22 janvier 2013

Le RIRE INEXTINGUIBLE des DIEUX

    "Le rire inextinguible des dieux" (Homère). Mais pourquoi diable rient-ils, et de quoi, et ne peuvent-ils cesser de rire? Réponse de Démocrite parlant en son nom propre :     "Je ne ris que d'un seul objet, l'homme plein de déraison, vide d'oeuvres droites, puéril en tous ses desseins, souffrant sans utilité d'immenses labeurs, allant au gré d"insatiables désirs jusqu'aux limites de la terre et en ses abîmes infinis, fondant l'argent et l'or, ne cessant jamais d'en acquérir, et toujours troublé de n'en... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

19 janvier 2013

Des EFFETS de VERITE : apologue

    Petite scène dans une pharmacie. Je paie la note, ramasse mes médicaments. Affable, je demande à la pharmacienne : "Comment allez-vous chère Madame? "Très bien, je vais très bien. "Et vous savez où vous allez? "Oh, moi je sais toujours où je vais. Et vous, vous savez où vous allez? J'hésite un moment, puis je lâche: "Dans la tombe". Consternation. La pharmacienne reste bouche bée. La petite assistante, à quelques pas de là, qui suivait la conversation, rougit de toute son épiderme. Manifestement, ce qui n'était... [Lire la suite]
08 janvier 2013

JUNG et la PHILOSOPHIE ALLEMANDE

        Jung, horrfié par la "psychose" du nazisme, jette un regard retrospectif sur la philosophie allemande et croit y découvrir les symptômes précurseurs de la catastrophe. Il s'en prend violemment à Heidegger, qui, à l'époque se fourvoyait dans une coupable complaisance : " Le verbiage comique, la pauvreté et la banalité indicible de sa philosophie. C'est un névrosé, un fou." Puis, pour faire bonne mesure :" Hegel regorge de présomption et de vanité, Nietzsche ruisselle de sexualité profanée". Bref, la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
02 janvier 2013

De l'ASCESE PHILOSOPHIQUE (2)

      Mais laissons là maîtres, doctes et sages, et les enseignements, aussi lumineux fussent-ils. Il reste le choix existentiel, et celui-ci, dans mon cas, s'est affirmé très tôt. Adolescent je me savais voué à l'écriture. Je me rêvais poète. La philosophie vint plus tard, et elle ne me quitte plus, aussi peu que je la quitte. Nous voici liés par une sorte de contrat vital, sans échappatoire possible. La fuir serait me renier, encore que je m'autorise d'en changer la définition, la délivrant de toute définition. Ce... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
01 janvier 2013

AMOUR : les délices de Sappho

                           AMOUR         L'amour que j'ai de toi, ô toute belle       Me fait aimer toute la beauté du monde       Cristaux du jour, élixir de la nuit       Et la vie qui s'enfuit       J'aime d'amour l'amour lui-même.          Même l'absence tant cruelle      Et la distance et le déchirement      Ne... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2012

De l' ASCESE PHILOSOPHIQUE

        Askèsis : pratique, entraînement, style de vie. D'où ascèse, avec un tonalité tardive de rigueur, voire d'ascétisme. Mais revenons plutôt au sens original en vigueur dans les écoles de sagesse. On parlera d'ascèse stoïcienne, kunique, épicurienne ou pyrrhonnienne, désignant par là une pratique de vie, un style fondés sur des conceptions générales du vrai et du bien. La sagesse selon l'antique c'est un tout qui implique la vérité dans la connaissance et dans l'action. L'ascèse est le déploiement naturel... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 décembre 2012

De l' EQUANIMITE : théorie et pratique

      L'équanimité est certes admirable - égalité d'âme, selon l'étymologie, égalité d'humeur selon le dictionnaire - mais je suis, hélas, loin d'en être capable! Je suis de cette stupide catégorie de gens que certains psychologues désignent comme "rythmiques", personnes hypersensibles au rythme temporel, désireux de retrouver en toutes choses la régularité indispensable à leur équilibre. Régularité n'est pas répétition, ni monotonie. Il s'agit plutôt de s'assurer des plages d'activité ou de repos dans un ensemble... [Lire la suite]
27 décembre 2012

LE FILET de BRAHMA : Brahmajala Sutta

        "Le filet de Brahma" (Brahmajala-Sutta) ouvre la série impressionnante des Grands Traités de Bouddha. C'est un texte fort long, assez pénible à lire en raison de ses innombrables répétitions de formules canoniques, mais d'un immense intérêt philosophique. Bouddha examine 62 théories successives portant sur des questions de métaphysique : l'univers est-il éternel ou non, ou les deux, est-il illimité ou limité, ou les deux, le soi est-il éternel ou périssable, qu'en est-il après la mort, que devient celui... [Lire la suite]
26 décembre 2012

DE-SIDERER - du désirer, et de son origine

        Desiderio : l'italien est plus explicite que le français, si dans desiderare nous entendons de-siderare, chuter de l'espace sidéral, sidération de celui qui s'étonne de sa dé-chéance irréparable. Mais d'où tirons-nous cette suffisance de faussse noblesse- ( "L'homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux") - nous qui ne sommes que de roture, plus encore, expulsés de l'orifice maternel entre fèces et urine? C'est trop dire du désir, et pas assez, que de situer si mal sa cause, si peu céleste en... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
26 décembre 2012

Le POINT NODAL : BOUDDHA

        Voici la remarquable conclusion du "Filet de Brahma" - le Brahmajala-Sutta - où Bouddha expose le résultat de son enquête sur les 62 théories philosophiques en usage en son temps, toutes fausses à divers degrés, et dont il importe de se libérer: "O moines, le corps du Tathagata reste, ayant brisé le point qui conduit à l'existence. Tant que son corps durera, les dieux et les humains le verront. A la brisure du corps, après l'épuisement de la vie, les dieux et les humains ne le verront plus. C'est, ô... [Lire la suite]