29 août 2017

De l'ORAGE et du TEMPS : poème

              Si vite     L'éclair sabre le ciel qu'à peine     On voit des étincelles éparpillées     Sitôt éteintes dans le noir.     Le mont là haut     Tremble sur ses assises, et la pluie     Mêle le ciel à la terre. Sombre     Catafalque. L'orage     Est le maître du temps,     Juste mesure du feu où le dieu     Et l'homme se séparent.     Le tonnerre roule au loin  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 juillet 2017

De l'ENTHOUSIASME : nature et poésie

  Petite méditation sur le poème de Hölderlin "Comme au jour de fête"               Mais elle, elle même, qui est plus ancienne que les temps,       Qui est au delà des dieux du soir et d'Orient,       La nature maintenant est éveillée aux bruits des armes,       Et du haut de l'Ether jusque dans l'abîme       Selon loi ferme, comme jadis, née du saint Chaos,       S'éprouve neuve l'inspiration  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 juillet 2017

INGRATE VIEILLESSE : poème.

                     Ingrate, fâcheuse vieillesse         Qui de ses griffes d'hydre acerbe nous laboure !         Si en petits morceaux le corps retourne à la poussière         Puisse, d'élan viril, l'esprit qui piaffe et se rebiffe         Tenir un temps le signe haut contre la mort         Dire le vrai, l'impermanent, le nécessaire         Avant de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juin 2017

TABAC : fantaisie

         Voici, pour soulager l'esprit, entre deux chapitres du Chant des Origines, une petite fantaisie :                                                      TABAC               Je n'ai qu'un vice mais il est             Tenace comme les morpions             Qui burinent... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 juin 2017

Le MEDITANT : poème

          Son pauvre secret       Il le garde en son coeur         Hagiographie de mille plaies       Il compte au dieu du Temps les heures         Toutes ses chaînes       Il les enroule têtu autour du chêne         Assis jambes croisées       Il laisse s'épuiser les pensées         Dans la soie des roseaux       S'égayent égrillards des... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 juin 2017

L'ETRANGER : fantaisie

                L'ETRANGER      Passant parmi nous    Il a laissé la trace de son pas    Gravée au feu dans le roc.      Quelques uns, plus malins croyaient-ils,    Ont plongé leur talon dans l'empreinte    Le pied fut calciné.      Nul n'a bandé jamais l'arc d'Ulysse,    Nul n'a retrouvé la sandale de bronze    Recrachée du cratère.      Certaines choses ne se... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 mai 2017

COLOMB 1492 : poème

   Assis à la terrasse d'un café  Ma pipe aux aromates tropicales  Et devant moi  La mer, la mer, immensément, la mer !    Aventureux et magnifiques  Ils ont quitté l'abri du port,  Toutes les certitudes, ils ont osé  Lever le grand défi. Hélas, touchant terre,  1492, année fatale,   Ils abordèrent aux Amériques, et c'est là  Qu'ils sombrèrent, c'est là  Qu'ils trahirent leur âme, c'est là  Que remonta depuis les entrailles ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 mai 2017

Le DIEU du TEMPS : poème

          Quand meurt le dieu       De belle mort, ou qu'il succombe       Aux quolibets de la foule, le deuil       Etend son linceul blanc sur la terre,       Mais l'esprit, épuré, concentré,       Après la longue nuit se change       Dans la marée muette des nuages       Des saisons cavalières,       Dans les ruées d'orage, à coups d'éclairs       En figure... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 mai 2017

CHEMINS du VOYAGEUR : poème (Seconde version)

      Ah les chemins du voyageur !         Cartable de cuir sur le dos, le premier chemin     De la maison vers l'école par les sentiers odorants,     Chaussures dans l'herbe mouillée, le long du petit cours d'eau,     Les jardins, et les portes de bois enrubannées de fleurs,     Le chemin traîne, le garçon traîne     Pourquoi donc se hâter, ici l'air est si frais,     Les fleurs sentent printanières, des libellules dansent  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 mai 2017

MNEMOSYNE : Hölderlin

          Mûrs, plongés dans le feu, cuits       Les fruits gisent sur la terre, et c'est une loi       Que tout y retourne, pareil aux serpents       Prophétiques, rêvant       Sur les collines du ciel. Et beaucoup       Comme sur les épaules       Une charge de bûches       Est à retenir. Mais mauvais       Sont les chemins. Et de travers       Comme des rosses,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,