30 septembre 2015

De la LIBERTE du PHILOSOPHE

  Pouvez-vous imaginer le bon Immanuel Kant, couché de tout son long dans un parc public de Koenigsberg, voyant passer devant lui le roi de Prusse avec toute sa cour, lui jeter au visage, comme fit Diogène naguère : "Ote-toi de mon soleil !". Cet apologue nous fait mesurer l'incommensurable distance entre la philosophie antique et la nôtre. Tout au plus peut-on encore admirer Jean-Paul Sartre juché sur un tonneau, haranguer les ouvriers de Billancourt. C'était dans les parages de Mai 68, et depuis nous n'avons plus que de pâles... [Lire la suite]

28 septembre 2015

Le VISAGE ORIGINAIRE : koan

  "Quel est ton visage originaire ?" demande le sage. "Je ne sais pas" répond l'impétrant.                                     LE VISAGE ORIGINAIRE     Le visage originaire n'est pas celui d'un nouveau-né   Rien de plus chiffonné qu'un visage de nouveau-né.   Le visage originaire n'est pas celui d'un adulte   Rien de plus flétri qu'un visage d'adulte.   Le visage originaire n'est pas celui d'un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 septembre 2015

REPONSE : fantasme et liberté

  Avant de répondre à la question : "un fantasme reconnu comme tel est-il encore un fantasme ?" il faut examiner le point suivant : est-il possible de reconnaître un fantasme comme tel ? La réponse est plus difficile qu'il n'y paraît, parce que, si chacun connaît bien l'efflorescence automatique des fantasmes qui proliférent dès que l'attention se relâche (rêveries, associations d'images, divagations de toutes sortes), il en va tout autrement de la source - inconsciente - des fantasmes, lesquels se rattachent en principe à un... [Lire la suite]
24 septembre 2015

QUESTION

    Petite question, à vous, chers lecteurs : "Un fantasme reconnu comme tel est-il encore un fantasme ?"   J'ai hâte de lire vos éventuelles réponses !
Posté par GUY KARL à 17:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
23 septembre 2015

RELAXATION d' ELIMINATION

  Voici le texte (improvisé) de ce qui pourrait être une relaxation sur chaise dont le propos est de faciliter l'élimination des tensions corporelles. Le lecteur qui n'a aucune expérience de ce genre de pratique sera peut-être décontenancé par la forme de cet exercice qui peut sembler directif, mais il s'agit d'une pratique conduite par un moniteur qui propose une forme et une méthode, et non d'un impératif. Par ailleurs il faut savoir que les répétitions sont destinées à faciliter la déprise, à encourager, à créer un certain... [Lire la suite]
18 septembre 2015

De la JOIE d'AMITIE

  "Tu es en vieillissant tel que moi je conseille d'être,  et tu as su bien distinguer ce qu'est philosopher pour soi et ce qu'est philosopher pour la Grèce : je m'en réjouis avec toi". ( syn-chairo : je me réjouis avec, de même que souvent Epicure dit : sym-philosophein, philosopher avec - les amis). La joie solitaire est belle en soi et pour soi, mais la joie partagée est plus belle encore, réalisant pleinement l'esprit de la philosophie, qui est avant toutes choses une pratique de la vie heureuse. Sym-philosophein et... [Lire la suite]

17 septembre 2015

L'ILLIMITE et la LIMITE

  Le plus grand danger, dans notre organisation psychique, vient de cette illusion qui nous fait courir après l'illimité : illimité de la puissance, du savoir ou de la jouissance, nous représentant toute satisfaction, tout gain comme dérisoire au prix de notre aspiration. D'où la formule : plus, toujours plus, de biens, de plaisir, de renommée, plus de jouir, plus, toujours plus. Mais le corps lui-même proteste, avant que la réalité ne s'écrase sur nous de tout son poids. Epicure écrit, Maxime XIX : "Le temps infini (apeiros... [Lire la suite]
14 septembre 2015

"LA VIEILLESSE COMME UN PORT..."

  "Ce n'est pas le jeune qui est bienheureux, mais le vieux qui a bien vécu : car le jeune, plein de vigueur, erre, l'esprit égaré par le sort ; tandis que le vieux, dans la vieillesse comme dans un port, a ancré ceux des biens qu'il avait auparavant espérés dans l'incertitude, les ayant mis à l'abri par le moyen sûr de la gratitude" (Charis, grâce, gratitude). L'opposition véritable n'est pas entre le jeune et le vieux, comme une lecture rapide pourrait le faire croire, mais entre l'égarement et l'ancrage. Il est vrai que... [Lire la suite]
11 septembre 2015

JOURNAL : 11 septembre 2015

  Lors des interventions chirurgicales que j'ai subies récemment, j'ai connu un épisode sévère de septicémie qui faillit m'emporter. J'étais entre la vie et la mort. C'est alors que j'eus cette pensée, que j'ai d'ailleurs formulée à l'adresse de mon épouse : "Ce serait bien dommage de mourir maintenant, il me reste des choses intéressantes à vivre". Les antibiotiques vinrent à bout de l'infection, et je retrouvai la santé - très relative, mais réelle.  La probité me fera dire que je vis mieux, psychiquement, depuis lors,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
09 septembre 2015

EK-CHORESIS : politique de l'écart

  Installé aux portes d'Athènes, dans son modeste jardin philosophe, Epicure regarde tourner le monde. A vrai dire les turbulences politiques ne l'affectent pas beaucoup. Jeune, il a vu grandir Alexandre, lequel, après avoir conquis l'Asie, fut misérablement emporté par la fièvre. Depuis, ses généraux se disputent l'héritage : Athènes passe sous le commandement d'un tel puis d'un autre : plus ça change plus c'est la même chose, puisque les hommes sont les hommes, possédés des mêmes appétits sans cesse renouvelés. Rien à espérer,... [Lire la suite]