11 juin 2009

NOUVELLE APPROCHE DE L' INCONSCIENT

Je cherche ces temps-ci une nouvelle approche de l'inconscient, loin des théories classiques dont la fécondité me semble  discutable. J'ai énoncé, dans les articles précédents, une série assez élaborée de critiques sur lesquelles il ne me semble plus nécessaire de revenir. Que le lecteur curieux veuille bien éplucher ces récentes tentatives et en juger par lui-même. C'est l'expérience qui me conduit, non la pure spéculation. J'ai simplement remarqué que la pratique analytique s'éternisait dans une stérile répétition. Et mon... [Lire la suite]

10 juin 2009

L' ENSEIGNEMENT DES REVES

Si mes journées sont de plus en plus paisibles je constate avec un certain étonnement le climat violent de mes nuits, notamment des rêves. Je ne sais quel adversaire obtus s'acharne à me nuire, que je combats avec la dernière énergie, sans parvenir jamais à le contenir ni à l'apaiser. Il faut croire qu'il subsiste en moi je ne sais quel thymos guerrier dont la vindicte ne s'épuise pas. Inutile d'invoquer je ne sais quelle puissance persécutrice, si ce n'est celle qui est en moi-même, et qui se retourne contre moi, dans un obscur... [Lire la suite]
09 juin 2009

L' OUVERTURE INFINIE

Je ne construis pas un nouveau système philosophique. Ces rêves-là sont d'un autre âge. Nous savons aujourd'hui, un peu mieux, les limites du savoir. S'il fallait vraiment donner un terme générique à ma démarche je ne saurais me réclamer, en matière de connaissance, que de l'inspiration antique. Ne rien croire que l'on n' ait expérimenté par soi-même. L'intérêt de la vie, outre l'efflorescence sensible, c'est l'expérimentation. En ce chapître se rencontreront aisément Héraclite, Démocrite, Epicure, Bouddha, Pyrrhon, et bien sûr... [Lire la suite]
08 juin 2009

AMOR NATURAI : le SOUVERAIN BIEN

Spinoza définit le Bien suprême, et l'accès à la plus grande béatitude : "amor intellectualis dei". Cela se traduit : amour intellectuel de dieu. Mais tout ceci est du langage codé. Intellectualis : intellectuel, mais dans un sens très particulier, quand on se souvient que l'intellect, pour Spinoza représente le troisième genre de connaissance, le plus élevé : savoir la vision intuitive et unitive de la plus absolue réalité, contrairement à l'opinion qui n'est que particulière et partisane, et à la raison qui ne connaît que... [Lire la suite]
05 juin 2009

HOMO NATURA

Je me flatte de ne porter aucune inscription, aucune scarification, nulle peinture ou dessin sur mon corps. J'ai la chance d'être aujourd'hui comme la nature a bien voulu me jeter dans l'existence, sans ajout extérieur, ni soustraction, nu et vierge comme au premier jour. Je me contente tout à fait des tenues vestimentaires traditionnelles, cravatte en moins, sans estimer nécessaire de me signaler par quelque symbole religieux, croix, croissant, nattes, point rouge sur le front ou tchador! A vrai dire je ne comprends pas bien cette... [Lire la suite]
04 juin 2009

RETROUVER LE CORPS

Il reste à conquérir une pleine autonomie corporelle. C'est comme si la voix du corps avait été forclose de longues années, au profit de je ne sais quelle aphasie psychosomatique. On sait que cette dernière structure : silence de la pensée, étouffement de l'émotion et du désir, indifférence pulsionnelle et ralentissement affectif sont une sorte de mort, à laquelle seul le symptôme physique offre une fallacieuse mais nécessaire issue. L'hypocondriaque, le mutique et le psychosomatique sont en réel danger. Ils se bloquent dans le... [Lire la suite]

03 juin 2009

D' UNE MORT PLUS LEGERE

Comment vivre sereinement en se sachant mortel? J'estime qu'il faudrait parvenir à une sorte d'oubli de la question, dans la naïve et quotidienne jouissance du vivre. Après tout un problème n'est vraiment résolu que lorsqu'il a entièrement disparu de notre esprit. Comment parvenir à cette saine négligence vitale, à cette distanciation paisible, à ce nonchaloir? Non pas déni psychotique ("je suis immortel comme les dieux)" ni refus de penser, mais dépassement de la question : trouver, ici comme ailleurs, le juste... [Lire la suite]
02 juin 2009

DE LA LEGERETE : contre l'esprit de lourdeur.

La légèreté est chose difficile et délicate. Tout nous tire du côté de la lourdeur, et les actualités, et les nouvelles quotidiennes, et la pesanteur politique, et les perspectives d'avenir. Le ciel est irrévocablement gris. Il faut une sorte d'héroïsme pour se détacher, s'élever dans les airs. Même les rêves nocturnes témoignent d'une sorte de langueur préapocalyptique. Et l'effroi aux ailes de titan déchu vient nous frôler la nuit et nous arrache des grincements. Mais ce n'est pas nouveau. A tout prendre l'histoire n'est que la... [Lire la suite]
29 mai 2009

APPROCHES DE L' INCONSCIENT DYNAMIQUE

La conception freudienne de l'inconscient est essentiellement réactive : l'inconscient est pensé comme une machine à refouler, cliver, ou forclore l'insupportable ( le réel, les pulsions, le fantasme, l'angoisse interne). Il s'agit toujours de maintenir un certain degré interne de "supportabilité" selon le fameux principe de plaisir-déplaisir. D'où cette conception du moi régulateur : pris en tenaille entre les exigences matérielles et sociales du monde externe, les impulsions de l'inconscient pulsionnel (le ça), les... [Lire la suite]
27 mai 2009

D'un INCONSCIENT DYNAMIQUE et CREATEUR

Il est bien des manières d'aborder la problématique de l'inconscient. Et d'abord, inconscient ou inconscients? De l'inconscient il en va comme du reste : c'est un mot, mais quelle est la force qui s'empare du mot, et pour quel usage? S'agit-il de pérenniser la souffrance en nous plongeant dans un déterminisme sans issue, en creusant sans fin le sillon obscur de la culpabilité, du ressentiment et des passions tristes? S'agit-il de nous convaincre de l'impossibilté de toute déclinaison, de tout clinamen novateur, de toute liberté de... [Lire la suite]