09 décembre 2009

DIONYSOS ET LE DAIMON

Tout au fond de nous, au terme d'une longue traversé psychique, il est possible que l'on rencontre les figures muthologiques les plus archaïques. Cette rencontre n'est pas forcément des plus plaisantes. Mais il faut remarquer qu'en général elle présentent un double visage, comme le dieu Janus. Aphrodite la sublime est -elle si différente de la redoutable Perséphone? La vieille femme hideuse est aussi la jeune fille en fleur. La mort et la floraison de la vie sont inextricablement mêlées, bien que notre imagimaire, en général, repousse... [Lire la suite]

08 décembre 2009

DU POLYTHEISME

Suis-je polythéiste, panthéiste ou athée? Je ne sais pas penser dans ces catégories-là. Ce qui est absolument certain c'est que je ne me reconnais en rien dans les religions, quelles qu'elles soient. Mais de toutes je déteste le plus  les monothéismes, ces mornes fixations sur l'Un. " Credo in unum Deum " Mais aussi : "Ein Volk, eine Sprache, ein Führer" : un peuple, une langue, un guide. Toujours l'unité contre le pluralisme, l'univocité contre la multiplicité, la mon-archie contre la démo-cratie, la pyramide... [Lire la suite]
02 décembre 2009

De la NECCESSITE du DEPLAISIR : isonomie psychique

Les Epicuriens ont établi le principe d'isonomie : dans l'univers considéré comme somme de toutes les sommes (summa summarum) on peut toujours observer des mutations, destructions et liaisons locales. Mais le Tout n'en est pas affecté. Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme. Le Tout est constant dans sa masse énergétique, alors même que rien n'est stable, ni dans les galaxies, ni dans les systèmes stellaires, ni dans la l'atmosphère, la végétation, la faune et les relations humaines. Si l'on refuse ce principe on aboutit... [Lire la suite]
01 décembre 2009

Du "DEVELOPPEMENT PERSONNEL" - et de l'illusion

Il est toujours intéressant de flâner dans les librairies, même si on n'achète pas grand chose. Voici vingt ans les étalages croulaient sous le poids des livres de psychanalyse, à se demander si les analystes avaient encore le temps de pratiquer en leurs cabinets et d'écouter leurs patients. On aurait cru qu'être psychanalyste c'était faire métier de plume. Maintenant cette funeste mode est passée, mais au bénéfice des marchands de "Développement Personnel". L'espoir a changé de camp. Le marché s'est recyclé. Mais l'attente... [Lire la suite]
31 octobre 2009

ETHIQUE de la BRECHE : du nomadisme existentiel

Comment vivre dans la brèche? Cette expérience-là est decisive. Pas moyen de revenir en arrière, sauf à se déjuger de tout. A se mépriser. A se haïr définitivement. Posture solaire. Et solitude sans consolation. La brèche, c'est ce savoir irréfutable, irrévocable qu'il n'est aucun remède. Savoir tragique. Comment le dire, le signifier sans grandiloquence, sans apprêt, en toute simplicité? Les dieux sont morts, la connaissance est impossible, l'espoir fallacieux, l'illusion funeste. A-lètheia : dévoilement de la caducité, de... [Lire la suite]
29 octobre 2009

De l'ANGOISSEMENT, et de la LIBERTE PSYCHIQUE

Le symptôme, c'est ce qui protège de l'angoisse. Vient un moment, parfois, où les enbesognements du symptôme cédent, et c'est le hiatus. Par cette brêche l'angoisse fait retour. Mais j'aimerais, quant à moi, commettre un néologisme, plus expressif de l'expérience psychique : angoissement, plutôt qu'angoisse, signalant par là le mouvement d'envahissement, l'irréfutable montée des eaux dans une âme déboussolée. D'aucuns déclarent que dans la psyché seule l'angoisse est expérience de vérité, moment de révélation trouble de la... [Lire la suite]

08 octobre 2009

De L' IMMEDIATETE du CORPS : corps représenté, corps vécu

Le corps c'est l'immédiateté. Et pourtant cette immédiateté nous est souvent obscure, voire inaccessible. Etrange paradoxe du proche et du plus lointain. Ce n'est sans doute pas un hasard si la littérature philosophique est si ladre, ou si laborieuse, sur la question du corps. Spontanément nous sommes dans la représentation : perception des phénomènes et des objets. Représentation d'un milieu, d'un "monde", d'une collection d'objets situés dans l'espace, de signes intentionnels ou non, de forces plus ou moins conscientes. Et notre... [Lire la suite]
23 septembre 2009

SOMA, PSYCHE et NOOS : corps, psychique, intellect

Je suis fidèle à une conception tripartite de l'humain, que je trouve chez les Grecs, mais aussi chez les Chinois, considérant que le dualisme, (notamment cartésien) qui oppose violemment le corps et l'âme est une hérésie, et une catastrophe pour la pensée, pire encore pour la thérapie. Les Grecs nous apprennent à distinguer trois pôles : le Sôma, la Psychè et le Noûs (j'écris plus haut NOOS, orthographe plus ancienne du terme, pour écarter toute ambigité). Le sôma c'est le corps réel : physiologie, anatomie, peau, sang, muscles,... [Lire la suite]
23 septembre 2009

THYMOS et PATHOS

Thymos est le siège mystérieux des affects, quelque part au centre de la poitrine, aux voisinages immédiats du plexus et du coeur. Il est imposible de rendre correctement ce terme en français : on balancera entre "âme", inutilisable, et "coeur", qui est moins chargé de relents religieux, mais trop précis, trop concret. Comment exprimer le tourment, les affres, les transports et les passions, tristes ou allègres, qui nous font frémir, trembler, palpiter, transpirer, transir, et quelquefois mourir? Tout cela c'est l'expérience sensible,... [Lire la suite]
21 septembre 2009

DE L' ENFANT MERVEILLEUX : anatomie d'un fantasme

Dans un ouvrage célèbre, Serge Leclaire ("On tue un enfant"), étudiait cette persistance troublante de l'image de l'enfant idéal que nous portons en nous, certains plus que d'autres, bien sûr, et qui détermine les ravages les plus persistants, et les exaltations les plus folles dans sa liaison inconsciente au fantasme. Enfant idéal, enfant merveilleux, qu'est-ce à dire? Il faut revenir aux premiers âges de la vie pour en saisir l'occurrence fatale. Je parle ici de mémoire, étant de longtemps incapable de lire, et de... [Lire la suite]