07 octobre 2015

JOURNAL 7 oct - TRACES AUTOBIOGRAPHIQUES (3)

  A dire vrai, rien ne me destinait a priori à la carrière philosophique - si toutefois on consent à appeler carrière le maigre chemin pavé de bons sentiments et de cuisantes déceptions de l'enseignement. J'étais né poète, amoureux du vaste ciel où broutent les nuages, des bois et des prairies de mon enfance alsacienne, de la rivière enlaçant la ville, avant que de sinistres sbires de l'administration ne décident de l'enfouir sous le béton, nous privant à jamais des aimables baignades, de la chasse aux tétards et autres... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2015

JOURNAL du 6 oct - TRACES AUTOBIOGRAPHIQUES II

    Autres lieux, même ennui. Je me revois dans la chapelle de notre internat religieux, levé tôt, mal levé, tout emmêlé de rêves hagards, assis tout près d'une immense grille de fer qui séparait la nef du choeur sombre, vaguement éclairé de chiches bougies peintes, où se déroulait la liturgie macabre de la messe, et moi, inconfortable et pétrifié, suivant d'apparence le cours des choses, tout en cultivant par devers moi une sourde et tenace mélancolie, si profonde, si vaste, si détachée et informulable que le monde tout... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 13:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
05 octobre 2015

JOURNAL du 5 oct 2015 : TRACES AUTOBIOGRAPHIQUES I

  Je revois quelquefois une image d'enfance : assis au fond de la salle de classe, je ressens confusément la pesanteur des murs, l'odeur de craie, sèche et âcre, mêlée à celle de l'encre qui me tache les doigts, la sueur des corps, et tout ce mélange m'indispose et m'irrite, pendant qu'une immense lassitude me pèse sur les épaules. Pourquoi suis-je ici, quand le soleil vient jouer sur le carreau de la fenêtre, et que dehors il y a des arbres, de la moussse, des chiens qui courent par les allées, et que je pourrais courir avec... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
02 octobre 2015

DE l'APPARENCE, et de PYRRHON

    "Pyrrhon ne détermine en rien de manière dogmatique en s'appliquant à contredire, et il suit les apparences" selon Enésidème, cité par Diogène Laerce. Plus loin il précise (DL,IX, 107) : "lorsque des impressions variées nous frappent, nous dirons qu'elles apparaissent, les unes et les autres ; et la raison pour laquelle ils posent, disent-ils, les apparences, c'est qu'elles apparaissent". Plus nettement encore, Timon, le disciple de Pyrrhon écrit : "Mais l'apparence règne partout, où qu'elle aille". Tout le probème,... [Lire la suite]
01 octobre 2015

PENSEE de la VACUITE, PENSEE du MILIEU

  "La vacuité n'est pas la vacuité mais la claire conscience de la vacuité". C'est ce qu'écrit Patrick Carré commentant le Soûtra de l'Estrade du Sixième Patriarche Houei Neng. Que signifie ? La vacuité n'est pas la vacuié, en ce sens que ce serait une grave erreur de considérer la vacuité comme un non-être qui s'opposerait à l'être, de s'obnibuler sur l'absence de substance de toutes choses, et, conséquemment, de verser dans une position nihiliste : rien n'existe, tout est vide et néant. En fait Bouddha avait déjà condamné les... [Lire la suite]
30 septembre 2015

De la LIBERTE du PHILOSOPHE

  Pouvez-vous imaginer le bon Immanuel Kant, couché de tout son long dans un parc public de Koenigsberg, voyant passer devant lui le roi de Prusse avec toute sa cour, lui jeter au visage, comme fit Diogène naguère : "Ote-toi de mon soleil !". Cet apologue nous fait mesurer l'incommensurable distance entre la philosophie antique et la nôtre. Tout au plus peut-on encore admirer Jean-Paul Sartre juché sur un tonneau, haranguer les ouvriers de Billancourt. C'était dans les parages de Mai 68, et depuis nous n'avons plus que de pâles... [Lire la suite]

28 septembre 2015

Le VISAGE ORIGINAIRE : koan

  "Quel est ton visage originaire ?" demande le sage. "Je ne sais pas" répond l'impétrant.                                     LE VISAGE ORIGINAIRE     Le visage originaire n'est pas celui d'un nouveau-né   Rien de plus chiffonné qu'un visage de nouveau-né.   Le visage originaire n'est pas celui d'un adulte   Rien de plus flétri qu'un visage d'adulte.   Le visage originaire n'est pas celui d'un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 septembre 2015

REPONSE : fantasme et liberté

  Avant de répondre à la question : "un fantasme reconnu comme tel est-il encore un fantasme ?" il faut examiner le point suivant : est-il possible de reconnaître un fantasme comme tel ? La réponse est plus difficile qu'il n'y paraît, parce que, si chacun connaît bien l'efflorescence automatique des fantasmes qui proliférent dès que l'attention se relâche (rêveries, associations d'images, divagations de toutes sortes), il en va tout autrement de la source - inconsciente - des fantasmes, lesquels se rattachent en principe à un... [Lire la suite]
24 septembre 2015

QUESTION

    Petite question, à vous, chers lecteurs : "Un fantasme reconnu comme tel est-il encore un fantasme ?"   J'ai hâte de lire vos éventuelles réponses !
Posté par GUY KARL à 17:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
23 septembre 2015

RELAXATION d' ELIMINATION

  Voici le texte (improvisé) de ce qui pourrait être une relaxation sur chaise dont le propos est de faciliter l'élimination des tensions corporelles. Le lecteur qui n'a aucune expérience de ce genre de pratique sera peut-être décontenancé par la forme de cet exercice qui peut sembler directif, mais il s'agit d'une pratique conduite par un moniteur qui propose une forme et une méthode, et non d'un impératif. Par ailleurs il faut savoir que les répétitions sont destinées à faciliter la déprise, à encourager, à créer un certain... [Lire la suite]