05 janvier 2018

AUTOPORTRAIT : 2 - Poésie 10

                                                  I         Soixante-treize ans                      La vie passe comme un songe       Parfois on se réveille :       "Hélas ce n'est qu'un songe"                        2    ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 janvier 2018

AUTOPORTRAIT 3 - poésie 10

                                               3           Elle insiste, elle est chère       Cette voix qui m’intime       De chanter l’éphémère         De chanter la splendeur       La lumière égéenne       L’ivresse et la couleur.         Blanche la voile glisse,    ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 14:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 janvier 2018

AUTOPORTRAIT 4 (fin) - poésie 10

                           10           Ce que nous sommes un dieu le sait peut-être       Mais nous, de notre peu de savoir       Nous faisons des palais de cristal, quand l’orage       Arrache la toiture et les murs, et nous jette       Au tourbillon poussiéreux des hasards.     ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 janvier 2018

PLUIE , poème (Orientales, 16)

       Doucement    Depuis l'aurore il glisse    Insensible le temps.      Nous glissons, savez-vous,    Comme glissent les barques    Muettes sur la mer      Comme glisse la pluie        D'où vient-elle, où va t-elle ?    Nul ne sait    Elle pas davantage.  
Posté par GUY KARL à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 décembre 2017

ORIENTALES : POESIE 17

  ORIENTALES : POESIE 17      OMBRES MOUVANTES     Les ombres des feuilles Sur le sol ensoleillé Amoureusement Comme dans l'immense espace Dessinent des galaxies.   PS : le tanka est une forme poétique fixe que les Japonais ont pratiquée comme art classique séculaire. Il est entièrement formé d'éléments impairs : cinq vers dont la somme des syllabes est de 31 pieds, le premier vers de 5 pieds, le second sept, le troisième cinq, le quatrième sept ainsi que le dernier. Le vers impair... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 décembre 2017

La JOIE du TAO : HAN CHAN et LI T'AI PO

Ce qui est merveilleux dans le Taoïsme originel c'est la spontanéité et la liberté. On y respire l'air pur des cimes, on y boit la rosée matinale, on s'enchante de la brise dans les arbres, de la lumière qui joue en vibrant à la surface des eaux calmes. Rien de compassé, rien d'artificiel. Le sage a jeté aux orties ses costumes de cour, brûlé tous les livres. Libre comme le vent, échevelé, il chevauche la montagne vide, il danse dans les brumes, hurlant sa joie, confondu à l'ébriété de la nature universelle. Le taoïsme est d'abord un... [Lire la suite]

18 décembre 2017

FIN d' ANNEE : journal du 18 décembre

  On meurt beaucoup autour de moi, ces temps-ci. J'ai parfois l'impression de vaquer dans les allées d'un cimetière. Avec la sensation déplaisante que la frontière entre les deux états est plus poreuse, plus indécise que l'on pense. Qu'est ce qui, en dernière analyse, vous garantit que vous êtes bien vivant ? On dirait un de ces rêves tortueux et macabres où l'on va dans les profondeurs d'une galerie, où cela geint et soupire, on ne sait qui, tout près de vous, et peut-être bien au fond de vous. J'aimerais bien être joyeux,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
12 décembre 2017

HELLENIQUES - Poésie 16 - (1à3)

    HELLENIQUES - POESIE 16     ORPHEE   Si nous sommes tous morts en Eurydice C'est en Orphée que nous vivons enfin L'âme perdue en rose se métamorphose Et le désir se transmue en destin.     HERACLITE   On l'appelle Héraclite l'Obscur. Mais son obscurité a les tranchants étincelants de la lumière, entame nue, déchirante. L'obscurité n'est qu'un terme commode pour dissimuler notre faiblesse de regard. L'évidence est trop proche, aveuglante. Aussi préférons-nous d'habitude un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 décembre 2017

HELLENIQUES -Poésie 16 - (4 à 5)

  MARS et VENUS : LUCRECE   "Toi seul accordes aux mortels le bonheur de la paix Puisque le dieu des armes, maître des combats féroces Mars, vient souvent se réfugier en ton sein Vaincu par la blessure éternelle d'amour. Il y pose sa belle nuque, puis levant les yeux Avide, s'enivre d'amour à ta vue, ô Déesse Et ployé contre toi supend son souffle à tes lèvres. Lorsqu'il reposera, enlacé à ton corps sacré Fonds toi en son étreinte et tendrement exhale Pour les Romains, Grande Vénus, tes prières de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 décembre 2017

HELLENIQUES - Poésie 16 -(6 à fin)

               APOLLON   De tous les dieux Apollon c'est toi que je préfère Et Artémis ta soeur jumelle Chasseresse, enfanteresse Eternellement chaste et jusque dans l'amour Fidèle au jour qui t'enfanta! Je n'ai plus souvenir de tout ce que je sais J'ai tout oublié, effacé,  Je ne suis plus que ce regard ébloui qui se délivre Dans le regard immense, infiniment ouvert Multiple, excentrique du dieu Qui a nom Univers.   APOLLON (2)   Que se déchirent toutes... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,