27 mars 2012

ENTRE TEMPS : HOLDERLIN

Esquisse de poème, dans le cahier que tient Hölderlin, entre 1801 et 1802                « Entre temps laisse-moi flâner                Et cueillir des baies sauvages                Pour étancher l’amour de toi                Sur tes sentiers, ô... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 décembre 2011

CELEBRATION : poème

                                     Célébrons la beauté des choses                                Les plaisirs que le temps vola                                Les roses sont toujours les roses                        ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
23 septembre 2011

L' OUVERT : HOLDERLIN

"Viens dans l'ouvert, ami!" C'est par cet appel que le poète commence son élégie. Et cet ami, c'est vous, c'est moi. Chacun, s'il est de bon coeur, est l'ami pour le poète. Chacun, s'il le désire, peut s'ouvrir à l'Ouvert. Et pourtant, tout dans le jour qui se lève, préfigure la tristesse : "il fait sombre", "l'air est sans voix", "on se croirait revenu à l'âge de plomb". La mornitude du présent est de tous les temps, et ce que Hölderlin écrit en 1801 est de notre temps : temps de plomb, temps de détresse et d'incertitude. Mais le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 septembre 2011

RILKE : la solitude et l'ouvert

"Il me faut donc me retenir et ravaler l'obscur sanglot Ce cri d'appel. Mais hélas! vers qui me tourner, à qui donc, A qui donc m'adresser? A l'ange non, à l'homme non, Et les bêtes pressentent et savent Que nous n'habitons pas vraiment chez nous Dans le monde interprèté".         Dans la première élégie Rilke exprime l'étendue sans borne de la solitude. Et dans ce silence pétrifié de l'attente il se tourne vers les êtres célestes, les sommant de lui dire qui il est. Mais les Anges ne sont que la forme... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 septembre 2011

DESIR de GRECE

Voilà plusieurs années que je ne me suis rendu en Grèce, le pays de mon amour...Ce que j'entends dire tous ces temps-ci sur ce pays des dieux me remplit de tristesse et de nostalgie. Bientôt on n'y rencontrera plus que des Allemands et des Chinois, acquéreurs à bas prix de ce qu'il reste de la déconfiture historique. Mais laissons cela. Il restera toujours, on peut l'espérer, le sourire innombrable des flots, la pure surface de lumière scintillante, vibrante, les bocages consacrés aux Muses, si du moins la négligence des autorités ne... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 juin 2011

PETITE REVERIE MATUTINALE

Parfois je rêve de laisser là mes recherches, de me détourner de toute réflexion, de simplement goûter l'instant dans son surgissement et son passage. Toute recherche devrait aboutir à cela : coïncider à l'instant. C'est la véritable, la seule pratique. "C'est à son ordinaire qu'il faut juger de l'homme" écrivait Montaigne, avec raison. La modestie m'oblige à l'avouer : je n'y parviens pas vraiment. A croire que la pensée va de l'avant et que le bonhomme traîne derrière, empêtré dans ses contradictions  et ses conflits. A quoi... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 janvier 2011

PETITS POEMES MATUTINAUX

                                   1   J'avais oublié le Grand Nord Les socs du froid qui vous labourent Les nuits interminables L'oeil du vortex qui paralyse.                                        2   Oublieux de tout J'ai plongé dans la profonde nuit Dispersé dans l'Immense            Tout... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 novembre 2010

VERTIGE de FEUILLE : poème d'automne

Cela fait un grand trou dans le ventre Les pensées se culbutent, vertigineusement Je tourbilonne comme feuille d'automne Déjà l'hiver est dans le coeur.       Feuille foulée, feuille froissée       Feuille effeuillée à la terre mêlée.       
Posté par GUY KARL à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 septembre 2010

POESIE des CONTRAIRES : haïku

La Femme conserve L'Homme se disperse au vent Semence et moisson.
Posté par GUY KARL à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 juin 2010

OEIL d'ENVERS : poème

Là-bas Des terres où je n'irai jamais.        Ici,        Tumulte et turbulence        Autour d'un trou        Invisiblement pur. Percée surface - L'image exhibe ses échancrures de nuit Nulle étoile!            L'oeil en dedans        Regarde, pâme        Et ne voit rien.
Posté par GUY KARL à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,