08 juin 2017

MOIRA : le LOT en héritage

  Mon intention n'est nullement de faire pleurer dans les chaumières. J'aimerais, à choisir, plutôt faire rire, mais n'étant pas, de nature, un joyeux drille, je ferai ce que je peux : rire et philosopher, disait Epicure. Ma foi, je ris volontiers quand l'affaire s'y prète, mais elle ne s'y prète pas toujours. Moira, chez les Grecs, était une sorte de divinité qui présidait à la distribution des lots, d'où l'idée de destin, lequel exprime bien le fait que des conditions nous sont allouées dès le départ, que nous n'avons pas... [Lire la suite]

07 juin 2017

SEUL FACE AUX DIEUX : Epicure et Bouddha

  Sur la question de l'existence ou de la non-existence des dieux, je vois trois attitudes possibles : y croire, s'y opposer, ou alors, fort élégamment, déclarer qu'on ne sait pas, et qu'au fond la question est sans grand intérêt. Epicure s'est rendu célèbre, entre autres choses, par une attitude fort cavalière à cet égard, en propulsant les dieux dans l'éloignement incommensurable des intermondes, où ils jouissent, c'est évident, de la vie bienheureuse et incorruptible, sans se soucier une seconde de ces hommes qui les... [Lire la suite]
06 juin 2017

DESESPOIR : LAMARTINE

  Voici les deux premières strophes du "Désespoir" d'Alphonse de Lamartine, pièce assez rugueuse et justement désespérée des Méditations poétiques. Je la donne ici pource qu'elle me semblait injustement méconnue, en dépit de sa valeur incontestable.                Lorsque du Créateur la parole féconde              Dans une heure fatale eut enfanté le monde                          Des... [Lire la suite]
05 juin 2017

De la MORT du CHRIST : HOLBEIN le JEUNE

  La représentation d'un Bouddha squelettique, émacié, est fort rare en Orient. Je n'aime pas cette figure. Pas davantage les Bouddhas ventripotents, rigolards et rabelaisiens qui ont fleuri en Chine. J'aime le regarder comme un homme ordinaire, justement proportionné, bien fait de corps et d'esprit, avec ce demi-sourire quasi imperceptible, si énigmatique, qui lui confère je ne sais quelle majesté discrète, toute de réserve et d'attention intérieure. Cette présence est si forte qu'elle vous saisit d'étonnement : est-il possible... [Lire la suite]
02 juin 2017

De la PERTE et du RETOUR : NERVAL

  Les poètes n'ont pas attendu les déclamations tonitruantes de Nietzsche pour s'apercevoir que Dieu était mort. Dans les années 1850 Nerval écrit la suite des sonnets qui formeront "Les Chimères", d'une fascinante beauté, impénétrable, énigmatique. Je voudrais donner ici quelques extraits, trop rapides, de deux sonnets publiés sous le titre "Le Christ aux oliviers" - remarquables comme chacun pourra voir. Jésus est dans la nuit profonde de l'angoisse pendant que ses disciples dorment :        "Ils... [Lire la suite]
01 juin 2017

Du DETOURNEMENT DIVIN : VIGNY

                " Le silence"         "S'il est vrai qu'au Jardin sacré des Ecritures       Le Fils de l'Homme ait dit ce qu'on voit rapporté ;       Muet, aveugle et sourd au cri des créatures,       Si le Ciel nous laissa comme un monde avorté,       Le juste opposera le dédain à l'absence,       Et ne répondra plus que par un froid silence       Au silence éternel de la... [Lire la suite]

29 mai 2017

De l'ACTION du TEMPS

  C'est l'idée la plus triviale, et pourtant la plus difficile : si je veux me faire une idée du temps qui ne soit pas étroitement spéculative, je considère une plante sur mon blacon. Je ne vois pas le temps, à peine si je peux mesurer des changements quantitatifs, par exemple je vois qu'en un mois elle a poussé de quelques centimètres, et j'en conclus que du temps a passé. Mais si je vois des changements, je ne vois pas le temps, pourtant je crois pouvoir dire que le temps a exercé une action. En toute rigueur je ne peux penser... [Lire la suite]
17 mai 2017

POESIE et PHILOSOPHIE

  Question classique : est-il possible d'exprimer des idées en poésie sans tomber dans l'artifice, le verbiage ou l'intellectualisme ? Il est de bon ton de condamner "la poésie philosophique", et il est bien vrai qu'il existe peu d'oeuvres de ce genre, à ma connaissance, qui soient dignes d'être lues et retenues. Le maître en l'espèce, incontestablement, peut-être le seul qui y ait réussi pleinement, c'est Lucrèce. Je m'y réfère constamment, remarquant au passage que les citations de Lucrèce sont les plus abondantes dans les... [Lire la suite]
08 mai 2017

POISSON DANS UN BOCAL : méditation

  J'aime bien cette phrase de Nietzsche qui exprime à merveille mon état présent : "L'avantage de la mauvaise mémoire est qu'on jouit plusieurs fois des mêmes choses pour la première fois". C'est ainsi que l'on peut comprendre qu'un poisson qui tourne indéfiniment dans le même bocal, entre les mêmes parois et les mêmes plantes aquatiques, ne semble pas avoir la moindre envie de suicide. Mais non, il continue bravement de tourner dans le même cercle, s'émerveillant d'être si agile et de rencontrer indéfiniment une nouveauté... [Lire la suite]
05 mai 2017

PRATIQUES d' EVEIL

  Il est parfois recommandable de ne pas aborder le sujet de face, de prendre des chemins de traverse, de biaiser avec la difficulté. C'est aussi un excellent moyen de décourager le lecteur trop pressé, trop avide de réponses toutes faites, de recettes de bonheur par exemple. Tout problème sérieux suppose quelque travail d'approche, quelques pas de côté, hésitation féconde, avant le grand bond. Il est bon de se cacher un peu, pas trop, mais suffisamment ; laissons tout doucement le lecteur bienveillant faire lui aussi quelques... [Lire la suite]