07 avril 2014

ROMAIN ROLLAND expose EMPEDOCLE

      Alors que la guerre fait rage tout autour de lui Romain Rolland médite l'enseignement d'Empédocle et croit lire dans le message du Grand Sicilien antique une frémissante leçon de vérité. Vérité double exposée en deux ouvrages différents, le grand poème "De la Nature" qui décrit les lois éternelles de l'univers, et "Les Purifications" qui exposent les raisons du grand malheur et dessinent un chemin de libération. D'un côté le cycle éternel, toujours renaissant des rapports polémiques de l'union (Philia) et de la... [Lire la suite]

04 avril 2014

De l' ECRITURE, et de la faille

    Ecrire, mon allégresse quasi quotidienne. A croire que le contenu importe moins que l'acte, et qu'il se trouvera toujours quelqu'objet, quelque impression et pensée pour soutenir ce projet, fort vain au demeurant, qui ne consiste en somme qu'à noircir du papier. Mais après tout les peintres font bien de même, en y ajoutant des couleurs et des fioritures. Je dessine à ma manière, découpe des formes, les recompose, les fais briller d'un nouveau lustre, et m'y complais tant que le plaisir m'anime et me suscite. Ne me... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
02 avril 2014

L' IMPRESSION ETRANGE : méditation

    Soudain cette impression, cette certitude : tout ce que nous pensons, sentons, désirons - une construction alambiquée, futilité, gratuité, imposture. Tout cela ne sert à rien, au regard de l'évidence immédiate, indicible. Comme un vertige qui emporte tout, gravité, nécessité, sens et valeur. Qui sommes-nous au bout du compte? Et d'où tirons-nous que nous sommes si différents de l'animal si, comme lui, nous ne faisons que naître et périr? Si nous ne vivons vraiment qu'à deux moments extrêmes, lors de la naissance et de... [Lire la suite]
01 avril 2014

ROBERTO JUARROZ : poème

                   Roberto Juarroz         Tout se précipite     Les choses, les bêtes, les hommes,     Et les dieux mêmes     Vers le fond du sans-fond.       Seul retient     La chute, la vrille, vortex et vertige     Ce calme des mains ouvertes     Nos deux mains, quatre mains     Arche de tendre amour     Au dessus de l'abîme.   ----- Poème en... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 mars 2014

MYSTICISME et SCEPTICISME : BOUDDHA et PYRRHON

    Je n'ai pas d'affection particulière pour le terme "mystique" : il évoque trop complaisamment l'effusion, la déréalisation, la désubjectivation, la liquéfaction dans l'indéterminé et l'ineffable. Sans compter ses accointances suspectes avec le délire religieux. Il est dès lors bien difficile de tenir là dessus un discours rationnel et rigoureux. Et pourtant, à la condition expresse d'écarter ces obstacles, il faut bien convenir que les plus sérieuses pensées des philosophes présentent une incontestable dimension... [Lire la suite]
30 mars 2014

FOUDRE : poème

                        FOUDRE            Cyclone, dis-tu, cyclone et tourbillon        Tout le reste, dis -tu        Est convention.          Tout ce qui est, qui fut et qui sera        Un seul éclair, dis-tu        Le révèlera.         Un seul moment,       Pur-obscur, comme un serment,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 mars 2014

DECHIFFREMENT et INTERPRETATION : Schopenhauer et Nietzsche

    Déchiffrer c'est (article précédent) se mettre de l'extérieur en position de sujet pour chercher la clé qui ouvre, qui permette de déplier l'énigme et d'en reconstruire le sens caché. Mais pour ce qui est de l'énigme du monde il n' y a pas d'extérieur, le sujet est pris tout entier dans la question, partie prenante, engagé par son existence même dans le processus dont il prétend illusoirement s'abstraire par la pensée. Schopenhauer voit avec pertinence que le sujet de la connaissance est aussi un vivant, d'abord un... [Lire la suite]
27 mars 2014

DECHIFFRER l' ENIGME : SCHOPENHAUER

    Schopenhauer, dans sa prime jeunesse, s'avise que la vie est une énigme et décide de consacrer la sienne à la déchiffrer. Ce déchiffrement s'exposera dans "Le monde comme volonté et représentation", son oeuvre majeure, à vrai dire l'unique, si lui même déclare être l'auteur d'une unique pensée, d'une unique intuition.  Déchiffrer c'est chercher le chiffre, la clé qui ouvre : "ce n'est pas du dehors qu'il nous faut partir pour arriver à l'essence des choses ; on aura beau chercher, on n'arrivera qu'à des fantômes... [Lire la suite]
26 mars 2014

"La MORT a VENISE" : APOLLON et DIONYSOS

    A quoi tient le charme exceptionnel de "La mort à Venise" de Thomas Mann? Le mot qui me vient c'est "envoûtement". L'envoûtement est un processus magique visant à fasciner quelqu'un pour le soumettre à notre volonté. Le livre fascine, en ce qu'il introduit le lecteur dans un monde enchanté, le conduit lentement par les dédales obscurs de la narration vers un abîme insondable, et le laisse pantelant aux rivages de la mort. Et tout cela sans pathos excessif, sans fioritures langagièes, mais avec une logique imparable :... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
26 mars 2014

NATURE ET ART : HERMANN HESSE

    Hermann Hesse : "Le monde nous gratifie de peu de chose à présent, il semble n'être que vacarme et angoisse ; cependant l'herbe et les arbres continuent de pousser. Et même si un jour la terre entière est recouverte de blocs de béton, le grand ballet des nuages se poursuivra dans le ciel ; ici et là des hommes continueront d'ouvrir grâce à leur art la porte d'accès au divin". Que faut -il entendre par "divin"? Qu'est ce qui est divin? Le texte exprime clairement sa nature : c'est la poussée des herbes et des... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:36 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,