09 mars 2016

De l' ANXIETE

  L'anxiété est l'angoisse spécifique de l'avenir, perçu comme menaçant, voire catastrophique. L'anxieux se tient pelotonné dans ce présent fragile, comme s'il pouvait empêcher par sa crainte le cours irrépressible du temps qui l'entraîne dans l'incertitude du futur. Demain sera forcément pire qu'aujourd'hui : au moins le présent, fût-il pesant et désagréable, est connu, alors que demain peut être n'importe quoi. Dès lors l'imagination s'enfle à inventer des monstres, des situations inextricables, multipliant à l'envi les... [Lire la suite]

08 mars 2016

ETOILE NOIRE : poème

       J'ai navigué longtemps dans le néant de l'être      Entre de blancs écueils et des rafales noires,      Egaré, haute mer, au fil de ces mémoires      Qui tissent dans la nuit un blason noir, peut-être        Une étoile, l'étoile à jamais disparue      Qui brille silencieuse et noire dans le coeur      Inaltéré, perclus de peur et de rancoeur      A courir sans espoir sur la mer inconnue. ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
07 mars 2016

PAROLE et DISCOURS : du commencement

  Je crains fort de m'être insidieusement efferré moi-même. C'est le risque inhérent à toute expression, orale ou écrite, que de poser une parole, qui, pour être authentique au moment même où elle est proférée, se fige sur le champ en discours. Ce qui était mouvement, risque, ouverture, appel vers l'inconnu, d'être fixé dans les mots, se voit en quelque sorte réifié, rigidifié, transmuté en socle, ou en statue d'airain. C'est le destin ordinaire de l'art dont le contemplateur ne voit que l'oeuvre achevée, alors qu'elle n'est que... [Lire la suite]
03 mars 2016

De la BISEXUALITE PSYCHIQUE

  Ce que je vais dire ici déplaira à beaucoup, surtout aux hommes. Il y a dans la virilité, quand elle se laisse aller à la vulgarité des instincts et des postures, une dimension de bêtise absolument stupéfiante. Cela s'observe en particulier dans certains attroupements qui ouvrent toutes grandes les vannes aux pulsions les plus primaires, grâce à une désinhibition collective du geste et de la parole. A vrai dire c'est plutôt le cri, le hurlement, l'invective, le juron qui prennent le relai de la parole civilisée, laquelle ne... [Lire la suite]
02 mars 2016

GERONIMO : le vieilissement du héros

    J'ai vu jadis une photo très ancienne représentant le héros des guerres indiennes, Géronimo l'intraitable, assis en tailleur, cramponné à sa winchester, vieilli et misérable, mais toujours digne, avec dans le regard une rage inapaisée, une détermination tragique et malheureuse. Je suppose que la photo a été prise après sa reddition à l'armée américaine, quand il a compris qu'il n'y avait plus d'espoir pour son peuple, plus aucune possibilité de liberté. Il se rend pour sauver ce qui reste de vie, mais dans son coeur il... [Lire la suite]
01 mars 2016

De la HAINE à l'égard des FEMMES

  Ce qui m'intrigue profondément, et qui devrait faire l'objet d'une réflexion serrée, c'est la haine séculaire des religions monothéistes à l'égard de la femme. Le Dieu un, par exemple, qui se supporte aisément d'être trinaire, le père, le fils et le saint esprit, à l'exclusion manifeste de la mère - selon un schéma d'engendrement viril qui laisse songeur ! On dira que c'est un modèle purement spirituel, nullement physiologique, et que la naissance organique n'a rien à y voir. Et pourquoi la spiritualité serait-elle masculine... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 février 2016

De la PERCEPTION ENDOPSYCHIQUE (2)

    "Le bhikku (le moine) demeure en observant le corps physique selon le fonctionnement du corps physique. Cette introspection est présente à lui, uniquement pour la connaissance, uniquement pour la réflexion, et il demeure dans le monde, attentif, discipliné, sans convoitise, sans aversion". La même formule est reprise pour les sensations : observer les sensations selon le fonctionnement des sensations, puis pour la pensée et les objets mentaux. Il s'agit donc bien de développer la perception endopsychique, à partir du... [Lire la suite]
24 février 2016

De la PERCEPTION ENDOPSYCHIQUE

  La perception endopsychique est la perception des états, des mouvements, des modifications intérieures. A un premier niveau elle apparaîtra comme une orientation contre-nature, une sorte de monstruosité, parce que la perception, de son propre mouvement spontané, nous met en relation avec le monde extérieur : voir, entendre, goûter, toucher, sentir ce qui se manifeste à moi comme image, son, odeur, forme et intensité, que spontanément j'attribue à des "objets", immédiatement perçus comme extérieurs à moi. Ainsi se forme un... [Lire la suite]
23 février 2016

Des ENSEIGNEMENTS GRADUELS

  Epicure disait : la sagesse et l'amitié. La sagesse comme philo-sophia, amour de la sagesse, mais aussi, complémentaiement, sagesse d'amour, sophophilia. Il vient un moment où ne suffit plus la recherche de la vérité propre, ni même le contentement né de l'autarcie, entendue comme accès à la gouvernance de soi-même. A quoi bon une sagesse strictement solitaire, même s'il est patent qu'il faille bien commencer par là, et que nulle conduite correcte à l'égard d'autrui ne puisse advenir sur le terrain miné de l'aveuglement et de... [Lire la suite]
22 février 2016

L'EMPATHIE et la LOI

  La pratique de l'empathie, si difficile, si problématique, suppose, pour être juste et efficace, une claire, inaltérable position médiane, un positionnement rigoureux du tiers, c'est à dire, entre celui qui parle et celui qui écoute, une instance désubjectivée, neutre si l'on veut, à laquelle se réfère l'écoutant, et à laquelle il s'efforce de renvoyer le parlant. C'est la position de la vérité, qui, si en tant que telle, n'est pas énoncée, ou si rarement, n'en reste pas moins la référence à laquelle chacun fait appel.... [Lire la suite]