23 avril 2013

Sur les REPORTAGES ANIMALIERS : nature et culture

    Il y a grand intérêt philosophique à regarder les reportages animaliers. De sublimes images donnent quelque temps l'illusion d'une vie libre, ouverte, grandiose : le grand nord enneigé, à perte de vue, le silence, la splendeur des espaces, le ciel ouvert. Et puis voici une autre image, la lutte impitoyable pour la survie, la faim atroce, la course éperdue pour fuir le prédateur, et la mort sanglante. En deux images contrastée la vérité de la vie : voluptas atque horror. Assis confortablement dans notre salon bien... [Lire la suite]

22 avril 2013

De la SYMBOLISATION comme double détente

    On ne peut sortir réllement d'un processus de deuil que par une symbolisation active. Freud remarquait que dans un premier temps le sujet opérait une incorporation massive de l'objet perdu, une réintrojection des sentiments d'attachement, des souvenirs, des sensations, des situations vécues. L'endeuillé se remémore, dans la douleur, la tristesse, l'affliction, mais aussi avec une sorte de joie paradoxale, les moments heureux  vécus en compagnie du défunt, parfois même se surprend à lui parler... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
20 avril 2013

L'AMIE du PHILOSOPHE

  Si le menuisier est l'ami du bois, le bois est l'ami du menuisier (Heidegger). Nous ne sommes plus dans le canevas classique et trompeur de la relation sujet-objet. Le bois n'est pas un objet de manipulation, une simple matière corvéable et transformable, une ressource anomyme et impersonnelle, mais un partenaire de création : coproduction, procréation à partir de deux principes contraires mais non opposés. Il est va ainsi dans le rapport du peintre avec sa toile, du poète avec son poème, qui toutes deux... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 avril 2013

Du TEMPS PSYCHIQUE, et de la sublimation

      Nous sommes obsédés, conditionnés jusqu'à la moelle par le temps linéaire, du calendrier, de l'affairement, coinçés, croyons-nous, entre deux termes infiniment rapprochés et qui se rapprochent encore, jusqu' à l'étouffement. Il y va de notre faute. C'est l'esprit du temps, ce non-esprit qui se hâte, se précipite vers le terme, qui, à peine atteint, déjà se reporte vers autre chose. Et nous voilà constamment hors d'haleine, coeur battant, corps malade. C'est une étrange folie dont la presse, dans... [Lire la suite]
18 avril 2013

De l'ORIGINALITE en PHILOSOPHIE

    J'en suis à cet âge paradoxal où le sujet se découvre infiniment vulnérable, mort à demi, et plus vivant que jamais de se savoir mortel. C'est l'âge de Montaigne, je veux dire ce moment de l'exceptionnelle lucidité, où il juge souverainement de soi et de tout, où il peut déclarer sans rire : "je ne suis pas philosophe", alors qu'il atteint la pointe extrême de l'acuité philosophique. Si ses premiers Essais n'étaient que d'emprunt le voilà enfin maître de sa matière et de sa forme, n'hésitant plus à se mettre en scène,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 avril 2013

ALE-THEIA : la danse de la déesse

    Je tourne autour d'un trou.  C'est l'indicible, l'apeiron fondateur. Non pas un Khaos, car le Khaos n'a pas de bord. Le bord c'est le langage, l'ensemble des signifiants qui font une chaîne, pas forcément continue, ni méthodique, ni systématique, gravitant autour du trou. Cette chaîne est elle-même trouée, puisque la nature du langage c'est de disposer des éléments les uns à côté des autres, mais avec des ruptures, des blancs, des liaisons en pointillé par où passent des souffles, des vents, des mouvements, des... [Lire la suite]

12 avril 2013

Un IMPROMPTU : à l'ami lecteur

    Un lecteur dira peut-être : "Vous citez Epicure, vous faites des présentations tantôt de Schopenhauer, de Nietzsche, de Freud ou d'Empédocle, mais vous, où êtes-vous dans tout ce fatras philosophique, qui êtes-vous donc, et que voulez-vous?" -"Ma foi, répondrai-je, je suis partout dans tout ce que j'écris. Parler de tel ou tel c'est expérimenter sa pensée, interroger ses motivations, conscientes et inconscientes, voyager quelque temps en sa compagnie, vivre en symbiose avec lui, partager ses enthousiasmes et ses... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 avril 2013

ILLUSION ET VERITE

    Chercher c'est tourner en rond, si l'on en croit l'étymologie : circum, circonvolution. Autour de quoi? D'un trou. Encore faut-il faut-il voir  le trou. Or toute notre activité de penser est déterminée par le refus de voir, et l'habituelle orientation du savoir est de ne pas savoir. Nietzsche remarquait que l'erreur, je dirais plutôt l'illusion, est une nécessité vitale, une protection nécessaire contre le tragique, une dénégation obstinée des conditions fondamentales de l'existence. Vivre c'est vouloir, c'est... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
09 avril 2013

De l' AMI : Epicure

    "L'homme bien né s'adonne surtout à la sagesse et à l'amitié" : sophia kai philia ; voilà qui, en un seul mot donne : philo-sophia. Epicure écrit toujours très soigneusement, ciselant ses formules avec dextérité et concision. En une phrase il donne la caractérisation primale de la philosophie, dont la formule est réversible. Philosophia: amitié pour la sagesse : sophophilia : sagesse de l'amitié. Le pivot de la définition est dans le philein, aimer en amitié ; amitié pour la sagesse, comme terme et réalisation (telos),... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
08 avril 2013

FRANCHIR : poème

                           Lorsque le bas n'est que bassesse                      Il faut sauter, sauter                      Franchir le précipice                       Où donc est la main secourable?                       Peut-être bien... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]