01 mars 2016

De la HAINE à l'égard des FEMMES

  Ce qui m'intrigue profondément, et qui devrait faire l'objet d'une réflexion serrée, c'est la haine séculaire des religions monothéistes à l'égard de la femme. Le Dieu un, par exemple, qui se supporte aisément d'être trinaire, le père, le fils et le saint esprit, à l'exclusion manifeste de la mère - selon un schéma d'engendrement viril qui laisse songeur ! On dira que c'est un modèle purement spirituel, nullement physiologique, et que la naissance organique n'a rien à y voir. Et pourquoi la spiritualité serait-elle masculine... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 février 2016

De la PERCEPTION ENDOPSYCHIQUE (2)

    "Le bhikku (le moine) demeure en observant le corps physique selon le fonctionnement du corps physique. Cette introspection est présente à lui, uniquement pour la connaissance, uniquement pour la réflexion, et il demeure dans le monde, attentif, discipliné, sans convoitise, sans aversion". La même formule est reprise pour les sensations : observer les sensations selon le fonctionnement des sensations, puis pour la pensée et les objets mentaux. Il s'agit donc bien de développer la perception endopsychique, à partir du... [Lire la suite]
24 février 2016

De la PERCEPTION ENDOPSYCHIQUE

  La perception endopsychique est la perception des états, des mouvements, des modifications intérieures. A un premier niveau elle apparaîtra comme une orientation contre-nature, une sorte de monstruosité, parce que la perception, de son propre mouvement spontané, nous met en relation avec le monde extérieur : voir, entendre, goûter, toucher, sentir ce qui se manifeste à moi comme image, son, odeur, forme et intensité, que spontanément j'attribue à des "objets", immédiatement perçus comme extérieurs à moi. Ainsi se forme un... [Lire la suite]
23 février 2016

Des ENSEIGNEMENTS GRADUELS

  Epicure disait : la sagesse et l'amitié. La sagesse comme philo-sophia, amour de la sagesse, mais aussi, complémentaiement, sagesse d'amour, sophophilia. Il vient un moment où ne suffit plus la recherche de la vérité propre, ni même le contentement né de l'autarcie, entendue comme accès à la gouvernance de soi-même. A quoi bon une sagesse strictement solitaire, même s'il est patent qu'il faille bien commencer par là, et que nulle conduite correcte à l'égard d'autrui ne puisse advenir sur le terrain miné de l'aveuglement et de... [Lire la suite]
22 février 2016

L'EMPATHIE et la LOI

  La pratique de l'empathie, si difficile, si problématique, suppose, pour être juste et efficace, une claire, inaltérable position médiane, un positionnement rigoureux du tiers, c'est à dire, entre celui qui parle et celui qui écoute, une instance désubjectivée, neutre si l'on veut, à laquelle se réfère l'écoutant, et à laquelle il s'efforce de renvoyer le parlant. C'est la position de la vérité, qui, si en tant que telle, n'est pas énoncée, ou si rarement, n'en reste pas moins la référence à laquelle chacun fait appel.... [Lire la suite]
17 février 2016

De l'EMPATHIE

  L'empathie, que la psychologie récente prend le soin de distinguer de la sympathie, encore que les deux termes soient manifestement synomymes, serait une aptitude subjective à dépasser l'égocentrisme spontané pour se mettre à l'écoute de l'autre, et nommément de sa souffrance - ce que désigne clairement le "pathie" - ou, si l'on veut, à entendre le "pathos". Le risque, c'est bien évident, est de sombrer dans le pathos à deux, de se mélanger ensemble dans la souffrance, de développer une sorte de confusion sentimentale, ou de... [Lire la suite]

16 février 2016

PETITE MEDITATION sur la SOLITUDE du penseur

  Je range, quant à moi, Siddharta Gautama dit Bouddha, non point dans les fondateurs de religion, mais dans les philosophes, à côté d'Héraclite, son contemporain, d'Epicure et de Pyrrhon. De même pour Lao-Tseu ou Tchouang Tseu. Je vois en lui un remarquable médecin de l'âme : diagnosticien et thérapeute. De ce point de vue il est de tous les temps, car ce qu'il enseigne ne aurait vieillir ni se dépareiller. Causes de la souffrance, moyens de soigner la souffrance, voilà l'essentiel de son enseignement. Mais de par l'exigence... [Lire la suite]
15 février 2016

DU KARMA et de la LIBERATION

    Je me pose la question : présentement, qui suis-je ? Je note d'abord que j'utilise ce verbe "être" sans être dupe  : ce n'est qu'une commodité de langage qui n'implique nullement une quelconque essence stable ou permanente. Il se trouve que selon l'usage de la langue française je ne puis dire autrement. Je dirai être", de moi, comme je dirais d'une plante ou d'un nuage, à cette différence près, qui n'est pas nulle, que je suis celui qui peut dire "je suis", redoublant de la sorte l'existence physique d'une sorte... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:34 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 février 2016

PLONGEE MEDITATIVE.

  Revenir sans cesse aux fondamentaux, surtout si la pensée s'emballe et que le pathos s'en mêle. Quels sont les fondamentaux ? C'est avant tout l'expérience présente, dont nous avons la sensation. C'est pourquoi il faut revenir au corps, si par là nous entendons ce qui se passe, ce qui passe dans les organes des sens. Nous ne savons pas ce qu'est le réel dans sa dimension universelle, nous n'en avons qu'une aperception, fragmentaire mais effective, dans les sensations, et dans cette respiration qui fait la liaison entre le... [Lire la suite]
10 février 2016

Se DETACHER des THEORIES : le Filet de Brahma

  Que se passe-t-il quand nous parvenons à nous détacher des théories, et en particulier de celles qui nous semblent vraies ? Est-ce là une perte sans remède qui nous plonge dans l'affliction, ou un gain de liberté ? Toute la question est de savoir à quel besoin, ou désir, répond la théorie, et quel type d'existence cet attachement produit, à notre insu.  Dans un sutta de haute volée philosophique (Le filet de Brahma : Brahmajâla-sutta) Bouddha examine cette question et y apporte une réponse inspirante. Ce texte est... [Lire la suite]