23 septembre 2013

TRAGIQUE et BEAUTE

    Ma devise, c'est reconnaître le tragique, le penser, mais ne pas s'y rouler. Il y a assez de misère dans le monde, et dans nos âmes, pour ne pas y ajouter la culture des passions tristes. Ni pessimisme, ni, pire encore, la fascination du néant. Mais à l'inverse, l'illusion entretenue, tenue pour vérité n'est que sottise. Entre les deux extrêmes, la Voie du Milieu. Cette belle lucidité se remarque admirablement dans Epicure : sa vision du monde, sans concession, exprime sobrement la nature des choses : les atomes et le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 septembre 2013

De la VISION TRAGIQUE : HERACLITE et NOUS

    La formule spéculative du tragique, première et dernière, c'est Héraclite qui la donne. Pour en saisir la portée il faut considérer trois sentences fondatrices : "Un et Tout" (hen kai pan) ; "l'un différant de lui-même (hen diapheron heautou) : "la guerre est le père de toutes choses, de toutes choses le roi" (polemos pantôn pater, pantôn basileus). Le monde est livré à la loi des contraires, organisé-déchiré par la lutte des contraires, faim-satiété, guerre-paix, été-hiver, chaud-froid, sec-humide, plaisir-déplaisir,... [Lire la suite]
19 septembre 2013

RELAXATION : poème

             Asseyez- vous paisiblement au bord d'une rivière          Et regardez passer au fil de l'eau          Pensées comme des feuilles mortes          Et disparaître à l'horizon.    
Posté par GUY KARL à 11:23 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
18 septembre 2013

De la FOLIE du SENS

      Il faut procéder par soustraction : apurer, éliminer. Quoi? Ce surplus encombrant d'opinions, de théories, de constructions mentales. Ce gigantesque mausolée d'idées mortes, qui paraissent vives et vivantes, et qui ne survivent que de notre faiblesse, de notre indigence. Toute thérapie sérieuse doit mener, par delà les temps inévitables de l'interprétation et du sens, à ce dépouillement essentiel où le sujet reconnaît enfin le leurre de toutes les interprétations, fussent-elles originales et fécondes. Faire... [Lire la suite]
17 septembre 2013

Du MOI, de l'INDIVIDU et du FLUX UNIVERSEL

    Dans la tradition bouddhique, pour qualifier un individu, tout individu en général, on dit "un flux". Cette différence d'approche est capitale. L'Occidental opère par dénégation, car enfin qu'est ce qu'un individu sinon un non-divisible, un a-tome (non sécable), ce qui revient à opposer au flux universel et indifférencié une unité discrète, un quelque chose de substantiel, une permanence, une entité séparée, une monade. Dès lors la pensée est déterminée, par le vocabulaire même, à penser métaphysiquement le moi comme... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
13 septembre 2013

SE PAYER DE MOTS

    C'est plus qu'une inélégance. Se payer de mots c'est tromper autrui en se trompant soi-même. C'est une manière futile de fuir les difficultés de la pensée, et comme la seiche, de répandre un écran d'encre noire pour enfumer le débat. Tous les bonimenteurs y sont experts. Chez un philosophe ce serait comique si ce n'était si pernicieux. L'histoire de la pensée regorge de poncifs alléchants, de fumisteries, de pièces controuvées pour boucher le trou du réel. Tel ce Platon qui déclare que le philosophe est un... [Lire la suite]

09 septembre 2013

Du DESIR ABSOLU

    (Empédocle) "se leva et se dirigea vers l'Etna, puis, arrivé près du cratère de feu, plongea et disparut".(DL) Si nous mettons cette légende fameuse en rapport avec la sentence de Démocrite "La vérité est dans l'abîme" nous pouvons construire une hypothèse tout à fait extra-ordinaire : l'attraction, la tentation la plus radicale de l'être humain, celle qui soustend indirectement tous ses projets, toutes ses ambitions, toutes ses tentatives, celles mêmes qui paraissent le plus évidemment ressortir de la passion de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
05 septembre 2013

COMMENT GOUVERNER : HUXLEY - et merci à Tata Léonie!

    "Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s'y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l'idée de révolte ne viendra même plus à l'esprit des hommes. L'idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l'éducation, pour la ramener à une forme d'insertion professionnelle.Un individu inculte n'a qu'un horizon de pensée... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 septembre 2013

Du SENTIMENT de REALITE

    Qu'appelons-nous "réalité"? Cela paraît trop évident pour qu'on s'y arrête. Mais il en est de la réalité comme du temps, dont Augustin disait qu'il savait bien ce qu'il était tant qu'on ne lui en demandait pas une définition. Nous avons un sentiment naturel de la réalité lorsque nous sommes éveillés, conscients, lucides, mais il suffit du moindre trouble de l'âme pour que cette tranquille assurance se mette à vaciller, nous jetant dans d'interminables incertitudes. D'autant que le rêve lui-même ajoute à notre trouble,... [Lire la suite]
03 septembre 2013

Le REVE d' une OMBRE : Pindare

    Pindare : "l'homme est le rêve d'une ombre". Ombre qui rêve d'une existence accomplie à l'image des dieux incorruptibles et bienheureux, et qui n'est que l'ombre du rêve. Mais toute ombre, en sa face tremblante et fugitive, révèle la lumière qui, par contraste, la constitue. Pas d'ombre sans lumière, sans son versant solaire. Pour les Grecs il y a un accord secret et nécessaire entre les dieux - Theoi : les Lumineux - et les mortels, "nés tous deux de la même mère", la nature omni-enveloppante. C'est d'un même... [Lire la suite]