04 août 2017

AUTOPORTRAIT IV (16 à fin)

                                   16              Je voudrais inventer des mots nouveaux         Légers, comme des pas de danse         Des mots, comme des roses         A déposer sur le front de l’aimée         Doux comme des... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 août 2017

PUBLICATION PERSONNELLE : LE SYNDROME D'OSIRIS

L'HARMATTAN a mis en vente mon dernier ouvrage qui est dorénavant disponible chez les libraires de la ville ou par commande directe chez  L'Harmattan "LETTRES A MON ANALYSTE SUR LA DEPRESSION ET LA FIN D'ANALYSE : LE SYNDROME D'OSIRIS" Comme le titre le dit clairement c'est un  ouvrage psychanalytique qui présente des lettres reéllement envoyées à mon analyste pendant deux ans environ au plus fort d'une exploration méthodique de la structure inconsciente archaïque. En cela je crois qu'il se différencie nettement d'autres... [Lire la suite]
02 août 2017

LA PASSION DU VIDE : chez L'HARMATTAN

  Ce livre est construit comme une pyramide à trois niveaux: Premier niveau: Analyse très précise de la dépression vécue de l'intérieur. Par delà les symptômes, il s'agit de décrire aussi précisément que possible le vécu existentiel, le vivre quotidien, les sensations et sentiments de celui qui sombre peu à peu dans une sorte de blanc psychique. Et ce blanc est parcoru de fulgurances et de visions inaccessibles à l'état ordinaire de conscience. Il m'aura fallu toutes les ressources de la langue, notamment poétique, pour ce... [Lire la suite]
01 août 2017

LE DESIR ECARLATE : poésie

Recueil poétique (Guy Karl) : sur commande chez l'éditeur                                                                                                   
Posté par Democrite à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 juillet 2017

De l'ENTHOUSIASME : nature et poésie

  Petite méditation sur le poème de Hölderlin "Comme au jour de fête"               Mais elle, elle même, qui est plus ancienne que les temps,       Qui est au delà des dieux du soir et d'Orient,       La nature maintenant est éveillée aux bruits des armes,       Et du haut de l'Ether jusque dans l'abîme       Selon loi ferme, comme jadis, née du saint Chaos,       S'éprouve neuve l'inspiration  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 juillet 2017

INGRATE VIEILLESSE : poème.

                     Ingrate, fâcheuse vieillesse         Qui de ses griffes d'hydre acerbe nous laboure !         Si en petits morceaux le corps retourne à la poussière         Puisse, d'élan viril, l'esprit qui piaffe et se rebiffe         Tenir un temps le signe haut contre la mort         Dire le vrai, l'impermanent, le nécessaire         Avant de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 juillet 2017

Du JAILLISSEMENT PUR

    Vigny notait dans son Journal, en 1843 : "Tous les grands problèmes de l'humanité peuvent être traités sous forme de vers". C'est ce qu'il fait lui-même dans la série des "Poèmes philosophiques". C'est ce qu'ont fait Parménide, Empédocle, Lucrèce, Ronsard, Lamartine, Hölderlin, et bien d'autres, avec un bonheur très inégal. Car la chose est extrêmement difficile.  Je me situe de plus en plus résolument à la confluence de la poésie et de la philosophie, en ce lieu inapparent et énigmatique où la pensée, et le... [Lire la suite]
27 juillet 2017

NATURE et ART : un rapport problématique

  Que disons-nous quand nous disons : la nature ? L'idée en est évidente, comme lorsque nous disons : le temps. Mais en fait c'est la notion la plus difficile, celle qui échappe de tous côtés quand nous essayons de l'approcher, comme ces pucelles effarouchées qui s'avancent et reculent. Je multiplie les approches, d'article en article, non pour la saisir, c'est impossible, mais pour tenter de préciser ma disposition personnelle à son égard. C'est un objet fuyant, multiple de formes et de statuts, et pourtant c'est la chose la... [Lire la suite]
26 juillet 2017

La NATURE et l'ESPRIT : le dia-bolon

  "L'esprit n'est pas au début, pas à la source" écrivait Hölderlin. La source universelle c'est évidemment la nature, entendue au sens le plus large et le plus englobant. Ou encore "l'abîme", selon le mot de Démocrite. Quoi que l'on fasse, elle reste l'insondable, la mystérieuse, l'impénétrable. "La femelle obscure". C'est dire implicitement que l'esprit ne peut naître que d'un déchirement, d'une rupture, d'une distanciation dans la dualité : dia-bolon, oeuvre du diable, séparation et solitude. L'homme se pose en s'opposant.... [Lire la suite]
25 juillet 2017

Du RAPPORT à la NATURE : "La maison du berger" de VIGNY

    Dans "La maison du berger" Vigny expose ses sentiments à l'égard de la nature, ambigüs, hésitant entre le sublime de beauté et le sublime de terreur. Au début de ce vaste poème symphonique il invite Eva à quitter l'esclavage des villes pour gagner "les grands bois et les champs". Suit une strophe extraordinaire, d'une beauté et d'une musicalité absolues, que je ne peux que citer en entier :                  La Nature t'attend dans un silence austère      ... [Lire la suite]