31 mai 2019

De la PAROLE POETIQUE

  Ce qui différencie la poésie de la prose ne se ramène pas à une question de présentation, de mise en forme, ni même de rythme. On peut toujours versifier et rimer, cela ne fait pas encore un poème. Ni même de distinguer des thèmes réputés poétiques que par tradition on abandonne au poète, supposé en parler en connaisseur. Tout cela est secondaire, et ne permet pas de capter l'originalité de l'esprit poétique. En fait il faut chercher en amont, dans la disposition très particulière qui fait le poète : un rapport singulier à la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 mai 2019

CHANSON de FEUILLE : poème imité de Leopardi

        - "Loin de ta propre branche, où vas-tu ?         Pauvre feuille si frêle, où donc vas-tu ?" -        - " Du chêne où je naquis, où je vécus         Le vent m'arrache et me promène         Des bois à la campagne         Des vallées à la montagne,         Toujours je vais vaticinant                Au gré du vent         Et... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 mai 2019

FLEURS du DESTIN : poème

    Il est tant de choses   A laisser, qu'elles tombent    D'elles-mêmes comme feuilles,   Ou qu'un génie indifférent,   Ou qu'un sort malveillant s'en empare et les jette   Au sol, les déchiquette,    Pauvres déchets de ce qui fut la vie. C'est le destin   Faste ou néfaste,   Qui nous travaille, nous tenaille   Nous saisit, nous transit   Jusqu'à l'incandescence,   Et quelquefois nous hisse jusqu'au faîte,   Duquel hagards nous retombons ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 avril 2019

L' EUNUQUE FOU : poème burlesque

       L'eunuque fou du Rouanda    Sniffeur de coke et onaniste    Que le pape recommanda    Aux maffiosi esclavagistes,    De tous les bordels tenait liste    De Zanzibar à l'Ouganda                                         Ami, garde-toi du sublime                              ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 mars 2019

BEAUTE du CLASSIQUE

  Un commentateur, au vu des poivronnades publiées ici, me fait savoir qu'il me considère comme un classique. La formule me va. Encore que ce terme puisse désigner un tour de pensée, ou d'écriture, quelque peu désuet, et qui sent la poussière, j'y vois plutôt une qualité de l'intelligence, une réserve de la sensibilité, le gôut de la mesure, l'amour de la beauté, de l'équilibre juste entre le haut et le bas, l'art de suggérer, de glisser délicatement à la surface des choses. Rares sont ceux, aussi bien dans l'art que dans la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
26 mars 2019

FADO : poème

                                   FADO                         Aubade pour Guillaume Apollinaire                Au soir, quand tombent des étoiles        De blancs éclairs et des cristaux        Au beau pays de Portugal        Rivière et fleuve sans égal    ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 23:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

26 mars 2019

Au JARDIN de MELANCOLIE : Guillaume Apollinaire

  Guillaume Apollinaire écrit dans "Alcools" :           L'anémone et l'ancolie         Ont poussé dans le jardin         Où dort la mélancolie         Entre l'amour et le dédain   Faire rimer ancolie et mélancolie, ça c'est une trouvaille ! Ancolie : aquilegus, qui recueille de l'eau ; fleur à cinq éperons et de couleurs variées, si j'en crois le Larousse. Mais je suis persuadé, par connaturalité poétique, que Apollinaire s'est... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
23 janvier 2019

Se LAISSER ALLER : comment écrire

  J'ai toujours balancé entre la littérature et la philosophie, ne me contentant d'aucune : à l'une manque trop souvent la profondeur, à l'autre l'enjouement. D'où cette obstination à me situer à la jointure, dans un entre-deux infiniment problématique, toujours mouvant et incertain, comme firent autrefois Lucrèce, Montaigne, Pascal et Rousseau, que les lettreux revendiquent pour leur paroisse, et que les philosophes considèrent avec réticence. Mais c'est là un débat pour universitaires en mal d'inspiration. Il faut partir de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
03 janvier 2019

De l' IVRESSE : MARIA CALLAS

  La Callas ! Sublime, elle déclare qu'en entrant en scène elle éprouve une véritable ivresse. Comment ne pas songer à la Pythie, ivre de parfums envoûtants, proférant "de sa bouche délirante" d'obscures sentences inspirées par le dieu.  Ou encore ces tragédiennes austères déclamant à Epidaure les vers de Sophocle, en grec ancien, soudain saisies d'une étrange frénésie, tordues d'angoisse, ou fuminant de saintes colères. Maria Callas était grecque et ce n'est pas un hasard si elle a révolutionné la scène par un génie de... [Lire la suite]
20 novembre 2018

OCRE : poème

                             OCRE                   Dans l'ocre d'automne                 Intempestif étourdiment                 Je valse à contre-temps                   Le temps chavire,                 Le temps déchire      ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,