22 janvier 2014

CELA NE COLLE JAMAIS : d'une critique radicale

    "Cela ne colle jamais". Voici une proposition essentielle, qui me semble exprimer la vérité indépassable de l'organisation psychique. Cela ne colle jamais : la réalité ne vient jamais recouvrir complètement les souhaits du coeur. Et quand elle semble miraculeusement adéquate, très vite un écart se creuse, et l'insatisfaction renaît. C'est l'expérience des naïfs qui crurent un instant que de gagner au loto comblerait tous leurs désirs. Cela ne colle jamais, ça veut dire aussi que l'ordre symbolique est une chose et le... [Lire la suite]

30 octobre 2013

De la BLESSURE INTIME

    Sans doute avons-nous, chacun d'entre nous, notre blessure secrète, une zone psychique particulièrement délicate où la moindre égratignure peut provoquer les plus grandes souffrances. Par un certain coté de nous-même nous savons bien qu'elle est là, tapie dans l'ombre, mais en général nous évitons soigneusement de la considérer, nous maintenons la fiction de l'ignorance pour nous rassurer sur notre propre compte, et pour conserver une image aimable de nous-même. En quoi nous avons tort, car de la sorte nous nous... [Lire la suite]
25 octobre 2013

Du FEMININ et du SENTIMENT d' EXISTER : WINNICOTT

    "L'étude de l'élément féminin non contaminé, "distillé", nous conduit à l'ETRE ; c'est la seule base de la découverte du soi (self discovery) et du sentiment d'exister (puis à partir de là se constitue la capacité de construire un intérieur, d'être un contenant, d'être à même d'utiliser les mécanismes d'introjection et de projection, d'établir une relation avec le monde en termes d'introjection et de projection). (Winnicott, "Jeu et Réalité", p 156). Winnicott, dans ce passage essentiel, dégage la spécificité de... [Lire la suite]
23 août 2013

RETOUR au CORPS : psychiatrie et méditation

    Qui a dit : "C'est dans ce corps long de cinq coudées que je trouverai le monde, l'origine du monde, la cessation du monde et le sentier qui mène à la cessation du monde"? Gageons que ce n'est pas un penseur occidental, et même le sublime Epicure, si soucieux de la santé et de l'équilibre du corps n'est allé jusque là.  Le corps et non l'esprit, et l'âme, et le moi, et le soi encore moins. Car l'esprit est comme un singe qui saute de branche en branche. Et l'âme est introuvable, le moi illusoire et le soi une... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 avril 2013

De la SYMBOLISATION comme double détente

    On ne peut sortir réllement d'un processus de deuil que par une symbolisation active. Freud remarquait que dans un premier temps le sujet opérait une incorporation massive de l'objet perdu, une réintrojection des sentiments d'attachement, des souvenirs, des sensations, des situations vécues. L'endeuillé se remémore, dans la douleur, la tristesse, l'affliction, mais aussi avec une sorte de joie paradoxale, les moments heureux  vécus en compagnie du défunt, parfois même se surprend à lui parler... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
01 novembre 2012

SURMONTER le DESENCHANTEMENT

              Le désenchantement est un moment nécessaire et inévitable de la maturation psychique et philosophique. Comment, en effet, serait-il possible de maintenir les illusions de l’âge enfantin, où nous croyons que toutes choses ne sont là que pour nous, pour notre petit confort, notre sécurité et notre bien-être ? Relisons ce que Freud disait du narcissisme primaire, de la confusion originelle du moi et de l’entourage lorsqu‘il s’étonne de la perpétuation, chez certains humains, du... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 septembre 2012

TROIS NIVEAUX THERAPEUTIQUES

            L’action, telle que je l’envisage, doit prendre en compte les trois niveaux de l’individualité : le soma, la psyché, le noûs, ou, en termes modernes, le corps, la psyché, l’intellect. Nos pratiques ordinaires sont marquées par l’éternel clivage entre le corps et l’esprit, le physique d’un côté, le psychique ou le mental de l’autre. Sans compter les compartimentations de la médecine qui découpent le corps en systèmes, organes, fonctions et tout le tremblement. C’est la domination de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 juin 2012

De l'INTELLECT : concentration, contemplation, méditation

          Une des grandes difficultés de la science psychologique et de la philosophie est de distinguer clairement le psychique de l’intellectuel, que trop souvent nous confondons en les ramenant à la fonction de l’esprit (ou de l’âme), opposée d’un bloc  au soma (le corps). L’ancienne philosophie proposait une tripartition de l’être humain que nous faisons nôtre, car elle rend mieux compte des faits. Le soma, ensemble des processus vitaux, instinctuels et organiques ; le thymos – le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 avril 2012

Du DEPLAISIR et du REEL

      Les  sources du déplaisir sont multiples. D’abord la peau, comme surface d’enregistrement physique et psychique : contacts irritants, bruit, pollutions de toutes sortes, chaleur et froidure, ruptures de rythmes, etc. Que de désagréments dont il n’est pas toujours possible de se débarrasser par le déplacement dans l’espace. Ensuite les organes internes travaillés par les besoins, irrités par les substances nocives, soumis à des changements de régime incontrôlables. Pire encore, le travail des... [Lire la suite]
24 avril 2012

Du PLAISIR comme NORME

Le plaisir constitutif, ou plaisir en repos, était considéré par Epicure comme une norme physiologique, psychologique et éthique. Loin de l'agitation des désirs et de la furie des passions, il réalise un juste équilibre de toutes les fonctions dans la durée. Sans exaltation ni abattement, ces deux estrêmes pathologiques de l'humeur, il est la condition du bonheur véritable, dans la mesure du moins où ce bonheur peur être l'apanage de l'homme, si souvent entraîné hors de soi par les sollicitations de l'extérieur et les tourbillons... [Lire la suite]