27 octobre 2017

Du RYTHME en POESIE

    Mallarmé : "La Poésie est l'expression, par le langage humain ramené à son rythme essentiel, du sens mystérieux de l'existence". Ce qui m'interpelle, dans cette belle maxime, c'est la référence au "rythme essentiel". La poésie, langage premier du coeur, est rythme : voyez Homère, c'est la scansion des pieds - à entendre d'abord comme pieds du danseur - qui donne à la mélodie du vers sa cadence, dans l'alternance des temps forts et des temps faibles, des syllabes longues et courtes, transposant l'émotion sensible en... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 octobre 2017

"La MAISON du JOUIR" : Gauguin aux Marquises

  Poussant toujours plus loin, plus fort, Gauguin quitte Tahiti pour les Marquises. Ce sera la dernière étape de son singulier voyage, il le pressent, il le sait. Toujours plus loin dans la quête éperdue de l'origine, de ce temps d'avant le temps où la nature se donne toute frémissante de vie au regard amoureux de l'artiste, où les femmes, dans l'innocence de leur nudité, sont comme les fleurs, exquises, où les esprits des forêts tonnent et grondent, où l'orage a la puissance des forces primitives incalculables. Et partout les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
20 octobre 2017

ODE à la NUIT : méditation

    Je voudrais écrire une ode à la nuit, qui ne soit ni terne ni funèbre. La nuit comme origine absolue, impénétrable, mystérieuse et si belle ! La nuit qui porte le jour dans ses flancs généreux, la nuit où toutes choses se composent. Nuit sacrée, nuit des gestations innombrables, en qui toutes choses retournent selon le temps. Origine et fin, berceau et tombe, cycle immortel. Je la dirai profonde, comme est profonde, inaccessible, la vérité : privilège décisif de l'informe, moment générique où se dissolvent et se... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 05:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 octobre 2017

NUIT des AGES : poème

                      NUIT des AGES                          Elle, la tant aimée la tant haïe            Elle était le génie sacré de l'univers            Qui de sa main négligente            Versait comme des grains de blé            D'innombrables étoiles        ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 octobre 2017

REGARD d'EN HAUT : poème

                         REGARD d'EN HAUT               Toi qui ne sais où aller par le monde               Que le destin te guide, la voix                   Souterraine du coeur !               Les fallacieux, eux qui prétendent savoir               Laisse-les à leur... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 octobre 2017

FLEUR de SANG : poème

                     FLEUR de SANG              Rouge fleur      Fleur qui saigne à longs traits      Fleur de sang fleur d'amour      J'ai perdu mon amour        Toi qui chemines au long cours      Ne cherche plus      Elle n'est pas dans le monde      Elle n'est pas de ce monde      Ni d'ici ni d'ailleurs ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 octobre 2017

De l'ENFANCE et de de la SOURCE

  Quelqu'un, je ne sais plus qui, a dit : l'enfant est le père de l'homme. C'est évident. Mais en un autre sens, je dirais volontiers qu'il n'existe, sous un autre rapport, celui de l'inconscient qui dure et ne disparaît jamais, ni homme ni père, ni mère ni fille, et que l'enfant est éternel. Nous jouons notre partition savante ou misérable, nous nous plions vaille que vaille aux mille nécessités de l'existence, et parallèlement, par ce côté obscur et inamovible de l'enfance, nous menons une existence tout autre, peu visible au... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 octobre 2017

PAROLE de POETE : émergence et expressivité.

  D'où s'origine le mot ? L'expérience poétique, familière et pourtant, par quelque malignité de notre condition, si rare, nous en dit quelque chose, si nous savons, sans intention particulière, nous taire, être simplement ici : un arbre parmi les arbres, un calme sans pensée, et soudain voici une pie, surgie on ne sait d'où, qui saute de branche en branche, mordille gaillardement l'écorce de l'arbre, s'acharne, et pique de son bec, vorace, et saute encore. Mais tout cela s'est enregistré passivement, moment silencieux, moment... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 octobre 2017

SONATE SILENCIEUSE : poème

                            SONATE SILENCIEUSE                    Pluie d'automne                Pie picore l'écorce                Erable laisse faire                Silencieux sous la pluie.
Posté par GUY KARL à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 septembre 2017

Héraclite : poème

            HERACLITE      Les cornes du bouc,    Deux en un,    Dessinent la parfaite figure    De l'arc et de la lyre,    Vie-mort, indissolublement.      Qui veut l'un se fait mordre par l'autre,    Mais le dieu seul    En son coeur généreux qui jamais ne flanche    Nourrit tous les contraires,    Les égalise dans le feu.      Sur la brêche du temps  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,