même, long de quelques coudées, contenant l’esprit et ses perceptions, je fais connaître l’univers, son origine, sa cessation et le moyen menant à sa cessation » (Rohitassa Sutta). Remarquable, insuffisamment remarquée, cette insistance à partir de l’observation du corps, comme lieu privilégié de l’attention. « Ce corps, long de quelques coudées… », ce corps infime face à l’immensité de l’univers. C’est du corps que l’on part pour entreprendre le grand voyage... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
09 novembre 2012

Les CHAINONS de l' ALIENATION : BOUDDHA

      « Les concepts ont pour cause l’ignorance  la connaissance a pour cause les concepts  le nom et la forme ont pour cause la connaissance  les six sens ont pour cause le nom et la forme  le toucher a pour cause les six sens  la sensation a pour cause le toucher  le désir a pour cause la sensation  la possession a pour cause le désir  l’existence a pour cause la possession  la naissance a pour cause l’existence la vieillesse et la mort, le chagrin, les... [Lire la suite]
08 novembre 2012

PRATIQUE du CORPS

            Ne pas se bercer d’illusions, et cependant pouvoir apprécier la vie, jusque dans ses tourmentes. Je me sens parfois dans la position de Montaigne, qui, après 1588, les Essais publiés, n’écrit plus guère, sauf pour  annoter l’édition de son ouvrage, raturant rarement, ajoutant plutôt de ci de là, enrichissant le texte, le complexifiant jusqu’à l’illisible. L’essentiel était dit, et bien dit. Rien de radicalement neuf, mais des nuances  à l’infini, jamais de regrets ni de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
06 novembre 2012

SENSATION et SOUFFRANCE : BOUDDHA

        « Tout ce qui est ressenti a un lien avec la souffrance » (Bouddha : Kaïära Sutta). Comment comprendre cette affirmation quand d’expérience nous ressentons le plaisir du contact, la satisfaction des besoins, et maints autres contentements du corps ou de l’âme ? Pourquoi privilégier l’aspect désagréable, douloureux, irritant, au détriment des expériences dites positives ? On songe invinciblement à Schopenhauer qui déclare que la douleur seule est positive, étant  vécue... [Lire la suite]
05 novembre 2012

IMPERMANENCE et SOUFFRANCE : BOUDDHA

        « Plutôt vivre un jour en considérant l’apparition et la disparition que cent ans sans les voir » (Bouddha, Dhammapada, 113). Le moment essentiel, qui préside à l’éveil, c’est la considération de l’éternelle impermanence : voir  l’apparition et la disparition de toutes choses, le moi y compris. Vision, et intellection. Voir ne suffit pas, bien que ce soit la condition nécessaire. Or tout nous détourne de voir : les choses nous semblent solides, fermes en leur être,... [Lire la suite]

02 novembre 2012

De la BLESSURE

            On ne devient pas philosophe par hasard. Il y faut une étrange in-quiétude, une secrète indisposition à l’égard de ce qui est là, de ce qui apparaît, incongru, inexplicable, inquiétant. Quelque chose comme une intime blessure, laquelle ne se refermera jamais, sauf à jeter l’enfant avec le bain. « Pathos  de l’étonnement » dirait Platon, déchirure de la certitude tranquille que possèdent encore, autour de nous, les gens affairés, les gens pré-occupés de norme et de valeur.... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
01 novembre 2012

Surmonter le DESENCHANTEMENT : RILKE

            « Mais pour nous l’existence est encore enchantée ; en mille endroits Est encore l’origine.  Un jeu de forces pures Que nul ne touche s’il ne s’agenouille et admire.   Des mots viennent encore tendrement  auprès de l’ineffable… Et la musique, toujours neuve, hors des pierres les plus palpitantes, Erige dans l’espace inutilisable sa maison divinisée. »  (Rilke, Sonnets à Orphée, II, 10)            ... [Lire la suite]
23 octobre 2012

De la "VRAIE VIE"

          « La vraie vie… ». Mais existe-t-il de fausses vies ? Tout ce qui est vécu, quelle qu’en soient la  nature ou la qualité est, d’une certaine manière, vrai, existant, irréfutable. Le crime est vrai autant que la bonté, et la violence et l’abjection. La vie ne relève pas de la vérité mais de la réalité. Dites à un malfrat qu’il se trompe de vie, il vous rira au nez. Au nom de quoi jugeons-nous le prochain, nous qui ne savons  pas même ce qui nous fait agir. Que le tribunal... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
22 octobre 2012

DU VIVRE

        Vivre échappe de sa nature à toute spéculation, à tout effort de représentation. Cela – le vivre en sa radicale fluence - glisse en dehors des filets du langage, se déverse de toutes parts, ne fait jamais système, ne se range à aucun dogme. Impossible de savoir, de prévoir et de pouvoir. Tout ce que nous en pensons n’est qu’effet d’imagination, illusion de maîtrise, rétrospection et reconstruction.  Je veux entreprendre la rédaction d’un texte, j’en définis les grands traits, et voilà que dès les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :