12 juin 2016

CHANSON en TRIO : odelette à Ronsard

                                                                   CHANSON EN TRIO : flûte, violon, violoncelle                                         Aubade pour Pierre de RONSARD     (Andante precioso)              ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 juin 2016

LA PRIMAVERA (2) : poème

      Son regard d'aube infiniment ouvre le coeur   L'âme se multiplie au faste des couleurs     La vierge en son sourire enluminé de rose   Efface la douleur du monde. On songe presque,   Voyant l'humide humus où croupit toute chose   Que le corps se dissout dans l'ombre de la fresque.     
Posté par GUY KARL à 09:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
09 mai 2016

DE L' ETRANGETE : Rilke, Elégies à Duino

  "Il est étrange, certes, de ne plus habiter la terre, Ces coutumes à peine apprises de ne plus les suivre, Aux roses, et à d'autres choses prometteuses De ne plus donner le sens d'un devenir humain ; Ce qu'on était dans des mains infiniment anxieuses De ne l'être plus, et même le nom propre De le laisser comme un jouet brisé. Etrange de ne plus désirer plus avant les désirs. Etrange De voir ce qui était en rapport flotter libre dans l'espace. Etre mort est pénible et plein de reprises Jusqu'à ce que l'on sente peu à... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 avril 2016

OEDIPE à COLONE

  C'est au rythme de la marche que parfois surgit une phrase, venue on ne sait d'où, et qui se scande comme un vers :   "Moi, je ne suis sûr de rien, mais moi   J'ai un creux dans le coeur de mon coeur". Jamais, si j'avais cherché et voulu, je n'aurais pu trouver ce "un creux dans le coeur de mon coeur". C'est le cadeau du dieu, et pour faire amende honorable, il faudrait poursuivre, faire un vrai poème. Mais, en même temps, une sorte de pudeur m'arrête ici : je ne saurais, de moi-même, faire aussi bien. Laissons... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
20 avril 2016

L' ATELIER d' EROS : Goethe, Elégie VI

  L'ATELIER d'EROS : Goethe, Elégies Romaines, VI - Ce titre "Atelier d'Eros" est de moi.   Voici l'élegie sans doute la plus connue du recueil. J'ai tenu à la présenter ici dans une traduction personnelle, au plus près du texte d'origine : elle donne un tableau précis et vivant de l'"atelier d'Eros", dans cette synthèse remarquable du travail artistique et des joies de la volupté. Car il ne s'agit pas exactement d'amour, mais plutôt d'une célébration du plaisir telle qu'elle prévalait dans les oeuvres antiques. L'oeil et... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 avril 2016

Le JARDIN d' EROS (2) : La Statue de Priape

  Voici l'Epilogue des "Elégies Romaines" de Goethe, dans une traduction personnelle. On pourrait l'appeler la Statue de Priape, dieu mineur mais célèbre pour son infatigable puissance sexuelle. L'auteur imagine une sorte de renaissance, due à la dextérité pieuse du sculpteur et du poète. C'est Priape en personne qui, ici, se lamente sur l'abandon dont il souffre les outrages, et se réjouit de cette résurrection inattendue.     "Dans le recoin du jardin, j'étais là, le dernier des dieux, Grossièrement formé ; le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 avril 2016

Le JARDIN d' EROS : GOETHE

          "Voici mon jardin, j'y soigne les fleurs de l'amour,           Que la Muse a choisies, savamment disposées.       Ce rameau de fruits, les fruits d'or de la vie,            Heureux je l'ai planté, joyeux je veille sur lui.       Tiens-toi de côté, Priape, je n'ai rien à craindre  des voleurs ;            Que librement chacun cueille et jouisse, s'il veut.    ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 mars 2016

POESIE et MUSIQUE

      "Petite pluie clapote sur mon chapeau   Petit canaillou me criaille aux oreilles"   Que pensez-vous de ces deux vers ? Vous l'avez compris, il s'agit de lambiner hors des allées conventionnelles de l'alexandrin. Verlaine se flattait de donner à l'impair ses lettres de noblesse (Art poétique), et s'essaie quelquefois à l'endécasyllable (11 pieds), ce qui est toujours périlleux, car le vers paraît boiteux, et comme un homme ivre, balance de côté en manquant de tomber. La seule solution pour éviter cet... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 mars 2016

ETOILE NOIRE : poème

       J'ai navigué longtemps dans le néant de l'être      Entre de blancs écueils et des rafales noires,      Egaré, haute mer, au fil de ces mémoires      Qui tissent dans la nuit un blason noir, peut-être        Une étoile, l'étoile à jamais disparue      Qui brille silencieuse et noire dans le coeur      Inaltéré, perclus de peur et de rancoeur      A courir sans espoir sur la mer inconnue. ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
27 août 2015

"GRAND MAÎTRE" roman de JIM HARRISON

  "Grand Maître" est, de l'avis même de Jim Harrisson, un "faux" roman policier. Il est vrai que l'intrigue est d'un dépouillement racinien : un flic consciencieux de soixante cinq ans se retire après quarante ans de service, mais une dernière affaire, singulièrement excitante, l'empêche de se retirer tout à fait, de rompre définitivement. Un chef de secte magalomaniaque et lubrique sévit dans la région, et, sous prétexte de spiritualité, se livre au détournement de très jeunes filles - avec la complicité, faut-il préciser, de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :