08 avril 2016

Le REEL du SUJET

  Ce que je voudrais exprimer ici est extrêmement difficile, et je ne sais si je puis y parvenir. Pourtant l'idée qui me travaille est de la plus haute importance, pour moi d'abord, bien évidemment, mais pour autrui tout aussi bien, en raison de son caractère universel. En principe, elle est de nature à éclairer tout un chacun, s'il veut bien s'en préoccuper, sur la nature ultime de la singularité, dont la subjectivité est la face apparente et manifeste. "Qui suis-je ?" est la question par excellence à laquelle chacun apporte la... [Lire la suite]

07 avril 2016

Du SUBLIME : SCHOPENHAUER

  "Beaucoup d'objets de notre intuition provoquent le sentiment du sublime, par ce fait qu'en raison de leur grande étendue, de leur haute antiquité, de leur longue durée, nous nous sentons, en face d'eux, réduits à rien et nous nous absorbons malgré tout dans la jouissance de les contempler ; à cette catégorie appartiennent les très hautes montagnes, les pyramides d'Egypte, les ruines colossales de l'Antiquité".(Schopenhauer, Monde III, 39) Le sentiment du sublime est provoqué par la disproportion entre l'objet et le sujet,... [Lire la suite]
06 avril 2016

VARIATIONS sur EPICURE

  Voici l'éloge qu'un certain Athénée composa à la mémoire d'Epicure (Diogène Laerce, X, 12) :       "Hommes, vous souffrez le pire, et pour un gain    Insatiable, vous faites naître querelles et guerres ;    La richesse de la nature s'en tient à une limite ferme,    Tandis que les jugements vides suivent une route sans limite.    Voilà ce que le fils inspiré de Néoclès a appris    Soit des Muses, soit du trépied sacré de Pytho".   Le trépied de... [Lire la suite]
05 avril 2016

PENSER la MUSIQUE ?

  Un ami se demande s'il est possible de penser la musique. Spontanément j'aurais tendance à répondre que moins on pense la musique, mieux on l'apprécie, mieux on la taste et la gouste. La musique est une expérience, non un objet ou un concept. Cela dit, plusieurs philosophes en ont écrit, dont Schopenhauer - qui eut à cet égard un retentissement considérable, et même chez des musiciens - et Nietzsche pour qui "sans la musique la vie serait une erreur". Mais c'est là plutôt une philosophie, voire une métaphysique de la musique,... [Lire la suite]
04 avril 2016

SCHOPENHAUER : le monde et la musique

  "Le monde comme volonté et représentation" - c'est dans ce titre même qu'éclate le génie de Schopenhauer, d'avoir découvert, dans le "monde" même, un hiatus infranchissable : soit je le pense, et dans ce cas je ne puis échapper à la représentation, plus encore, je suis l'agent inconscient d'une représentation qui jamais ne pourra s'égaler à la nature des choses ; soit je plonge dans le substrat de mon être propre, et alors je découvre en moi la toute puissance du vouloir-vivre (la "volonté"), laquelle me dépossède tout en me... [Lire la suite]
31 mars 2016

De l'AUTISME COMMUNICATIONNEL

  Notre terre est peuplée d'autistes qui s'ignorent. Essayez de discuter avec un "ami", bientôt vous voilà submergé par un flot de paroles qui roulent, roulent, et vous laissent ébahi. Vous essayez de placer un mot à votre tour, mais le fâcheux n'écoute rien, vous interrompt, reprend le mot au vol, l'inserre dans les filets tortueux de son discours et vous submerge de son babil. Vous guettez la moindre interstice, la moindre suspension pour tenter d'insérer quelque idée nouvelle ou personnelle, mais non, votre homme ne s'en... [Lire la suite]

30 mars 2016

De la SIMPLICITE (2) art et nature

  Simplicité n'est pas simplesse. Il faut être bien simple pour s'imaginer que le grand art soit le fruit d'une spontanéité toute naturelle, et qu'il suffise d'écouter son coeur pour écrire de beaux poèmes. Vous connaissez sans doute ce passage fameux de Tchouang-Tseu consacré à l'art du boucher : s'il est capable, aujourd'hui, de découper son boeuf sans la moindre hésitation, suivant l'écheveau compliqué des articulations, tranchant et taillant d'un seul mouvement continu et fluide, c'est au terme d'une très longue pratique. Au... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 mars 2016

De la SIMPLICITE

  Mon souhait : parvenir à la plus grande simplicité. Simplicité de la conduite : savoir éliminer l'inutile, se resserrer sur l'essentiel. Par exemple : est-il bien nécessaire de se laisser envahir par les images négatives qui ne font que favoriser les passions tristes ? Non qu'il faille se retirer dans une tour d'ivoire, fermer portes et fenêtres, se cloîtrer dans un isolement autistique, mais s'il est assez naturel de s'informer sur l'état présent du monde - après tout il n'existe nulle part un monde autre conforme à nos... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2016

POESIE et MUSIQUE

      "Petite pluie clapote sur mon chapeau   Petit canaillou me criaille aux oreilles"   Que pensez-vous de ces deux vers ? Vous l'avez compris, il s'agit de lambiner hors des allées conventionnelles de l'alexandrin. Verlaine se flattait de donner à l'impair ses lettres de noblesse (Art poétique), et s'essaie quelquefois à l'endécasyllable (11 pieds), ce qui est toujours périlleux, car le vers paraît boiteux, et comme un homme ivre, balance de côté en manquant de tomber. La seule solution pour éviter cet... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 mars 2016

DIVAGATION

  J'aimerais assez me débarrasser d'une certaine lourdeur qui me colle à la peau, pour me jeter tout cru dans les associations verbales les plus fantaisistes. Il faut apprendre à oublier. A éliminer ce qui pèse, ce qui sent son cuistre. Enterrer le professeur, l'érudit, le magister. Poétiser. La bonne philosophie est celle qui n'est pas reconnaissable à son costume, mais qui vit dans les tripes et le coeur, insensible à l'ignorant, inapparente et agissante. Elle dédaignera de se nommer, de se clamer et de parader car elle est... [Lire la suite]