05 mars 2019

AGIS ton DESIR

  Il faut prendre au sérieux la question du désir : C'est l'élément central qui décide du bonheur et du malheur - dans la mesure évidemment où ces dispositions dépendent de nous. D'où, pour le sujet, une sorte d'impératif, bien différent de l'impératif moral traditionnel qui prescrit l'obéissance à la loi de l'Autre. Cet impératif nouveau pourrait s'énoncer ainsi : agis en conformité avec le désir essentiel de ta propre nature. On dira sans doute : ce désir si précieux est souvent inconnu du sujet lui-même, s'il est patent que... [Lire la suite]

04 mars 2019

"Un MODELE de la NATURE HUMAINE" : Spinoza

  Spinoza écrit dans la préface de la quatrième partie de l'Ethique : "Par bien j'entendrai donc désormais ce qu'avec certitude nous savons être un moyen de nous rapprocher toujours plus du modèle de la nature humaine que nous nous proposons de réaliser ; par mal, au contraire, ce qu'avec certitude nous savons qui nous empêche de nous rapporter à ce modèle". Ce modèle est évidemment une image de la liberté : s'approcher autant qu'il est possible, dans le monde tel qu'il est, dans la nature telle qu'elle est, d'une pensée juste... [Lire la suite]
28 février 2019

De la DIVISION du SUJET

  Chercher le sujet c'est découvrir la division, sujet fendu, scission du sujet. Entre le conscient et l'inconscient, le vouloir et le désirer, le dire et le dit. Je est-il un autre ? Disons qu'il y a de l'autre dans ce je, voir du multiple, une danse du multiple. Diversité, changement, hétérogénéité. Ils veulent tous, les fanatiques de l'ordre, nous ramener à l'Un : une Eglise, une communuté, un drapeau, une école. Puis de l'Un ils font l'Unique. Enserrer, enferrer le sujet. Dictature de l'identité.  Mettre à jour la... [Lire la suite]
28 février 2019

SITUATION de la PSYCHANALYSE (4) la question du sujet

  L'originalité propre de la psychanalyse par rapport aux sagesses traditionnelles tient à la manière toute neuve de poser la question du sujet. Il est remarquable que cette question, qui nous paraît très naturelle et évidente aujourd'hui, ait été si longtemps méconnue, voire refoulée dans les longs siècles antérieurs. Si l'on considère les trois grandes pensées du passé, le bouddhisme, le pyrrhonisme et l'épicurisme - je ne parle pas même des autres écoles - on voit que la question du sujet est proprement éludée. Bouddha,... [Lire la suite]
27 février 2019

SITUATION de la PSYCHANALYSE (3) : douleur et souffrance

  Siddharta Gautama avait posé la vraie question  : pourquoi la souffrance ? Peut-il exister un sens à la souffrance ? C'est toujours encore la question, que la psychanalyse reprend à sa manière.  Pour y voir plus clair je distinguerai la douleur simple, celle d'un choc physique par exemple, qui ébranle soudain l'équilibre physiologique, celle d'une maladie, d'une infection, d'une indigestion, d'une amputation, d'une opération chirurgicale etc. Cette douleur a des causes que la biologie peut connaître et réduire... [Lire la suite]
26 février 2019

SITUATION de la PSYCHANALYSE (2) - de l'héroïsme

  L'échec relatif de la psychanalyse s'explique, outre les raisons que j'ai données dans l'article précédent, par son statut même, hésitant entre une fonction thérapeutique et une fonction de connaissance. Freud avait cru résoudre le problème par un pari audacieux : c'est la connaissance qui guérit, le symptôme est le fruit d'une ignorance, ou d'une méconnaissance, cherchons les causes et le symptôme disparaît. C'est l'expression tardive d'un optimisme de la connaissance, qui traverse toute l'histoire de la pensée occidentale,... [Lire la suite]

25 février 2019

SITUATION de la PSYCHANALYSE

  Je suis de cette génération qui aura vécu de la psychanalyse, nourrie de psychanalyse, et qui verra inéluctablement dépérir la psychanalyse. Voyez comment la psychanalyse a imprégné en profondeur la théorie et la pratique psychiatriques, dans les années quatre-vingt, avant de connaître un reflux massif, et bientôt une quasi disparition. Cette évolution fatale est en elle-même une énigme pour laquelle on peut toutefois tenter quelques explications : la cure est trop longue, trop coûteuse, trop incertaine. Celui qui s'y engage y... [Lire la suite]
15 février 2019

De l'INTELLIGENCE : Montaigne

  C'est quoi l'intelligence ? C'est un mot admirable qui évoque la clarté de la pensée capable de se hisser au dessus des contingences pour saisir les justes rapports. C'est d'ailleurs ce que nous enseigne l'étymologie : inter-legere : lire entre, lire entre les lignes, repérer, par de là l'apparence des choses ou du discours, une disposition inapparente, qui seule donne le sens, ou le faux sens. L'intelligence est cette faculté haute et exigeante qui fait que l'on ne s'en laisse pas compter, qu'on ne consent pas à la duperie et... [Lire la suite]
14 février 2019

Le PROBLEME du NATURALISME

  Parler, comme faisait Deleuze, de "Naturalisme" au sujet d'Epicure et de Lucrèce, est encore une approximation. Il se proposait de construire une machine de guerre contre les puissances de manipulation, idéologie et religion, qui édifient des superstitions, littéralement des constructions en surplomb, pour asseoir le contrôle par la peur et la culpabilité. Revenir à la nature, observer les lois de nature et vivre selon les lois de nature serait une efficace entreprise de desintoxication et fournirait un programme général de... [Lire la suite]
12 février 2019

Contre la TRISTESSE : Deleuze

  "A qui demande  :  "à quoi sert la philosophie ? ", il faut répondre : qui d'autre a intérêt ne serait-ce qu'à dresser l'image d'un homme libre, à dénoncer toutes les forces qui ont besoin du mythe et du trouble de l'âme pour asseoir leur puissance ?" - Gilles Deleuze, Logique du Sens, appendice sur Lucrèce, p 322 Et plus loin, page 323 : "Une des constantes les plus profondes du Naturalisme est de dénoncer tout ce qui est tristesse, tout ce qui est cause de tristesse, tout ce qui a besoin de la tristesse pour... [Lire la suite]