03 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (10) - De la parole poétique

  DE LA PAROLE POETIQUE     Trouver le ton juste … Tout est là. Mais cela se peut-il chercher ? Je ne vois ni méthode ni forçage pour y parvenir. Affaire de chance, ou mieux encore, d’inspiration. Cela vient ou ne vient pas. Le travail y est aussi pour beaucoup, mais ne saurait suffire. Il faut s’en remettre au daïmon, se rendre disponible, écouter sa voix, suivre ses injonctions. Toutes affaires cessantes, se faire oreille, capter la musique, la redoubler dans l’exigence du poème. Il est fort étrange,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

02 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (9) - Habiter poétiquement

HABITER POETIQUEMENT   Hölderlin écrit : "Mais poétiquement L'homme habite sur cette terre".   Que signifie habiter ? Dans " habiter" résonne encore discrètement "habere" - avoir. Habiter c'est avoir sa demeure - ici, avoir sa demeure sur cette terre. Mais la terre ne va pas sans le ciel, ni la mer, trinité fondatrice. Habiter en poète c'est avoir relation aux éléments, au sec et à l'humide, au clair et à l'obscur, au masculin et au féminin, au visible et à l'invisible. Tout ce qui existe, qui vit et meurt, tout cela... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (8) - Ce que vivent les roses

    CE QUE VIVENT LES ROSES     "Et rose elle a vécu ce que vivent les roses             L'espace d'un matin" (Malherbe) Ce que vivent les roses, qu'en pouvons nous savoir? Et pourtant cette connaissance nous serait fort utile, bien plus que tant de savoirs qui nous encombrent... Depuis ce matin je suis hanté par ces deux vers de Malherbe, entre agacement et allégresse. Je n'apprécie plus guère la musique, de ce qu'elle me colle à la mémoire, comme le chewing-gum du... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (7) - Du BEAU

    DU BEAU   "Le Beau c'est ce qui désespère" écrivait Valéry. Certes, par son infini éloignement, son inaccessibilité. Désespoir du poète à la recherche de l'improbable terme, exact, exhaustif, qui dirait d'un seul éclair la teneur  insaisissable de l'intuition. Très vite il s'aperçoit que ce mot tant convoité n'existe pas, que chaque mot ne vaut que par un autre, et qu'en somme aucun signifiant n'est à la hauteur du Tout. Il faut donc en rabattre, jouer sur de secrètes connivences, des approximations et des... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 février 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (6) - De la métaphore (2)

  DE LA METAPHORE (2)     Dans le silence de l'âme, soudain, une vive impression, une couleur, un son, une qualité sensible fait irruption, s'impose dans l'immédiateté, s'offre comme une grâce imprévue, miraculeuse. C'est un instant magique, vite perdu si l'attention ne le recueille, ne le prolonge dans la sensation recueillie. Et c'est, pour le poète, le don divin d'un mot, d'un bout de phrase, d'un fragment de vers, d'une association verbale, d'une tonalité et d'un rythme que rien ne préparait, que rien ne... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 février 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (5) : De la métaphore

De la METAPHORE   Meta-phorein c'est trans-porter. Porter au de là. Faire passer d'un registre à un autre. La métaphore est au principe de l'activité poétique. Remplacer une idée par une image, par exemple : le lion pour la puissance paternelle ou royale. Dans cet exemple le même signifié court du premier registre au second, seule change le signifiant. Quand je veux saluer la virginité je parlerai de la neige immaculée. Le problème c'est qu'en recouvrant le premier signifiant (la paternité, la virginité) par le second (le lion,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 février 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (4) : Les deux abîmes

  Les Deux Abîmes   Le premier écueil c'est le renoncement. Verlaine en parle bien, qui, un temps, s'essaie à oublier son métier d'artiste dans un stage à la campagne et y découvre un aspect de la réalité qui lui est rapidement insupportable : " Ces travaux ennuyeux et faciles". Planter, faucher, ratisser est-ce là le rôle du poète? Il se voue à un oubli qu'il crut définitif, et qui très vite lui apparaît comme une trahison. Nul ne peut fuir ce qu'il ressent comme une nécessité intime, une "vocation" si l'on veut, sans... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 février 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (3) : DESIR de GRECE

    DESIR de GRECE     Voilà plusieurs années que je ne me suis rendu en Grèce, le pays de mon amour...Ce que j'entends dire tous ces temps-ci sur ce pays des dieux me remplit de tristesse et de nostalgie. Bientôt on n'y rencontrera plus que des Allemands et des Chinois, acquéreurs à bas prix de ce qu'il reste de la déconfiture historique. Mais laissons cela. Il restera toujours, on peut l'espérer, le sourire innombrable des flots, la pure surface de lumière scintillante, vibrante, les bocages consacrés aux... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 février 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (2)

  UN DIEU LA BAS…HOLDERLIN   On imagine assez bien la scène.  Le menuisier Zimmer, qui a recueilli Hölderlin depuis six ans dans sa maison au bord du Neckar, montre au poète le dessin d'un temple grec qu'il a exécuté en l'honneur de son hôte, sachant sa passion indéfectible pour la Grèce antique. Hölderlin : "Faites- le en bois!". Zimmer : "Je dois gagner mon pain, je n'ai pas la chance de vivre en philosophe comme vous!". Hölderlin : "Ah je suis tout de même un pauvre homme!". Là-dessus, il écrit d'un jet le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 février 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (i)

   ESSAIS DE POETOLOGIE.       HÖLDERLIN   De la vieillesse de Hölderlin   Après deux années de grande agitation ponctuée de formidables crises d'angoisse, de rage et de désespoir, accusé à tort de comploter contre le prince, emprisonné et roué de coups, traîné de force dans une espèce de clinique de fous, soumis à un traitement absurde et dégradant, puis libéré, avec la certitude de la condamnation médicale, sans famille, sans amis, sans lecteur, le poète, épuisé de malheurs et de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,