09 décembre 2014

DERNIER CHANT DE SAPPHO : LEOPARDI

    "Dernier chant de Sappho" : Leopardi prète à Sappho, sur le pont de mourir - une tradition tenace et sans doute fallacieuse, mais si belle, veut que Sappho se soit jetée, par dépit amoureux, du haut d'un rocher dans le gouffre de la mer - une mélancolique élégie sur le malheur commun de la destinée, et sur sa propre déchéance d'amoureuse abandonnée. Elle évoque une mystérieuse "faute", à elle même inconnue, qui aurait présidé à son destin funeste, l'entraînant sans répit "dans la fureur d'un désir inapaisable", et la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 décembre 2014

Désespoir de poète : Leopardi

                  A SOI MEME            "Or tu domiras à jamais,    Harassé, mon coeur. Mort est le dernier mirage    Que je crus éternel. Mort. Je sens bien    Qu'en nous, des chères illusions    L'espoir, le désir même est éteint.    Dors à jamais. Assez    Lutté ! Aucune chose ne vaut    De t'agiter, ni de soupirs n'est digne    La terre. Fiel et ennui,  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
02 décembre 2014

La solitude du poête : Pessoa

               "Je n'ai ni ambitions ni désirs            Etre poète n'est pas une ambition que j'aie,            C'est ma manière à moi d'être seul".  -  Pessoa, "Le gardeur de troupeaux, 1
Posté par GUY KARL à 11:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
01 décembre 2014

POETES , AU TRAVAIL !

      «J’attends des poètes qu’ils me donnent les raisons d’une résistance»-- Jean Starobinski  
Posté par GUY KARL à 11:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
01 décembre 2014

POURQUOI DES POETES ? L'ART DE LA LANGUE

    La Grèce ne commence vraiment qu'avec Homère. C'est la poésie qui dessine l'espace mental d'une culture naissante, fixe les cadres essentiels de la représentation collective, nomme le monde, les dieux et les héros, qualifie l'existence des hommes, son origine, sa place et sa destination. Tout part de là, et tout se répète, jusque dans les innovations, qui approfondissent plus qu'elles ne renouvellent. Pour les Grecs, même à l'époque tardive, apprendre et réciter Homère constituait l'essentiel de la "paideia",... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
31 octobre 2014

CORNEILLES : tanka

             Criardes corneilles          Quoi, vous me criez à mort !           - Je veux vivre encore          Non de la vie immortelle,          Mais fier, vif, au gré du sort !     
Posté par GUY KARL à 20:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

10 mai 2014

OMBRE : tanka

               A chaque moment          Une part de notre vie          Se détache et meurt          Demi-teinte, ombre portée          Qui partout nous accompagne.
Posté par GUY KARL à 16:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
10 mai 2014

FEUILLE : tanka

                Silencieusement           Ouverte à toutes les brises           Légère elle passe           Comme feuille au fil de l'eau           - Si légère notre vie.
Posté par GUY KARL à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2014

DANA : haïku

               DANA       Le vent va, cueillant     Tout l'or des feuilles tombées,     L'offrir au soleil.  
Posté par GUY KARL à 11:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
01 avril 2014

ROBERTO JUARROZ : poème

                   Roberto Juarroz         Tout se précipite     Les choses, les bêtes, les hommes,     Et les dieux mêmes     Vers le fond du sans-fond.       Seul retient     La chute, la vrille, vortex et vertige     Ce calme des mains ouvertes     Nos deux mains, quatre mains     Arche de tendre amour     Au dessus de l'abîme.   ----- Poème en... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :