13 septembre 2013

SE PAYER DE MOTS

    C'est plus qu'une inélégance. Se payer de mots c'est tromper autrui en se trompant soi-même. C'est une manière futile de fuir les difficultés de la pensée, et comme la seiche, de répandre un écran d'encre noire pour enfumer le débat. Tous les bonimenteurs y sont experts. Chez un philosophe ce serait comique si ce n'était si pernicieux. L'histoire de la pensée regorge de poncifs alléchants, de fumisteries, de pièces controuvées pour boucher le trou du réel. Tel ce Platon qui déclare que le philosophe est un... [Lire la suite]

09 septembre 2013

Du DESIR ABSOLU

    (Empédocle) "se leva et se dirigea vers l'Etna, puis, arrivé près du cratère de feu, plongea et disparut".(DL) Si nous mettons cette légende fameuse en rapport avec la sentence de Démocrite "La vérité est dans l'abîme" nous pouvons construire une hypothèse tout à fait extra-ordinaire : l'attraction, la tentation la plus radicale de l'être humain, celle qui soustend indirectement tous ses projets, toutes ses ambitions, toutes ses tentatives, celles mêmes qui paraissent le plus évidemment ressortir de la passion de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
05 septembre 2013

COMMENT GOUVERNER : HUXLEY - et merci à Tata Léonie!

    "Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s'y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l'idée de révolte ne viendra même plus à l'esprit des hommes. L'idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l'éducation, pour la ramener à une forme d'insertion professionnelle.Un individu inculte n'a qu'un horizon de pensée... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 septembre 2013

Du SENTIMENT de REALITE

    Qu'appelons-nous "réalité"? Cela paraît trop évident pour qu'on s'y arrête. Mais il en est de la réalité comme du temps, dont Augustin disait qu'il savait bien ce qu'il était tant qu'on ne lui en demandait pas une définition. Nous avons un sentiment naturel de la réalité lorsque nous sommes éveillés, conscients, lucides, mais il suffit du moindre trouble de l'âme pour que cette tranquille assurance se mette à vaciller, nous jetant dans d'interminables incertitudes. D'autant que le rêve lui-même ajoute à notre trouble,... [Lire la suite]
03 septembre 2013

Le REVE d' une OMBRE : Pindare

    Pindare : "l'homme est le rêve d'une ombre". Ombre qui rêve d'une existence accomplie à l'image des dieux incorruptibles et bienheureux, et qui n'est que l'ombre du rêve. Mais toute ombre, en sa face tremblante et fugitive, révèle la lumière qui, par contraste, la constitue. Pas d'ombre sans lumière, sans son versant solaire. Pour les Grecs il y a un accord secret et nécessaire entre les dieux - Theoi : les Lumineux - et les mortels, "nés tous deux de la même mère", la nature omni-enveloppante. C'est d'un même... [Lire la suite]
02 septembre 2013

Petite MEDITATION à propos d'un ANNIVERSAIRE

    Voici deux jours j'ai célébré mon soixante huitième anniversaire. Mes proches ont été extrêmemnt aimables à cette occasion, me proférant encouragements et gages d'estime. Je fis de mon mieux pour être de la partie, me rendre digne de tant de marques d'affection, et cela fut une belle fête. Mais chaque anniversaire est un peu le rappel de la destinée commune, que Scott Fitzgerald exprimait fortement dans cette phrase célèbre : "Toute vie est bien entendu un processus de démolition". On retorquera que la démolition... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:33 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

29 août 2013

De la PULSION de MORT : Freud avec Bouddha

    Il faut prendre garde à deux formes extrêmes du désir : le désir d'éternité et le désir d'annihilation. Dans cette célèbre sentence sur les causes de la souffrance, Bouddha met ces deux extrêmes sur le même plan, ce qui peut surprendre, car si chacun, peu ou prou, peut observer en soi-même la virulence du désir de persévérer indéfiniment dans son être, l'inverse, le désir d'annihilation, est infiniment moins perceptible, voire tout à fait inconscient, jusqu'à paraître une simple vue de l'esprit, sans correspondance... [Lire la suite]
28 août 2013

QUESTION

    (Bien niais) "celui qui dit qu'il est beau de "n'être pas né", mais,"si l'on naît, de franchir au plus tôt les portes de l'Hadès". Car, s'il est convaincu de ce qu'il dit, comment se fait-il qu'il ne quitte pas la vie"? (Epicure, Lettre à Ménécée, 127).  
Posté par GUY KARL à 11:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 août 2013

De la DEMANDE de RECONNAISSANCE

      Il existe peut-être un usage légitime et sain de l'agressivité. A condition de la distinguer soigneusement de la violence, qui est viol, effraction brutale ou programmée dans l'intimité d'autrui, dans son corps, son espace vital, son territoire privé. La violence serait un usage offensif et destructif de l'agressivité, visant la ruine, l'abaissement, l'annihilation de l'autre. Aussi la violence n'a-t-elle pas de limites, hormis la suppression physique de l'adversaire. C'est la logique de l'extermination. ... [Lire la suite]
27 août 2013

SISYPHE : poème

                     Nous glissons incertains sur le fleuve du temps                Roulant de pierre en pierre                Une vie morcelée, éclatée                Que seul un dieu pourrait parfaire                  Mais les dieux sont bien morts                ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,