03 février 2019

De l' IDENTIFICATION : des images et du sujet (Six articles successifs sur ce thème)

  Voici ma formule : entre deux identifications, un suspens, émergence du sujet. L'identification est un processus mental très complexe et très puissant. Elle détermine une gande part de nos pensées, de nos images et de nos actions. Victor Hugo, enfant, s'écrie : "Je serai Chateaubriand ou rien". Identification à l'idéal, mais heureusement pour lui et pour nous, il n'est pas devenu Chateaubriand, ce qui était d'ailleurs impossible, mais Victor Hugo. Une identification complète serait catastrophique : Johnny Weismuller devenu... [Lire la suite]

03 février 2019

De l' IDENTIFICATION II : "s'identifier sans s'identifier"

  S'identifier à quelqu'un c'est se faire autre. C'est par des identifications successives que le sujet avance, si toutefois il sait les abandonner sur le chemin. Il faut savoir déjouer la prise, s'arracher, courir ailleurs. Ce n'est pas facile. J'ai connu un noble universitaire, estimable à tous égards, qui déclarait honnêtement qu'il lui était impossible, aujourd'hui, de quitter la défroque du maître à penser, de se ranger à l'aune commune. C'était comme de perdre une identité sociale chèrement conquise, de se retrouver tout... [Lire la suite]
03 février 2019

De l'IDENTIFICATION III : douleur et symptôme

  Dans un internat de jeunes filles, une des pensionnaires reçoit une lettre de rupture de la part de son bien-aimé. Elle pleure, elle se lamente, elle gémit. Gageons que sur l'heure toute la colonie va verser des larmes amères, à qui gémira, souffrira le chagrin le plus intense. Dirons-nous que ces jeunes filles s'identifient toutes à celle qui fut blessée et rejetée ? Sans doute, mais plus profondément elles s'identifient à la douleur, ou si l'on préfère au symptôme, ce dernier terme n'exprimant rien d'autre que... [Lire la suite]
04 janvier 2019

L'ART de la SIESTE

  La sieste, comme le thé au Japon, ou les fleurs, peut être élevé au rang d'un art. J'y excelle, sans fausse modestie, de la pratiquer congrûment depuis des années. Mais la durée, et la répétition même n'y suffisent pas. Il y faut une intentionnalité très particulière. Je m'allonge sur mon lit, je m'étire, je m'installe dans une position confortable, et je laisse aller. Après quelques instants de flottement je me sens descendre dans un espace ouvert, très loin des embarras de la vie ordinaire, des pensées et des soucis du... [Lire la suite]
20 décembre 2018

MELANCOLIA III : HIPPOCRATE et DEMOCRITE

  Une autre source importante pour la constitution d'un discours sur la mélancolie sera le délicieux petit roman par lettres intitulé "Sur le rire et la folie", attribué à Hippocrate, mais sans doute de rédaction plus tardive. Les habitants d'Abdère, craignant pour la santé mentale de Démocrite "qui rit de tout et de tous", ne respecte rien et semble possédé par quelque démon malfaisant, font appel à Hippocrate pour qu'il délivre un diagnostic ad hoc. Avant de statuer, en artisan avisé, Hippocrate s'informe. Il ne croit pas... [Lire la suite]
19 décembre 2018

MELANCHOLIA II : de l'excès et de l'exception

  Voilà deux jours que je suis titillé par une question qui m'est venue au décours de ma relecture du Traité d'Aristote "L'homme de génie et la mélancolie" et du brillant commentaire qu'en donne Jackie Pigeaud (ed.Rivages). C'est l'idée qui apparaît en sourdine, discrète mais insistante, d'un surplus, d'un excès, d'une ex-ception par rapport au régime ordinaire, "normal" de la vie psychique. Le traité invoque l'action de la bile noire, considérée tantôt comme un fait de nature qui détermine un tempérament (le tempérament... [Lire la suite]

17 décembre 2018

MELANCHOLIA : la bile noire

  Le petit traité attribué à Aristote "L'homme de génie et la mélancolie" a connu à travers les siècles un immense succès. Il servit longtemps de référence aux médecins et aux aliénistes pour tenter de comprendre cette étrange pathologie que depuis lors on nomme mélancolie, la bile noire. L'auteur du traité considère positivement que cette affection est déterminée par des causes physiologiques, rompant avec d'anciennes traditions qui invoquaient l'action des dieux ou quelque dérangement mentaL S'il y a dérangement mental c'est à... [Lire la suite]
05 décembre 2018

PSYCHANALYSE du TROU

  Peut-on se représenter un trou sans bords ? C'est pour le moins difficile. Pourtant c'est à cela que nous convie Hésiode lorsqu'il pose l'origine du monde comme "chaos" - ouverture infinie, béance absolue - d'où sortiraient la Ténèbre et la Nuit, bien avant le Jour et la Lumière. Quand nous figurons un trou nous partons des bords, lesquels découpent un cercle, à l'intérieur duquel s'ouvre l'abîme. Voyons les enfants au bord d'un puits : ils s'appuient sur la rembarde, avancent la poitrine et la tête, ouvrent tous grands les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
31 octobre 2018

L'IDEE de la PHILOTHERAPIE

  La philothérapie, si elle existait, serait l'application de la philosophie au traitement des affections psychiques. On se demandera si une telle pratique est possible, et si elle peut être efficace L'idée d'une philothérapie est fort ancienne. Elle est exposée clairement dans la plupart des philosophies hellénistiques (kunisme, stoïcisme, épicurisme, pyrrhonisme) avec évidemment d'importantes variations. L'exposé le plus complet, le plus universel, le plus ambitieux, est l'oeuvre d'un certain Diogène d'Oenanda, disciple... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
30 octobre 2018

De l'usage des PSYCHOTROPES

  Il est bien connu que la France détient le record de consommation de psychotropes. Voilà un fait sociologique intéressant. Je vois au moins trois explications possibles. Les Français sont plus malades que les autres. Les médecins prescrivent trop facilement ce type de médicaments. Ou alors les Français bénéficient d'une meilleure qualité de soins. Je laisse le lecteur choisir l'explication qui lui convient. La question de fond est plutôt : peut-on considérer cette classe de médicaments de la même manière que les autres ?... [Lire la suite]