04 avril 2014

De l' ECRITURE, et de la faille

    Ecrire, mon allégresse quasi quotidienne. A croire que le contenu importe moins que l'acte, et qu'il se trouvera toujours quelqu'objet, quelque impression et pensée pour soutenir ce projet, fort vain au demeurant, qui ne consiste en somme qu'à noircir du papier. Mais après tout les peintres font bien de même, en y ajoutant des couleurs et des fioritures. Je dessine à ma manière, découpe des formes, les recompose, les fais briller d'un nouveau lustre, et m'y complais tant que le plaisir m'anime et me suscite. Ne me... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

02 avril 2014

L' IMPRESSION ETRANGE : méditation

    Soudain cette impression, cette certitude : tout ce que nous pensons, sentons, désirons - une construction alambiquée, futilité, gratuité, imposture. Tout cela ne sert à rien, au regard de l'évidence immédiate, indicible. Comme un vertige qui emporte tout, gravité, nécessité, sens et valeur. Qui sommes-nous au bout du compte? Et d'où tirons-nous que nous sommes si différents de l'animal si, comme lui, nous ne faisons que naître et périr? Si nous ne vivons vraiment qu'à deux moments extrêmes, lors de la naissance et de... [Lire la suite]
31 mars 2014

MYSTICISME et SCEPTICISME : BOUDDHA et PYRRHON

    Je n'ai pas d'affection particulière pour le terme "mystique" : il évoque trop complaisamment l'effusion, la déréalisation, la désubjectivation, la liquéfaction dans l'indéterminé et l'ineffable. Sans compter ses accointances suspectes avec le délire religieux. Il est dès lors bien difficile de tenir là dessus un discours rationnel et rigoureux. Et pourtant, à la condition expresse d'écarter ces obstacles, il faut bien convenir que les plus sérieuses pensées des philosophes présentent une incontestable dimension... [Lire la suite]
28 mars 2014

DECHIFFREMENT et INTERPRETATION : Schopenhauer et Nietzsche

    Déchiffrer c'est (article précédent) se mettre de l'extérieur en position de sujet pour chercher la clé qui ouvre, qui permette de déplier l'énigme et d'en reconstruire le sens caché. Mais pour ce qui est de l'énigme du monde il n' y a pas d'extérieur, le sujet est pris tout entier dans la question, partie prenante, engagé par son existence même dans le processus dont il prétend illusoirement s'abstraire par la pensée. Schopenhauer voit avec pertinence que le sujet de la connaissance est aussi un vivant, d'abord un... [Lire la suite]
27 mars 2014

DECHIFFRER l' ENIGME : SCHOPENHAUER

    Schopenhauer, dans sa prime jeunesse, s'avise que la vie est une énigme et décide de consacrer la sienne à la déchiffrer. Ce déchiffrement s'exposera dans "Le monde comme volonté et représentation", son oeuvre majeure, à vrai dire l'unique, si lui même déclare être l'auteur d'une unique pensée, d'une unique intuition.  Déchiffrer c'est chercher le chiffre, la clé qui ouvre : "ce n'est pas du dehors qu'il nous faut partir pour arriver à l'essence des choses ; on aura beau chercher, on n'arrivera qu'à des fantômes... [Lire la suite]
25 mars 2014

DENEGATION et REFOULEMENT : l'esprit de la Tragédie

    Il y fait trop sombre! C'est évident, et cela n'incite guère à aller y voir. Toute une mythologie des cavernes obscures, des labyrinthes impénétrables et des gouffres effrayants se réveille et nous oppresse dès que l'on évoque un voyage dans les abîmes. Pourtant, dès la naissance de la poésie occidentale, chez Homère, apparaît le thème du voyage dans les Enfers, imposé au héros comme une épreuve initiatique à laquelle il ne saurait se dérober sans déchoir. Hésiode décrit complaisamment les orgies divines, les... [Lire la suite]

24 mars 2014

POROSITE : des rapports intrapsychiques

    Structure close-ouverte : entre le moi et l'inconscient des passerelles, ou plutôt une sorte de peau souple, infiniment sensible, réceptive, à double face, enregistrement externe d'un côté, inscription pulsionnelle de l'autre. Il faut que cela circule, c'est l'essence de la vie, aussi bien physique, physiologique, sensorielle et affective que psychique. Cela est, parce que c'est senti, ressenti, éprouvé, attesté par la sensation. De l'extérieur vers l'intérieur, et de l'intérieur jusqu'à la surface, où cela émeut,... [Lire la suite]
20 mars 2014

De la DURETE PHILOSOPHIQUE : réponse à une lectrice

    On me reproche parfois une certaine dureté dans les analyses, voire dans le ton de certains articles. J'en prends acte. Mais si dureté il y a, ce n'est jamais du mépris ou de la condescendance. C'est que les sujets abordés ici sont souvent difficiles, épineux par eux-mêmes. Il est fatal qu'ils blessent à l'occasion, si la philosophie est cette exigence du vrai, quoi qu'il en coûte. Lucrèce parlait déjà de l'amertume de la vérité, qu'il enrobait du miel de la poésie pour la rendre plus digeste, comme on fait pour les... [Lire la suite]
19 mars 2014

Du RIEN, du NEANT et du ZERO - et la question du sujet

    L'étymologie, cette maîtresse capricieuse, nous enseigne, contre l'opinion courante, que rien c'est quelque chose : res, rem, qui donne "rien", signifie "chose", et conduit à "réalité". Pourtant l'évidence nous dit que le rien c'est l'absence de la chose, son absentification matérielle ou réelle. "Je ne vois rien" : la chose n'est pas là où je l'attendais. C'est précisément ce point qui importe : c'est parce que je m'attendais à voir quelque chose, que j'avais construit dans mon esprit un espace psychique destiné à... [Lire la suite]
18 mars 2014

MEDITATION sur le CENTRE SUBJECTIF

    Je n'approfondis rien, je tourne de ci de là, "papillon  du Parnasse", je m'exalte, je m'enflamme, puis je me lasse, je me détourne vers d'autres amours, tout aussi vifs, et fugaces. Ma vie intellectuelle est marquée du sceau de la mobilité, de la variété, de l'inconstance. Ce qui fait que je n'ai de vraie connaissance de rien, ou presque rien, fors de ce qui me tente et m'enchante, et passe comme les nuages. Pourtant, dans cette ronde allègre de fortune, je reviens toujours à quelques amours inamovibles, quelques... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,