16 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (20) - Entre temps

  ENTRE TEMPS : HOLDERLIN   Esquisse de poème, dans le cahier que tient Hölderlin, entre 1801 et 1802                « Entre-temps laisse-moi flâner                Et cueillir des baies sauvages                Pour étancher l’amour de toi ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (19) - l'art de la langue

L’ART de la LANGUE   La Grèce ne commence vraiment qu'avec Homère. C'est la poésie qui dessine l'espace mental d'une culture naissante, fixe les cadres essentiels de la représentation collective, nomme le monde, les dieux et les héros, qualifie l'existence des hommes, son origine, sa place et sa destination. Tout part de là, et tout se répète, jusque dans les innovations, qui approfondissent plus qu'elles ne renouvellent. Pour les Grecs, même à l'époque tardive, apprendre et réciter Homère constituait l'essentiel de la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (18) - Du travail poétique

      DU TRAVAIL POETIQUE   Depuis que j'ai fini la rédaction de mon grand ouvrage "De la Faille et de la Vérité" je me suis abstenu de toute activité philosophique, estimant avoir mis au net ma propre pensée. Je suis retourné à ma passion fondamentale de la poésie, qu'à dire vrai je n'ai jamais oubliée. J'ai entrepris depuis lors un travail de révision de mes anciens recueils qui dormaient dans mes tiroirs, et de quelques-uns de ceux que j'avais publiés sur ce blog.  C'est toujours une épreuve de relire... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (17) - Langue, notre demeue

  LANGUE, NOTRE DEMEURE   Hannah Arendt, réfugiée aux Etats Unis, déclare que sa véritable patrie, où qu'elle soit, reste indéfectiblement la langue allemande, alors même que son pays d'origine a sombré dans la folie meurtrière. Cette affirmation mérite qu'on s'y arrête. La terre, la vraie, ce n'est peut-être pas le sol de la patrie, mais ce bien, inestimable entre tous, de la langue, par laquelle nous advenons en vérité à ce que nous sommes. Elle nous a constitué comme sujet, et, par elle, sujet nous demeurons, où que... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (16) - De la vérité en poésie

    DE LA VERITE EN POESIE   De quelle vérité nous parle le poète? D'abord de sa vérité, qui pourait n'être que la sincérité, la conformité du dire avec le senti. Cette idée fonde ce qu'on pourrait appeler la poésie subjective, telle qu'elle a été promue par le romantisme, avec ses suites et ses avatars jusqu'à l'époque contemporaine. C'est davantage la véracité que la vérité au sens propre, ce qui se vérifie dans le fait que le lecteur ne peut apprécier ce genre de poésie que dans la mesure où il partage les mêmes... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (15) - Vivre poétiquement

      VIVRE POETIQUEMENT   A quoi reconnaît-on un poète ? A rien. C'est d'autant plus frustrant que l'imaginaire collectif croit disposer de critères évidents : le poète serait un rêveur perdu dans la contemplation des nuages, un original, un décalé, un excentrique vivant de rosée, chevauchant le vent, ou un errant, un voyageur de l'idéal, chevalier de l'impossible. Paul Valéry, parlant de La Fontaine, rend hommage au travail du poète, qui est d'abord un artisan, un "oeuvrier" de la langue, et qui, s'il est... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 17:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

08 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (14) - Le chant des sitènes

  LE CHANT DES SIRENES   "Et rose elle a vécu ce que vivent les roses..." Le vers, dans une respiration légère, balance délicatement entre "rose", sur le seuil, et "les roses", à la fin, ouvertes comme des corolles. La banalité du propos est transfigurée par le rythme, et l'usage de la rime intérieure, qui donne une sorte de halo suggestif et de vibration infinie. Ajoutez-y la splendeur du ô, rond comme un fruit, une saveur qui éclot dans la bouche et se propage comme un souffle. C'est beau, bien au de là du sens, ou... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 mars 2015

ESSAIS DE POETOLOGIE (13) - Allégresse matinale

  ALLEGRESSE PRINTANIERE Il y a je ne sais quoi de doux, d’allègre et de pétillant dans les folâtres matinées de printemps, et seule une exquise joie, une joie primesautière, dansante, batifolante est à la hauteur de cette grâce ! En de tels moments, que faire, si ce n’est caresser la Muse, et chanter ! A vrai dire je n’ai rien à dire, tant me presse le jour et la splendeur du matin ! Je ne puis que rendre grâce au soleil, à la lumière dansant dans les feuillages, à l’activité des hommes et à la beauté des... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 20:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (12) - Noces poétiques

  NOCES POETIQUES   Descendant par degrés dans les profondeurs de ma conscience je rencontre d’abord le tourbillon de mes pensées que je laisse doucement se dissoudre dans le calme de la respiration. Ainsi franchissant les murailles du moi je voyage vers le Soi, rencontrant d’autres images, tantôt familières, tantôt inconnues. Mais cela encore est de la psychologie, et il me semble indispensable de voyager bien plus profond encore, vers les îles bienheureuses de la plus profonde mémoire, celle qui n’a plus d’auteur, qui... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 mars 2015

SSAIS de POETOLOGIE (11) - Le beau selon le vrai

  LE BEAU SELON LE VRAI     Ma formule : créer du beau selon le vrai. L'art dit contemporain se signale, à mes yeux du moins, par une complaisance déplaisante au morbide, au scatologique, au hideux, au monstrueux. C'est peut-être une protestation légitime, et passagère, contre la dimension d'idéal qui longtemps a prévalu dans l'art occidental, une libération, une aventure nécessaire dans le domaine de l'absurde et du non sens. Mais cela ne me convient pas, toute ma sensibilité se révolte, exigeant autre chose que... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,