28 juin 2018

Sur la GRANDE PYRAMIDE : de la survie de l'âme

  Combien de millions de tonnes de pierres, de millions d'heures de travail, combien de vies sacrifiées - et tout cela pour un monstre pyramidal de 142 mètres de haut ! C'est impressionnant, et dérisoire ! Que cette montagne baroque brave si bien les ravages du temps n'empêche pas que le roi soit mort depuis 4600 ans, et - ironie supplémentaire - que les objets sacrés censés l'accompagner dans la vie éternelle aient été volés, et cela semble-t-il, peu de temps après le décès : les violeurs de tombe, en dépit de toutes les... [Lire la suite]

25 juin 2018

De l'ETRE, du NON-ETRE et du PASSAGE : Pyrrhon avec Héraclite

  La puissance propre de la pensée pyrrhonienne - que Montaigne a bien saisie - est de nous contraindre par un forçage scandaleux et fécond, à nous extraire des catégories ordinaires de la pensée, nous jetant tous nus dans l'effroi de l'irreprésentable. Sur quoi repose notre conception du monde ? Sur le principe de tiers exclu, qu'Aristote avait sacralisé comme fondement de la logique. Entre A et non-A il n' y a pas de tierce possibilité. Ce qui donne, pour notre problème : entre l'être et le non-être il n'y a pas de tierce... [Lire la suite]
22 juin 2018

PYRRHON EST-IL SCEPTIQUE ?

    On présente en général Pyrrhon comme l'initiateur du scepticisme. Mais que faut-il entendre par scepticisme ? C'est une certaine attitude de suspension, de mise en doute, qui se rencontre volontiers, jusque dans des têtes par ailleurs peu philosophiques. On distinguera un scepticisme mou, vague, sans principe et sans méthode, d'un scepticisme résolu qui ne recule pas devant les difficultés, qui dissout les fausses certitudes et ne rechigne pas à en considérer les conséquences. Le scepticisme antique estime que l'on ne... [Lire la suite]
20 juin 2018

L'ACADEMIE et le JARDIN

  Sur le fronton de l'Académie de Platon on pouvait lire : "Que nul n'entre ici s'il n'est géomètre". A l'entrée du Jardin d'Epicure : "Passant, tu peux peux rester ici, le plaisir seul y donne des lois".   Tout est dit. A celui cependant qui demanderait pourquoi il faudrait des lois au plaisir, il sera répondu que l'homme est hélas le plus souvent incapable de gérer la tourmente de ses désirs, et qu'il lui faudrait une mesure, un principe directif, non point fondés sur quelque autorité externe, mais sur la juste... [Lire la suite]
12 juin 2018

Ne fais rien et le Tao fera tout pour toi : fantaisie

  Parvenu sur ma colline, je songe à ramasser autour de moi tous mes fragments épars, sachant de science sûre qu'ils ne sauraient faire un tout, mais une sorte de collection composite, diaprée, translucide, percée de trous, rabibochée de bric et de broc. L'unité, s'il en est une, ne vient pas de la matière, mais du sujet pensant et écrivant, comme lorsque Montaigne déclare : "je suis moi-même la matière de mon livre". Mais si je parle de moi c'est toujours par la bande, de biais, à la fois sujet particulier et pensant dans... [Lire la suite]
11 juin 2018

"L'affaire suit son cours" - fantaisie

  Quand on me demande comment ça va, je réponds volontiers, avec un brin d'ironie : "L'affaire suit son cours". Admirable formule, qui ne disant rien, se prète à toutes les interprétations. L'amusant est que l'interlocuteur se satisfait fort bien de la réponse, avec en plus, un brin de malice dans les yeux, comme si nous avions tous deux échangé quelque heureuse nouvelle, à la barbe du destin ! Personne ne se demande, à cette occurrence, quelle est cette "affaire", en quoi elle consiste, et encore moins quel est le cours : elle... [Lire la suite]

31 mai 2018

Du DESTIN et de la DESTINEE, à propos d'Hésiode

  Dans la "Théogonie", récit fabuleux de la naissance du monde et des dieux, Hésiode, contre l'opinion commune, privilégie la Nuit (Nyx) au détriment du Jour. A partir de Chaos, la béance originelle, en premier apparaît la Nuit couplée à l'Erèbe (la Ténèbre), qui engendreront Moros, la destinée mortelle de tous les vivants, Thanatos, la mort, Hypnos le sommeil et Oneiros le rêve (plus exactement les mille rêves !). L'Obscur précède le lumineux, et c'est dans l'obscur que se joue la destinée des êtres vivants, tous affectés d'une... [Lire la suite]
29 mai 2018

APOLOGIE du MOI

  En voilà assez ! Assez de malmener ce pauvre moi accablé de tous les maux de la terre ! "Le moi est haïssable" dit-il. Et l'autre y voit le condensé pitoyable de toutes les identifications. Ces propos ont quelque valeur dans le processus de déconstruction, lorsqu'on désire atteindre la source du désir, explorer les couches profondes de l'inconscient. Ou encore lorsqu'on veut décentrer le sujet, le mettre en relation avec le vaste monde. Mais de quelque manière qu'on s'y prenne on en revient toujours au moi, sans lequel la vie... [Lire la suite]
28 mai 2018

LIBERTE ? - méditation

    Ce que nous appelons liberté n'est peut-être qu'un balbutiement entre deux silences, vibrant au bord de la faille, inquiétante et féconde, d'où s'origine toute vie. La faille c'est Chaos : ouverture infinie sans fond et sans bord, impensable, nuit profonde que rien ne peut présentifier, espace borgne d'où naissent les images et les rêves. C'est ce que nous ne connaîtrons jamais, qui nous hante dans la vastitude du sommeil, et que nous retrouvons dans la mort silencieuse. Dans la vie consciente cette référence... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 mai 2018

De la TYRANNIE du DESIR, et de la loi

  De la tyrannie du Surmoi, certes, il importe de se libérer. Mais ce n'est pas, certes, pour sombrer sous la tyrannie du désir. Cette formulation peut surprendre. Lorsqu'on dit : "ne pas céder sur son désir", que dit-on au juste ? La chose se développe en deux temps. D'abord cela signifie qu'il faut libérer le désir, suspendre les identfications et aliénations dans lesquelles il est pris, desserrer la tenaille du surmoi, cesser de vouloir être le bon objet qui satisfait la demande d'autrui etc. Cela est bien connu et ne prête... [Lire la suite]