30 juillet 2015

DES ROMANS HISTORIQUES

  J'ai une faiblesse de coeur pour les romans historiques. D'aucuns diront que c'est un genre littéraire mineur, qui n'a ni la rigueur de l'histoire ni les qualités d'une véritable oeuvre littéraire. Cela se peut, mais qui connaît l'histoire proprement dite, laquelle n'interesse guère que les historiens, alors que le roman du même nom fait revivre tant de personnages fabuleux, patibulaires, vicieux, machiavéliques, turculents, ou simplement humains, nous permettant de vivre en esprit une multitude de vies différentes de la... [Lire la suite]

17 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE : Présentation

    PRESENTATION   Je mets à profit une panne d’inspiration pour procéder à un petit travail de regroupement  textuel : ces petits essais poétologiques, disséminés au fil, j’ai pensé qu’il serait judicieux de les présenter dans une même rubrique, dans un beau désordre, car enfin il ne s’agit là que d’esquisses, de  vaticinations inspirées par la difficulté et les joies du métier. Nullement de thèses, ou d’affirmations dogmatiques. Par exemple je ne cherche pas à définir la poésie, ni le Beau, ni le Vrai.... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 mars 2015

SITUATION de la POESIE en 2015 (I,II,III)

  "Il faut être absolument moderne" disait Rimbaud. Certes, mais nul ne l'est absolument, si toute époque, quelle que soit son ardeur à recréer l'univers poétique, est fatalement vouée à la dissolution, laissant la place à une autre. On n'est moderne, selon la loi du temps, que relativement, dans les deux sens du terme. Cela dit, quelle serait la modernité du poète actuel - au regard de ce qu'il doit au passé, de ce qu'il ne peut que rejeter, et de qu'il peut ouvrir pour le futur ? Cette question, qui est de toutes les époques,... [Lire la suite]
17 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (21) - LE LIEU RESTANT : HOLDERLIN

    Je vous propose un poème de Hölderlin qui thématise le "pauvre lieu" restant. Traduction personnelle, au plus près du texte original :                                  LE COIN de HARDT                   Vers le bas penche la forêt,                 Et pareils aux bourgeons, pendent                 En dedans... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
16 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (20) - Entre temps

  ENTRE TEMPS : HOLDERLIN   Esquisse de poème, dans le cahier que tient Hölderlin, entre 1801 et 1802                « Entre-temps laisse-moi flâner                Et cueillir des baies sauvages                Pour étancher l’amour de toi ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (19) - l'art de la langue

L’ART de la LANGUE   La Grèce ne commence vraiment qu'avec Homère. C'est la poésie qui dessine l'espace mental d'une culture naissante, fixe les cadres essentiels de la représentation collective, nomme le monde, les dieux et les héros, qualifie l'existence des hommes, son origine, sa place et sa destination. Tout part de là, et tout se répète, jusque dans les innovations, qui approfondissent plus qu'elles ne renouvellent. Pour les Grecs, même à l'époque tardive, apprendre et réciter Homère constituait l'essentiel de la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (18) - Du travail poétique

      DU TRAVAIL POETIQUE   Depuis que j'ai fini la rédaction de mon grand ouvrage "De la Faille et de la Vérité" je me suis abstenu de toute activité philosophique, estimant avoir mis au net ma propre pensée. Je suis retourné à ma passion fondamentale de la poésie, qu'à dire vrai je n'ai jamais oubliée. J'ai entrepris depuis lors un travail de révision de mes anciens recueils qui dormaient dans mes tiroirs, et de quelques-uns de ceux que j'avais publiés sur ce blog.  C'est toujours une épreuve de relire... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (17) - Langue, notre demeue

  LANGUE, NOTRE DEMEURE   Hannah Arendt, réfugiée aux Etats Unis, déclare que sa véritable patrie, où qu'elle soit, reste indéfectiblement la langue allemande, alors même que son pays d'origine a sombré dans la folie meurtrière. Cette affirmation mérite qu'on s'y arrête. La terre, la vraie, ce n'est peut-être pas le sol de la patrie, mais ce bien, inestimable entre tous, de la langue, par laquelle nous advenons en vérité à ce que nous sommes. Elle nous a constitué comme sujet, et, par elle, sujet nous demeurons, où que... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (16) - De la vérité en poésie

    DE LA VERITE EN POESIE   De quelle vérité nous parle le poète? D'abord de sa vérité, qui pourait n'être que la sincérité, la conformité du dire avec le senti. Cette idée fonde ce qu'on pourrait appeler la poésie subjective, telle qu'elle a été promue par le romantisme, avec ses suites et ses avatars jusqu'à l'époque contemporaine. C'est davantage la véracité que la vérité au sens propre, ce qui se vérifie dans le fait que le lecteur ne peut apprécier ce genre de poésie que dans la mesure où il partage les mêmes... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (15) - Vivre poétiquement

      VIVRE POETIQUEMENT   A quoi reconnaît-on un poète ? A rien. C'est d'autant plus frustrant que l'imaginaire collectif croit disposer de critères évidents : le poète serait un rêveur perdu dans la contemplation des nuages, un original, un décalé, un excentrique vivant de rosée, chevauchant le vent, ou un errant, un voyageur de l'idéal, chevalier de l'impossible. Paul Valéry, parlant de La Fontaine, rend hommage au travail du poète, qui est d'abord un artisan, un "oeuvrier" de la langue, et qui, s'il est... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 17:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :