08 mai 2008

La BEAUTE et la MORT

Tout le roman de Thomas Mann, "La mort à Venise" repose sur l'alliage fatal, énigmatique et fascinant de l'appel de l'amour, de la Beauté retrouvée, avec l'attrait ambigü de la décomposition des corps et des choses dans l'agonie. Une structure romanesque qui me rappelle inévitablment la commposition du De Natura Rerum de Lucrèce, qui s'ouvre sur un magnifique appel à la volupté printanière et qui s'achève dans les marasmes pestilentiels d'une mort collective. Appel, ouverture, floraison, magnification de la vie, crise... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mai 2008

Le COMPLEXE de FAUST

J'ai toujours été fasciné par les premières scènes du Faust de Goethe. "J'ai tout appris, philosophie, théologie, histoire, sciences naturelles, médecine, sans repos, sans répit- et me voilà aujourd'hui aussi ignorant qu'au premier jour!" C'est à peu près ce qu'il dit au début de la pièce,  et que je pourrais dire tout aussi bien. Non que je puisse me vanter de quelque savoir spécial ou exhaustif, loin de là, mais les choses importantes je crois les avoir comprises à peu près. Dans la suite de la pièce, Faust,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
06 mai 2008

Le COMPLEXE de FAUST : suite

Faust vend son âme au diable pour retrouver sa jeunesse perdue et commencer une vie d'explorations, d'aventures, de plaisirs. Si le Diable se présentait devant moi, que lui dirais-je? Je n'ai pas d'âme à vendre, mais peut importe, si lui y croit. En échange de ce rien que je lui laisserais que demanderais-je?  Toute la question tourne en apparence autour de la "jeunesse". Perdre sa jeunesse c'est perdre son âme, croit-on. C'est aussi l'obsession de notre temps: formes souples et minces, corps allongés et bronzés, ligne... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 09:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
02 mai 2008

DEUILS et CHAnCES de la SOIXANTAINE

La vie est une suite de crises, avec de temps en temps des accalmies, parfois longues et bienheureuses, parfois courtes et trompeuses. C'est dire que la crise n'est ni une exception, ni une anomalie, mais un processus vital d'adaptation et de renouvellement. Une poussée de dent est une crise. La puberté est une crise. la soixante peut l'être ou ne pas l'être. Je viens de traverser, quant à moi, une crise majeure, sur plusieurs années, et parfois j'ai eu le sentiment que je ne m'en remettrais pas, que j'étais bon pour le sapin.... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
02 mai 2008

SUITE

La soixantaine est une catastrophe pour qui n'a appris qu'à travailler, qui n'a maîtrisé qu'un seul art ou une seule technique et qui se retrouve aussi dénudé que Job sur son fumier. C'est malheureuresement souvent le cas  chez les hommes qui ont tout investi dans la profession, en oubliant de vivre. Souvent le trépas survient assez vite, surtout si l'épouse continue à monopoliser tout l'espace domestique et à gérer le tout de haute main. Les femmes en général se débrouillent mieux. Mais je crois aujourd'hui qu'il me serait... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
01 mai 2008

l' AMOUR COURTOIS

Le Moyen-Age avait inventé une expression assez paradoxale de l'amour qui pouvait à la fois se dire, et quasi s'officialiser, voire s'afficher lors de joutes chevalersques ( le chevalier attachait à la pointe de sa lance un petit drapeau dont l'effigie désignait clairement la Dame de ses pensées) et qui de l'autre exigeait une abstention physique intégrale. Le chevalier vouait son amour à une Dame qu'il ne toucherait jamais, qu'il n'épouserait jamais, et qui pouvait fort bien être mariée à un tiers. On distinguait sans ambage un amour... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2008

DE L' EXHIBITION

Voilà manifestement une des tendances les plus irritantes de notre époque, mais d'autant plus indéracinable qu'elle s'iscrit entièrement dans la logique productiviste du capitalisme planétaire. "vendre à tout prix (ou presque !) à n'importe qui pourvu que ça rapporte.  Et comme le paradis ne trouve plus guère d'acheteurs, on se rabat sur les valeurs sûres et sempiternelles : le profit et le sexe. Je hais l'exhibitionnisme parce que c'est un jeu pour débiles mentaux, et le rêve planétaire de nos dirigeants semble être de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 avril 2008

DE la NUDITE

"Vous voulez savoir si Archicontas est un vrai sage? Demandez lui de vivre tout nu, à toute heure du jour et de la nuit!". Etrange critère de sélection, et pour nous inintelligible, mais assez évident pour un Grec de l'âge classique. Appliqué chez nous il réduirait considérablement le temps des examens universitaires! Il faut d'abord distinguer "le nu" de la nudité. Le nu est un exercice pictural classique, qu'on inflige je ne  sais pourquoi à de malheureux candidats, tous assis en rond autiour d'une fille... [Lire la suite]
25 avril 2008

PASSIONS TRISTES

L'expression "passion triste" est de Spinoza. Par là il désigne les affects qui sont liés à une imperfection de mon être, à une diminution de puissance ou de liberté, comme la haine, la peur, l'anxiété, l'acédie et autres dégradations physiques ou mentales. Le sage cultive la joie, l'affirmation de la vie et non la rumination de la mort. Il veut augmenter la puissance créatrice des hommes par la juste connaissance, l'accès à la raison, et par là à une forme de liberté intérieure et extérieure, bien distincte du pseudo libre arbitre,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 mars 2008

La VISION comme PEAU PSYCHIQUE

J'ai beaucoup parlé de la peau dans ce blog dans le sillage des travaux d'Anzieu sur la double peau, comme "pare-excitation" et comme "surface d'inscription". Pour moi tout cela est à présent acquis et à peu près compris. Mais je viens de faire une découverte qui me trouble. Je ne sais si c'est un expérience personnelle et nouvellle dont je vais rendre compte ici, ou  bien si l'affaire a déjà été répertoriée et analysée. Notre vision ordinaire se constitue spontanément comme une espèce de cercle à partir des yeux pour embrasser... [Lire la suite]