29 novembre 2013

Le CHANT des SIRENES

    "Et rose elle a vécu ce que vivent les roses..." Le vers, dans une respiration légère, balance délicatement entre "rose", sur le seuil, et "les roses", à la fin, ouvertes comme des corolles. La banalité du propos est transfigurée par le rythme, et l'usage de la rime intérieure, qui donne une sorte de halo suggestif et de vibration infinie. Ajoutez-y la splendeur du ô, rond comme un fruit, une saveur qui éclôt dans la bouche et se propage comme un souffle. C'est beau, bien au delà du sens, ou plutôt c'est la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 novembre 2013

Petite MEDITATION sur le FLEUVE

    Je voudrais m'alléger un peu...La légèreté, voilà le critère ultime. Seul un esprit léger peut goûter aux plaisirs de ce monde, débarrassé de tout ce qui colle, humus et glèbe, et de la gangue du passé, et des poinçons de la nostalgie. Il n'y a pas de retour, ni de printemps éternel. Le temps va, et nous allons, emportés sur les vagues du temps, au gré du fleuve. C'est le même homme, et ce n'est pas le même, toujours neuf à chaque matin du monde. La langue est un fleuve. Nous croyons saisir, dans un mot, l'énigme, la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
25 novembre 2013

Le POETE et la LANGUE

      Quand menace l'effondrement symbolique, que la pensée chavire, incapable de se resaisir elle-même, que les mots échappent, comme pris de folie, entraînés dans une sorte de vertige blanc, alors reste la poésie, ultime frein à la déroute générale du sens, ultime recours. Cela je l'ai expérimenté bien des fois, à l'orée du silence, pressentant que le silence serait pire encore, qu'il faut tenir, convoquer la langue, s'accrocher à la moindre bribe, au moindre fétu, pour éviter la décomposition. C'est ainsi que... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
25 novembre 2013

LA PIE, tanka

                      LA  PIE           Elle saute, obscure         Habitante des érables         D'une branche à l'autre,         Mais lorsqu'elle se déploie         - Ah l'arc-en-ciel - blanc et noir!   C'est merveille, de mon balcon, face aux érables consumés du feu pâle d'automne, de se déprendre de toute attache, de se laisser voguer au fil de la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
24 novembre 2013

De la CIBLE INTERIEURE

    La cible véritable, celle qui devrait nous tenir lieu de fin et de loi, c'est la cible intérieure, qui, bien conçue, bien positionnée, est à la fois le soi et le tout. Nous nous perdons tout autour de nous, courant, nous démenant, trépidants comme des diables pris de folie, alors que l'humble et magnifique secret est qu'il n' y a rien à trouver qui ne soit déjà là, toujours déjà présent dans l'intimité féconde de notre coeur. Les anciennes traditions enseignaient la congruence merveilleuse de l'intériorité subjective... [Lire la suite]
23 novembre 2013

De la CIBLE INTERIEURE (2)

    La cible intérieure...C'est bien entendu tout à fait autre chose que le moi, ce compendium d'images, d'identifications, de conventions, de rôles intériorisés, de projets et de déceptions, théâtre d'ombres et de lumières, grandiose et dérisoire toile d'araignée où s'accroche et se perd notre désir. Descendant d'un cran, je dirai que chacun est à la recherche, consciente ou non, de son vrai désir - si tant est qu'on puisse parler d'un désir vrai, et le nommer - mais enfin nous en avons une aperception vague, une... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 novembre 2013

De la CIBLE INTERIEURE (3)

    Chaque matin est notre matin, et le matin du monde...De cela je fais quotidiennement l'expérience, tantôt dans l'allégresse, tantôt dans une secrète, une indicible in-quiétude. Ce n'est pas de la souffrance à proprement parler, plutôt une sorte d'hésitation, un balancement de l'âme, comme si d'hésiter pouvait suspendre la marche irréfutable du temps, retarder l'heure décisive où je serais en accointance avec l'événement, présent dans la présence du monde. Dès le réveil je sais que quelque chose d'important m'attend, et... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 novembre 2013

De la CIBLE INTERIEURE (4)

        En termes métapsychologiques voici la formulation à laquelle aboutit ma recherche : la personnalité psychique s'analysera selon une triple détermination, du plus extérieur vers le plus intime. Le moi est la façade, la personnalité apparente, la somme des identifications conscientes et inconscientes, formant une sorte de réseau d'images intérorisées, fortement investies. Le moi présente spontanément une résistance au changement, avec des variations considérables selon les individus, mais au total, sauf... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 novembre 2013

De la CIBLE INTERIEURE (5)

    Imaginez une cible, avec des cercles de couleurs, comme on en voit dans les concours de tir à l'arc. Elle figurera assez bien, je pense, les éléments constitutifs de la personnalité psychique, du plus extérieur au plus intime, et le but de la recherche. Premier cercle : le moi, ou en termes jungiens, la persona, le masque, le personnage social, la somme des rôles et des identifications. Second cercle : l'ombre, la part "maudite", refoulée, contre laquelle, obscurément s'est édifiée la persona. Troisième cercle :... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
13 novembre 2013

L' OBSESSION de la CIBLE : pour une révolution anthropologique

    L'obsession de la cible, là voilà la maladie moderne! Et les voilà tous suant et puant sur leurs machines à rendement, les yeux braqués sur l'objectif, muscles noués, cerveau bouillant, et trépidants! De grâce, respirons un peu, levons les yeux vers le vaste ciel, laissons nous vivre! Il n' y a pas si longtemps nos générations conciliaient à peu près l'activité nécessaire et la détente, et voilà que la détente elle-même devient un marché, un enjeu lucratif, une obligation sociale, une valeur économique. La gigantesque... [Lire la suite]