18 novembre 2015

CONTRE les IDENTITES - la singularité

  Rien ne serait plus dommageable que de voir le monde basculer une fois de plus dans la confrontation des identités. Cette notion est un piège redoutable dans lequel on retombe tête baissée à chaque fois que surgit un conflit d'opinion, qui le plus souvent masque un conflit d'intérêt. Certains, échaudés par les événements récents, ne voient d'autre solution à l'incertitude présente que de réchauffer un "identité chrétienne" dont le fantôme prèterait à rire s'il n'évoquait de détestables époques de chasses aux sorcières, de... [Lire la suite]

16 novembre 2015

Le PHILOSOPHE face à l'ACTUALITE

  Il est difficile de conserver la sérénité face à certains événements tragiques : ce monde nous en donne tous les jours, de plus en plus insupportables. Il m'est parfois quasi impossible de ne pas réagir, de ne pas crier mon écoeurement, de ne pas hurler mon dégoût à la face de l'univers. Mais à quoi bon ? Je n'ai nulle qualité particulière, nulle compétence qui justifierait une prise de position publique. Je vois que dans les médias on invite fort souvent quelques "philosophes", toujours les mêmes, supposés apporter quelque... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2015

VIVRE au PRESENT

  Il est bien vain de revisiter le passé, c'est une affaire entendue. Nous ne vivons qu'au présent et nulle part ailleurs. C'est imparable. Mais notre esprit est une composition complexe, qui ne peut s'abstraire si facilement de son histoire, faire table rase et feindre une virginité idéale. Si telle image du passé fait retour et occupe nos pensées on peut toujours la repousser, se détourner, mais ilest fort à parier qu'elle reviendra encore et encore, jusqu'au moment où elle parviendra à se faire reconnaître : il est plus sage... [Lire la suite]
02 octobre 2015

DE l'APPARENCE, et de PYRRHON

    "Pyrrhon ne détermine en rien de manière dogmatique en s'appliquant à contredire, et il suit les apparences" selon Enésidème, cité par Diogène Laerce. Plus loin il précise (DL,IX, 107) : "lorsque des impressions variées nous frappent, nous dirons qu'elles apparaissent, les unes et les autres ; et la raison pour laquelle ils posent, disent-ils, les apparences, c'est qu'elles apparaissent". Plus nettement encore, Timon, le disciple de Pyrrhon écrit : "Mais l'apparence règne partout, où qu'elle aille". Tout le probème,... [Lire la suite]
01 octobre 2015

PENSEE de la VACUITE, PENSEE du MILIEU

  "La vacuité n'est pas la vacuité mais la claire conscience de la vacuité". C'est ce qu'écrit Patrick Carré commentant le Soûtra de l'Estrade du Sixième Patriarche Houei Neng. Que signifie ? La vacuité n'est pas la vacuié, en ce sens que ce serait une grave erreur de considérer la vacuité comme un non-être qui s'opposerait à l'être, de s'obnibuler sur l'absence de substance de toutes choses, et, conséquemment, de verser dans une position nihiliste : rien n'existe, tout est vide et néant. En fait Bouddha avait déjà condamné les... [Lire la suite]
30 septembre 2015

De la LIBERTE du PHILOSOPHE

  Pouvez-vous imaginer le bon Immanuel Kant, couché de tout son long dans un parc public de Koenigsberg, voyant passer devant lui le roi de Prusse avec toute sa cour, lui jeter au visage, comme fit Diogène naguère : "Ote-toi de mon soleil !". Cet apologue nous fait mesurer l'incommensurable distance entre la philosophie antique et la nôtre. Tout au plus peut-on encore admirer Jean-Paul Sartre juché sur un tonneau, haranguer les ouvriers de Billancourt. C'était dans les parages de Mai 68, et depuis nous n'avons plus que de pâles... [Lire la suite]

28 septembre 2015

REPONSE : fantasme et liberté

  Avant de répondre à la question : "un fantasme reconnu comme tel est-il encore un fantasme ?" il faut examiner le point suivant : est-il possible de reconnaître un fantasme comme tel ? La réponse est plus difficile qu'il n'y paraît, parce que, si chacun connaît bien l'efflorescence automatique des fantasmes qui proliférent dès que l'attention se relâche (rêveries, associations d'images, divagations de toutes sortes), il en va tout autrement de la source - inconsciente - des fantasmes, lesquels se rattachent en principe à un... [Lire la suite]
24 septembre 2015

QUESTION

    Petite question, à vous, chers lecteurs : "Un fantasme reconnu comme tel est-il encore un fantasme ?"   J'ai hâte de lire vos éventuelles réponses !
Posté par GUY KARL à 17:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
18 septembre 2015

De la JOIE d'AMITIE

  "Tu es en vieillissant tel que moi je conseille d'être,  et tu as su bien distinguer ce qu'est philosopher pour soi et ce qu'est philosopher pour la Grèce : je m'en réjouis avec toi". ( syn-chairo : je me réjouis avec, de même que souvent Epicure dit : sym-philosophein, philosopher avec - les amis). La joie solitaire est belle en soi et pour soi, mais la joie partagée est plus belle encore, réalisant pleinement l'esprit de la philosophie, qui est avant toutes choses une pratique de la vie heureuse. Sym-philosophein et... [Lire la suite]
17 septembre 2015

L'ILLIMITE et la LIMITE

  Le plus grand danger, dans notre organisation psychique, vient de cette illusion qui nous fait courir après l'illimité : illimité de la puissance, du savoir ou de la jouissance, nous représentant toute satisfaction, tout gain comme dérisoire au prix de notre aspiration. D'où la formule : plus, toujours plus, de biens, de plaisir, de renommée, plus de jouir, plus, toujours plus. Mais le corps lui-même proteste, avant que la réalité ne s'écrase sur nous de tout son poids. Epicure écrit, Maxime XIX : "Le temps infini (apeiros... [Lire la suite]