études de philosophie anciene et moderne
13 avril 2021

NEPENTHES - ou comment soigner le mal de vivre

  La conversation entre les convives risque fort de s'enliser dans l'évocation de mauvais souvenirs.   "Mais la fille de Zeus, Hélène, eut alors une idée.    Dans le vin du cratère elle jeta de cette drogue     Qui calme douleur et colère et qui donne l'oubli     De tous les maux ; il suffisait de boire un tel mélange     Pour empêcher un jour durant les larmes de couler     Quand bien même on eût perdu et son père et sa mère,     Ou... [Lire la suite]

09 avril 2021

SUR UN COUPLE DE PIES

  Un couple de pies vit depuis des mois dans les arbres devant ma fenêtre. Ces jours-ci ils s'occupent laborieusement à construire un nid dans les hauteurs. Je les vois piquer vers le sol, prendre une brindille dans leur bec, voler vers les branches proches, et après une courte halte, s'élancer une seconde fois, se poser quelque part, là-haut, dans le jeune feuillage. Demain naîtront des pies toutes semblables à celles-ci, qui feront le même travail, engendrant des pies, jusqu'à la nuit des temps. A moins qu'un... [Lire la suite]
31 mars 2021

DE LA PUISSANCE DESTINALE

    La femme, dit-on, donne la vie. Se souvient-on que donnant la vie elle donne la mort ? La vie d'une main, la mort de l'autre. Encore n'est-ce là qu'une image : vie et mort forment un couple indissociable, une réunion nécessaire de deux contraires. Ce temps relatif compris entre les deux bornes de la naissance et du décès les Grecs l'appellent "moros" : destin, lot destinal octroyé à chacun, destin de mort. On peut estimer que la puissance qui destine c'est la Moira souveraine, ou les dieux, ou la fatalité. Mais plus... [Lire la suite]
12 mars 2021

AIMER L'AMOUR ?

  Dans un joli petit ouvrage intitulé "Que veulent les femmes ?", Jackie Pigeaud, après avoir examiné quelques figures exceptionnelles de la tragédie grecque, conclut sobrement : "La femme aime aimer ; et il y a en elle comme une gravité sourde, admirable et redoutable. Et elle veut aller jusqu'au bout, pour le pire, pour le meilleur". Gravité de Clytemnestre qui attend son époux de retour de Troie, le salue pompeusement, puis ironiquement, avant de le massacrer. Haine totale et froide de Médée, qui tue ses enfants pour punir... [Lire la suite]
10 mars 2021

DE LA DICTATURE MATHEMATIQUE

  La quasi totalité des productions philosophiques n'est que verbiage, radotage et confusion. A se demander si l'impératif de bonne santé ne consisterait pas à fuir au plus vite les bosquets ténébreux de cette forêt impénétrable, et de courir tout nu par les pairies ensoleillées ! Mais il reste heureusement quelques esprits lumineux, fort rares, qui nous font penser selon le vrai, et danser ! "Fuyez la paideia (l'éducation traditionnelle) toutes voiles dehors !" disait Epicure. A quoi on peut ajouter sans vergogne la liste... [Lire la suite]
25 février 2021

DE LA VEILLE ET DU SOMMEIL

  Existe-t-il un critère décisif et indiscutable qui sépare l'état de veille du sommeil ? Je me le demande très souvent au petit matin, tout embué de sommeil, l'esprit vaporeux, flottant encore dans les brumes indistinctes du rêve. Certes je finis bien par me réveiller tout à fait, mais il y faut un arsenal de techniques stimulantes : la douche, le petit déjeuner, la petite course pour chercher le pain, le second café, et la première pipe, derrière mon bureau, les yeux ouverts sur les arbres du square. Voilà, j'y suis. La fête... [Lire la suite]

23 février 2021

POURQUOI JE NE SUIS PAS STOICIEN

    A qui  s'étonnera que je ne me réfère qu'à un nombre restreint de philosophes, négligeant des pans entiers de l'histoire philosophique, je répondrai qu'il y a de bonnes raisons à cela. Le point de rupture est clairement posé, c'est l'idéologie, religieuse ou politique. Il faut choisir : on est dedans, ou dehors. J'ai choisi d'être dehors. D'avoir subi de fortes pressions intellectuelles et morales, d'avoir vécu le système de l'intérieur, j'ai rompu à jamais avec la religion et ne veux plus en entendre parler. Si... [Lire la suite]
11 février 2021

"LES MOTS ME MANQUENT"

  "Les mots me manquent !" - Hé, que n'apprenez-vous tous les mots du dictionnaire ? Et si le français ne vous suffit, apprenez l'allemand, l'anglais ou l'espagnol, et le chinois encore ! Ce que vous ne pouvez dire dans une langue, dites le dans une autre ! Je doute que cette entreprise quantitative et cumulative change grand chose. S'il existe une insuffisance insurmontable dans le mot, voyager de mot en mot, comme on fait dans les dictionnaires, ne fera que déplacer le problème. On croit boucler la boucle, mais la boucle se... [Lire la suite]
09 février 2021

QU'EST CE QUE PHILOSOPHER ?

  Philosopher c'est dialoguer avec l'Ami sous l'aplomb de la vérité. Dans cette formulation tous les mots comptent, et plus encore leurs rapports. Il faudrait plutôt écrire : dia-loguer, pour faire entendre le mouvement alternatif de l'un à l'autre, et réciproquement. Je parle, tu écoutes, tu réponds, j'écoute, je parle, et ainsi de suite. Parole réglée par la commune acceptation d'une règle de non-violence, et par la référence explicite à la vérité. Dire vrai, ni timoré ni brutal : parrhèsia. Mais qui est cet Ami que... [Lire la suite]
08 février 2021

DU TROU DANS LE SAVOIR

  " Le sujet est un trou dans le savoir". Si l'on pouvait combler le trou - ce que nous nous efforçons de faire par crainte ou sottise  - le sujet disparaîtrait, ce qui arrive en effet. Un trou, cela signifie un lieu de passage, une ouverture, mais aussi un défaut, une absence, un blanc dans le texte : le signe patent d'un non-savoir, d'une incomplétude. Ce qui, originellement, qualifie le sujet, c'est d'être situé en ce lieu où la certitude échappe. Remarquons que cette proposition prend le contrepied exact de la tradition... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,