28 septembre 2018

EROTIQUE de la SURFACE

  L'éthique, dans sa formulation ultime, consiste à abandonner la traître séduction des profondeurs pour la clarté des effets de surface. "Ad luminis oras". Pensée du matin clair. Conversion à la lumière infinie. Poésie de l'apparence. Ethique de la peau. D'où une érotique tout autre, loin de la normopathie ordinaire, consacrée par le discours religieux, sanctifiée par la morale. L'érotique traditionnelle est rabattue sur la sexualité. Or sexus, c'est sectus, section, coupure, blessure, découpe. La continuité originaire du... [Lire la suite]

25 septembre 2018

DE LA SURFACE ABSOLUE - 2

Dans mon livre "LA PASSION DU VIDE", j'avais abordé le thème de la Surface Absolue comme hypothèse "poiétique" de la nature du réel. J'aimerais y revenir après tout ce temps et toutes les expériences vécues depuis lors. Peut-être pourrai-je aujourd'hui être un peu plus précis et exhaustif dans ma présentation. Vous êtes au bord de la mer, le regard perdu sur l'immensité. Bintôt ciel et mer se confondent, abolissant tout horizon. Les contours des objets qui volent ou flottent s'estompent lentement dans une contemplation vide, ouverte... [Lire la suite]
13 juin 2017

De la CONSCIENCE du CORPS : la Voie interne

  Pour développer une authentique conscience du corps propre il ne suffit pas de pratiquer une activité sportive : en général le corps y est abordé sous l'angle de la maîtrise et de la domestication. On répète les exercices jusqu'à obtenir une efficacité maximale. Alors le geste et le mouvement se développent de manière automatique. C'est évidemment très utile. Sur la base de réflexes efficients on pourra monter des habitudes supérieures, comme cela se voit chez les champions de toutes catégories. Cela est vrai également pour... [Lire la suite]
19 janvier 2017

Que faire des FANTASMES ?

  Je voudrais revenir sur la question du fantasme, tout en considérant comme acquises les propositions que j'ai déjà développées par le passé. Ce qui va suivre est le résultat d'observations que j'ai menées en moi-même, car enfin la production et la présence insistante de fantasmes relève de la vie intérieure dans ce qu'elle a de plus personnel, et je ne vois pas que l'on puisse observer quoi que ce soit en dehors de la vie privée. Les hommes et les femmes, en géréral, évitent soigneusement d'en parler, ce qui d'ailleurs est... [Lire la suite]
18 janvier 2017

La PERTE et l' OUVERTURE

  Il faut tenter de se familiariser avec l'image d'un moi perforé, troué de toutes parts, effeuillé. C'est cette image que l'on rencontre d'ailleurs chez certains écrivains vieilissants, qui ont vécu suffisamment pour ne plus adhérer à toutes les sornettes de l'époque, qui dans le tremblement même, dans une apparente fragilité, conservent en dépit de tout je ne sais quelle assurance inébranlable. Tout vacille, tout branle, leur corps fatigué, leur humeur chancelante, mais ils sont toujours là comme au premier jour, souples et... [Lire la suite]
17 janvier 2017

Du SENS de la PERTE

  A lire certains ouvrages de psychanalyse la vie ne serait qu'une suite ininterrompue de pertes, jusqu'à l'ultime qui emporte le bonhomme dans la tombe. Charmante cantate, entre le Miserere et le Dies irae ! De quoi vous dégoûter d'être né ! Certaines pertes, de fait, sont définitives et irrémédiables. On ne retrouvera jamais la mère orale qui vous a donné le sein. Mais qui, adulte, a vraiment envie d'être nourri au sein ? On préférera, je suppose, une solide choucroute agrémentée d'une belle pinte de bière ruisselante de... [Lire la suite]

22 février 2016

L'EMPATHIE et la LOI

  La pratique de l'empathie, si difficile, si problématique, suppose, pour être juste et efficace, une claire, inaltérable position médiane, un positionnement rigoureux du tiers, c'est à dire, entre celui qui parle et celui qui écoute, une instance désubjectivée, neutre si l'on veut, à laquelle se réfère l'écoutant, et à laquelle il s'efforce de renvoyer le parlant. C'est la position de la vérité, qui, si en tant que telle, n'est pas énoncée, ou si rarement, n'en reste pas moins la référence à laquelle chacun fait appel.... [Lire la suite]
17 février 2016

De l'EMPATHIE

  L'empathie, que la psychologie récente prend le soin de distinguer de la sympathie, encore que les deux termes soient manifestement synomymes, serait une aptitude subjective à dépasser l'égocentrisme spontané pour se mettre à l'écoute de l'autre, et nommément de sa souffrance - ce que désigne clairement le "pathie" - ou, si l'on veut, à entendre le "pathos". Le risque, c'est bien évident, est de sombrer dans le pathos à deux, de se mélanger ensemble dans la souffrance, de développer une sorte de confusion sentimentale, ou de... [Lire la suite]
25 janvier 2016

L'ECOLE de la VIEILLESSE

  Il n'y a pas d'école de la vieillesse alors que chacun est pris en charge dans ses jeunes années, sollicité de toutes parts, sommé de s'instruire et de préparer son insertion dans le vaste monde. On suppose implicitement que d'avoir travaillé tout au long de sa vie, éduqué ses enfants et rempli ses devoirs sociaux, l'individu est prêt pour affronter les âges ultérieurs du vieilissement. Il n'en est rien, et je connais bien des hommes et des femmes, mais des hommes surtout, qui se retrouvèrent singulièrement démunis "quand la... [Lire la suite]
15 janvier 2016

DETOXICATION MENTALE

  Vous connaissez sans doute la parabole bouddhique : celui qui a traversé le fleuve en radeau, une fois parvenu sur l’autre rive ne va pas marcher en portant le radeau sur son dos. Il faut savoir utiliser les enseignements comme une méthode de progression, mais les abandonner quand on atteint un certain degré de liberté. Certains se cramponnent à la doctrine, quelle qu’elle soit, comme à une bouée de sauvetage : il est clair qu’ils ne seront jamais libres. Toute la question, dès lors, est de savoir quand il y a lieu... [Lire la suite]