06 novembre 2014

NUIT et JOUR : Hésiode et Héraclite

           "De Faille (chaos) naquit Erèbe et la Nuit toute noire.        De Nuit naquit Feu d'en haut et Lumière du jour". (Théogonie d'Hésiode, vers 123 et 124) Ce qui mérite d'être relevé ici, chez Hésiode, c'est l'antériorité de la Nuit (personnifiée selon les codes du langage mythologique) sur le Jour. Le jour est issu de la nuit, qu'il faut penser comme une sorte de contenant originel - qu'il semble impossible de distinguer clairement de l'Erèbe, ténèbre d'en bas, obscurité... [Lire la suite]

04 novembre 2014

Du BIEN COMMUN

    A l''Autre barré" correspond le "sujet barré". C'est ce rapport qui définit une juste conception de la vie civile et politique. Hors de quoi on est dans la violence, soit sous la forme de la dictature (le Grand Autre écrase le sujet, traité "comme chien de paille"), soit à l'inverse que les sujets ne soient plus sujets de rien, affranchis de toute responsablité : anomie politique. "Sujet barré" signifie que le sujet a renoncé à la toute puissance imaginaire, à l'obsession de jouissance illimitée, se rangeant sous la... [Lire la suite]
03 novembre 2014

La BONNE NOUVELLE

    J'ai utilisé ce terme de "kataphore" pour marquer une opposition à "métaphore". Metapherein c'est transposer, déplacer dans l'ordre du langage, symboliser. Démarche créative. Katapherein signifie : porter en bas, faire descendre, chasser par le bas, évacuer, porter au rivage, faire aborder. Et kataphora : chute, descente. L'idée est claire, il s'agit bien d'un travail de désidéalisation, de déconstruction, en opérant la chute de l'idole, du sens, de la valeur. C'est le mouvement d'alètheia, dévoilement, critique... [Lire la suite]
31 octobre 2014

TRAHISON et TRADUCTION : de la vérité et du semblant

    Le moment zéro nous ouvre à la vérité. C'est le moment de vérité. En théorie cette expérience devrait nous permettre d'établir en nous le plan de la vérité. Mais l'expérience nous montre que ce plan n'est pas tenable, qu'il nous est imposible de nous y maintenir en durée et constance. Très vite nous revenons aux conditions de l'existence ordinaire, avec ses nécessités et ses possibilités, tout en conservant par devers nous la certitude irrécusable du vrai. Notre hypothèse est que si nous revenons à l'existence dite... [Lire la suite]
30 octobre 2014

Le ZERO, le NON-UN et le UN : du sujet

    Aujourd'hui je dirais les choses un peu autrement : le moment zéro est une expérience indispensable, moment de suspension, extragravitationnel en quelque sorte : la roue cesse de tourner, le "sujet" flotte en apensanteur, si toutefois il est encore un "sujet" - mais quoi, sujet ou pas, il y a bien quelqu'un pour faite l'expérience, quelqu'un pour vivre, expérimenter, sentir le phénomène, éprouver cette suspension, même si les catégories ordinaires de la subjectivité sont pulvérisées. Aussi ne peut-on penser sans... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 octobre 2014

Le POINT ZERO

        C'est une idée qui m'est venue hier, comme en passant, comme un bel oiseau qui se pose sur le rebord de la fenêtre : " le point zéro", mais qu'est ce donc que le point zéro? C'est d'abord un trou dans le discours, une béance soudainement apparue, comme un silence en musique, une suspension du bavardage mental, un étonnement ... Cela s'arrête, et cela fait l'heureuse surprise qu'un tout autre mode d'exister est possible, qui crée un appel, un tournant, une suspension du sens. La spéculation bute sur un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

30 octobre 2014

Du POINT ZERO (2)

          Lacan écrit :"La parole dernière d'Oedipe, c'est, vous le savez, mè phunai. Le mè phunai veut dire : plutôt, ne pas être. C'est la préférence sur laquelle doit se terminer une existence humaine". Il est possibe d'entendre cette phrases de manières diverses. A quelle non-vie mènera la vie qui ne soit pas une mort pure et simple, une annihilation? On sait que nibbana signfie extinction, comme on dit de la flamme d'une bougie. Que l'analyse selon Lacan instaure une "préférence" pour le non-être... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 octobre 2014

POINT ZERO (3)

      "Il n' y a rien d'autre". Voilà, je crois, la grande idée. Rien que la roue de la coproduction conditionnée, les chaînons de la liaison nécessaire des phénomènes. Cela tourne et continue de tourner. Pas d'ailleurs, pas d'Autre. Pas de sortie vers un autre monde. Toute quête est inutile puisque nous continuons à tourner dans le même cercle. Mais alors, la libération? Il y a deux temps dans la pensée de Bouddha. Dans le premier on fait le procès de dukkha, on examine froidement les conditions de la servitude. On... [Lire la suite]
29 octobre 2014

EXERCICE de VACUITE

    C'est ma pratique à moi, mon exercice spirituel - encore que ce terme de spirituel me semble surchargé de notations douteuses - de me déprendre par degrés de toute référence, de toute notion de sens, de valeur et de finalité, m'efforçant au dépouillement intégral, considérant la viduité du ciel, l'indifférérence du sort, la vanité de nos représentations, la non-signifiance universelle comme une donnée infrangible et définitive. Ce n'est pas facile, compte tenu de notre farouche besoin de croire, de notre tenace désir... [Lire la suite]
27 octobre 2014

Du NIHILISME

    Il y a dans le nihilisme, quoi qu'on en pense, une solide dose de vérité. Avant de prétendre s'en débarrasser, il importe d'en examiner les prérequis, la structure fondamentale, et les conséquences. La pensée maîtresse du nihilisme, son point focal, son creuset métaphysique, me paraît tenir dans une phrase : "il n' y a rien". C'est évidemment absurde, si par là on prétend nier l'existence de l'univers, des innombrables êtres qui peuplent l'immensité, et de celui-là même qui profère cette phrase, comble de l'absurdité.... [Lire la suite]