17 août 2016

LETTRE OUVERTE A FREDERIC SCHIFFTER

  Votre dernier article, cher Frédéric, m'a fait beaucoup songer. Vous demandiez à quoi peut bien servir la philosophie si elle ne soigne aucun des maux du genre humain, ne soulage nulle douleur, et en somme ne contribue en rien au bonheur. Votre réponse, fort attendue du reste, tomba comme un couperet : à rien. Ma foi, je ne saurais vous donner tort. J'envisageais d'approfondir un peu la question en interrogeant plus avant le sens de ce "servir" (être utile ou s'asservir ?), servir à quoi, à qui, selon quel dispositif de forces... [Lire la suite]

16 août 2016

De l'HOMME NON-MORTEL

  Hourrah ! Le saviez-vous ? Les olibrius de la Silicon Valley, après "l'homme augmenté", le "transhumanisme" et autres faribolles, nous ont concocté un nouveau concept : le non-mortel. Moi qui croyais savoir que les hommes en général, et Socrate en particulier, sont mortels, voilà qu'il me faut débrouiller la subtile différence entre l'immortel et le non-mortel ! En lecteur passionné de l'Antiquité, je savais, depuis Homère et Hésiode, que le qualificatif d'Immortel était réservé aux dieux, dont c'était la noble et... [Lire la suite]
15 août 2016

De la CONFUSION du SYMBOLIQUE et du REEL

  Le 15 août, pour les catholiques, dont je fus par naissance et obligation, c'est, s'il m'en souvient bien, l'Assomption de la Vierge Marie. Enfant on m'expliquait que la vierge, toutes affaires cessantes, était montée au ciel rejoindre le créateur. Sublime envolée, certes, mais comment faisait-elle pour se maintenir de corps dans le vide, quand manifestement tous les corps tombent, du moins sur notre rachitique planète ? On se gardait bien de m'expliquer que ce n'était là qu'une image, un symbole de l'ascension, ou de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:50 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
10 août 2016

ETRANGE PASSION : journal du 10 août 2016

  ETRANGE PASSION   C’est une étrange passion que l’écriture, qui me sollicite sans cesse, qui ne me quitte jamais longtemps. Et même de rêvasser sur un banc de parc ou sur mon fauteuil de jardin, voilà que les mots se précipitent dans ma tête, s’amusent à former des bouts de phrase, que je m’empresse de noter quand ils me semblent bons. Ainsi naissent les poèmes, qui semblent dons des dieux, imprévus et imprévisibles. Aucun effort intellectuel, aucune volonté, aucune pensée consciente ou délibérée ne saurait produire... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2016

Du PRESENT : journal du 9 août 2016

  Voilà huit ans que je me suis installé ici, en terre du sud, quittant le Septentrion brumeux pour le soleil. A vrai dire, le soleil, ici, est plutôt capricieux. Clarté et beauté un jour, ciel couvert le lendemain, à croire que le soleil s'est perdu quelque part dans les vallées pyrénéennes, mais le revoilà soudain, vif et allègre, jouant le furet, coquin et imprévisible. Même la végétation présente cette alliage étonnant du nord et du sud, chênes et hêtres, amples et austères, palmiers élancés comme des lampadaires. Les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 août 2016

SERENITE, note du 8 août 2016

  Il est beau d'atteindre à une relative sérénité, d'autant plus précieuse qu'elle fut chèrement acquise, et qu'on la sait infiniment fragile, suspendue aux aléas du sort, de la santé, de l'entourage, de l'état du monde. Faible brindille qu'un vent peut emporter. C'est quasi miraculeux pour qui se sent vulnérable, froissable, soumis à la destinée commune, sans forces ni ressources particulières, ordinairement exposé aux caprices de la fortune. "Hé quoi, dirait un fieffé stoïcien, la sérénité ne tient-elle pas à la force de... [Lire la suite]

05 août 2016

De la JUSTICE, des SUPPLICES, et du BIEN

  "Nous, par la grâce de Dieu, souverain de ce royaume, garant de la justice et de la loi, ayant reconnu la culpabilité des prévenus, les condamnons à être traînés en place publique pour y être roués, écorchés, châtrés, décapités et pendus selon les coutumes ordinaires, au su et vu de tous, pour manifester la justice de Sa Majesté très aimée, vénérée et redoutée, Philipe, roi de France et de Navarre". Fichtre ! Roués, écorchés, châtrés, décapités, pendus ! Tout vifs évidemment ! Et n'oublions pas le traitement de faveur qui a... [Lire la suite]
04 août 2016

TORPEUR d' ETE : journal du 4 août 2016

  L'été s'écrase sur les plaines et les monts. La ville est quasiment vide. Tous mes amis sont partis, qui en Espagne, qui en Afrique, ou plus loin encore, allez savoir où ? Je suis à près seul, avec mon épouse, et nous passons comme on dit des jours paisibles. N'empêche, cela me fait un peu bizarre. Quand le ciel pèse "bas et lourd" comme dit Baudelaire - car ici le temps est extrêmement versatile, passant du plus céleste au maussade selon une logique affolée - "pèse comme un couvercle", c'est le cas aujourd'hui, on dirait... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
01 août 2016

De l 'IDENTIFICATION SEXUELLE

  Nature nous fait mâle ou femelle. Pour l'animal l'affaire s'arrête là. Pas pour nous, qui jouissons ou souffrons, comme on voudra, d'une incertitude instinctuelle, d'un inachèvement, d'une prématurition constitutionnelle : dès lors la culture, l'éducation, le dressage plutôt prennent le relai, et se chargent de durcir les différences : "Sois un homme mon fils. Ne chiale pas comme une fille !" Suit le cortège des identifications de genre, qui normativent le rapport entre les sexes, sans considération aucune pour les goûts ou... [Lire la suite]
29 juillet 2016

De la TRAHISON des REVES

  Je ne sais s'il faut beaucoup s'échiner à interpréter les rêves, mais ils ont du moins le mérite de faire remonter à la surface l'indésirable qui nous habite. C'est pour le moins une leçon d"humilité. On fera peut-être le grandiose dans la journée, mais le rêve ramènera la petitesse, la mesquinerie, la pusillanimité, si ce n'est la fange et le fumier. Que ferons-nous de ces scenarii grotesques, de ces scènes absurdes où l'indécence le dispute au catastrophique ? Ce n'est que dans la répétition des mêmes thèmes que l'on peut... [Lire la suite]