26 mars 2008

LA BEAUTE

Elle est ma rose ténébreuse Tout au fond de mon coeur Douceur, splendeur, langueur Son absence est piqûre Sa présence est piqûre Je voudrais la saisir, la tenir La charmeuse, la fugueuse Déjà elle est ailleurs Dans le fond de mon coeur.
Posté par GUY KARL à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2008

REVE

REVE J’ai rêvé que je n’avais plus d’âge. Toutes les périodes de ma vie s’étaient évaporées Emportées dans un tourbillon de sable blanc. Blanche est ma tempe, blanche ma joue Le passé est une mare blanche étalée derrière moi Et le futur n’existe pas. Je ne voudrais rien recommencer Ni enfance, ni adolescence, ni jeunesse L’âge dit mûr est une coupole de suif Le présent sans épaisseur Mais parfois il a un léger goût de groseille Un peu d’acide fraîcheur, comme ces fruits Que l’on... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 février 2008

POESIE TRAVERSIERE suite

X Entre deux mots, entre deux vers le blanc, océanique et entêtant Et nous plongeons dans les profondeurs de beaux dauphins frôlent notre épiderme Comme le corps de lune des amants dans les draps blancs Qui croient vire le même rêve, éperdument Mais le petit jour, déjà, trace sa trame.
Posté par GUY KARL à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 octobre 2007

L' INNOMMABLE

Dans un rêve Je l'ai rencontrée cette nuit Pour la première fois. Je n'en peux rien dire, voyez-vous, de la Chose Tant la parole achoppe sur le proche Qui hante nos profondeurs.   Saignant à vue Il gît à terre, il geint, il gigote Ténia spasmophile, érectile Crachant venin Je veux le découper, le morceler, pulvériser Mais il rechigne, rampe, se distort S'exile Je le poursuis de ma rancoeur De ma haine, mais Il Soudain s'absente et je n'écrase Que l'ombre noire de ma fureur.   Je contemple écoeuré le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2007

la poiétique comme art

Les grands poèmes sont des créations à partir de l'originaire. L'originaire n'est pas le commencement mais ce qui sourd de l'origine, et qui n' a pas de date fixée. L'esprit qui s'ouvre à l'originaire (comme Lucrèce par exemple) retrouve par lui-même la source universelle, qui est tout aussi bien de tous temps et de tous lieux, virtuellemnt accessible au sujet dans l'expérience du KAIROS, c'est à dire dans le flamboiement de l'originaire au coeur de l'instant. Hors chronologie. Imprévisible, le Kairos ( traduisons: occasion, moment... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,