01 décembre 2014

POURQUOI DES POETES EN CE TEMPS DE DETRESSE ?

    "Pourquoi des poètes en ce temps de détresse?" demandait Hölderlin. Mais en quoi notre temps serait-il un temps de détresse? De quelle détresse parlons-nous? Et ce qui inquiétait Hölderlin, en quoi  cela nous concerne-t-il aujourd'hui? La détresse, selon moi, tient au caractère unilatéral de nos existences, déterminées presque exclusivement par la domination des intérêts économiques et financiers, d'où résulte une uniformité sans précédent, revers inévitable de la carence symbolique. Si une oeuvre d'art ne vaut... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

29 novembre 2014

POESIE 8 : ROUTES d'EXIL ; ELEGIE I et II

                                    ROUTES d’EXIL,    ELEGIE                                                          I                           Plus  de pères ! La route est libre, mais laquelle, et vers où... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 novembre 2014

ROUTES d' EXIL , ELEGIE : III et IV

                                               III                                           Equivalence !        Toutes les routes se valent, qui mènent à la mort. La vie, ce pas-encore, ce déjà plus, ce suspens, cette hésitation, ce vertige du vide ! ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 novembre 2014

ROUTES d'EXIL : IV, V, VI, VII,VIII

                                                        V                                                                Je m’accroche à la beauté.                    ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2014

ROUTES d'EXIL : IX, X, XI, XII

                                                                 IX                              Où donc êtes-vous passées, routes, vous  louvoyantes, quel vent dur                  Vous a noyées... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2014

ROUTES d'EXIL : XIII, XIV

                                                                                             XIII                                            A l’entame exactement ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2014

ROUTES d'EXIL XV, XVI, XVII, XXIII ( fin du recueil)

                                                                                                                          XV              ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
17 novembre 2014

Le DOUBLE RENVERSEMENT : vérité et liberté

    Ce qui est difficile à comprendre, et encore plus à expliquer, c'est le double renversement qui est requis pour parvenir à un certain état de liberté intérieure. Le premier renversement, c'est assez connu, évident par soi, c'est ce que j'appelle la "kataphore" : travail de déboulonnage méthodique des crispations identitaires, des adhésions consenties, des mythes et des idoles. "Dépouiller l'homme" dirait Pyrrhon. On encore, dans un discours lacanien : "destitution subjective", désidentification, jusqu'à ce fameux point... [Lire la suite]
07 novembre 2014

MUTHOS et LOGOS

    Muthos : parole, discours, récit. De mutheuo : expliquer, raconter. Le muthos est originellement une parole qui délivre une explication, sous la forme d'un récit censé rendre compte de la provenance de l'univers et des dieux, des hommes et de tous les êtres de la nature. Il s'exprime dans une tradition séculaire, essentiellement orale, collectée et transmise par les poètes. Mais le poète n'en est pas l'inventeur : il puise dans le fonds public, demande à la Muse de l'inspirer et de garantir la validité de son propos.... [Lire la suite]
06 novembre 2014

NUIT et JOUR : Hésiode et Héraclite

           "De Faille (chaos) naquit Erèbe et la Nuit toute noire.        De Nuit naquit Feu d'en haut et Lumière du jour". (Théogonie d'Hésiode, vers 123 et 124) Ce qui mérite d'être relevé ici, chez Hésiode, c'est l'antériorité de la Nuit (personnifiée selon les codes du langage mythologique) sur le Jour. Le jour est issu de la nuit, qu'il faut penser comme une sorte de contenant originel - qu'il semble impossible de distinguer clairement de l'Erèbe, ténèbre d'en bas, obscurité... [Lire la suite]