23 novembre 2015

NATURE- CULTURE : une illusion ?

  L'opposition nature-culture soutient, depuis un certain temps, la pensée anthropologique, et cela avec raison : toutes les sociétés humaines connues organisent de manière originale la séparation d'avec l'instance naturelle par l'instauration d'interdits, lesquels délimitent le champ humain en créant les institutions, dont la fonction, en dernier ressort, est de garantir la satisfaction des besoins par des voies conventionnelles. L'artefact vient remplacer la voie naturelle, sans l'abolir tout à fait. A la voie directe de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 novembre 2015

NATURE, antidote au monstrueux

      Voici une page extraite de mon ouvrage "De la Faille et de la Vérité" qui présente un commentaire d'une phrase de Goethe, laquelle me travaille ces temps-ci, comme antidote nécessaire et bien-venu à l'agitation où nous sommes depuis peu. Ma question, face à la tumultuaire emprise de l'actualité sur les esprits, à l'impuissance où nous sommes d'agir par nous-mêmes et de changer l'état des choses, est celle-ci : comment mettre en place un filtre psychique qui nous évite de sombrer dans le désespoir, la haine ou... [Lire la suite]
18 novembre 2015

CONTRE les IDENTITES - la singularité

  Rien ne serait plus dommageable que de voir le monde basculer une fois de plus dans la confrontation des identités. Cette notion est un piège redoutable dans lequel on retombe tête baissée à chaque fois que surgit un conflit d'opinion, qui le plus souvent masque un conflit d'intérêt. Certains, échaudés par les événements récents, ne voient d'autre solution à l'incertitude présente que de réchauffer un "identité chrétienne" dont le fantôme prèterait à rire s'il n'évoquait de détestables époques de chasses aux sorcières, de... [Lire la suite]
16 novembre 2015

Le PHILOSOPHE face à l'ACTUALITE

  Il est difficile de conserver la sérénité face à certains événements tragiques : ce monde nous en donne tous les jours, de plus en plus insupportables. Il m'est parfois quasi impossible de ne pas réagir, de ne pas crier mon écoeurement, de ne pas hurler mon dégoût à la face de l'univers. Mais à quoi bon ? Je n'ai nulle qualité particulière, nulle compétence qui justifierait une prise de position publique. Je vois que dans les médias on invite fort souvent quelques "philosophes", toujours les mêmes, supposés apporter quelque... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2015

VIVRE au PRESENT

  Il est bien vain de revisiter le passé, c'est une affaire entendue. Nous ne vivons qu'au présent et nulle part ailleurs. C'est imparable. Mais notre esprit est une composition complexe, qui ne peut s'abstraire si facilement de son histoire, faire table rase et feindre une virginité idéale. Si telle image du passé fait retour et occupe nos pensées on peut toujours la repousser, se détourner, mais ilest fort à parier qu'elle reviendra encore et encore, jusqu'au moment où elle parviendra à se faire reconnaître : il est plus sage... [Lire la suite]
12 novembre 2015

JOURNAL - 12 nov - Exercices physiques

  J'aime beaucoup les exercives physiques, à la condition qu'ils libèrent et exaltent la puissance du corps, qu'ils intensifient la respiration, qu'ils détendent au sein de l'effort même. S'efforcer sans forcer, voilà ma devise. Ne pas brutaliser, ni contraindre, mais donner de l'ampleur, ouvrir, dilater, enthousiasmer. Ce que ne permet pas toujours la pratique du sport, trop centrée sur la performance, obnibulée par le succès. J'aimais bien le hand-ball que j'ai pratiqué assez longtemps, qui m'a donné de belles émotions, puis... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 novembre 2015

JOURNAL - 9 nov - incertitudes

  Je remarque, rétrospectivement, que dans ces pages j'ai très peu parlé de l'élément féminin. J'ai vécu pendant dix ans au contact de ma grand-mère plus que de ma mère, qui, après un ou deux ans, s'est absentée durablement pour travailler dans le commerce. Cette absence, après celle du père, mort avant ma naissance, a déterminé largement le climat affectif de mon enfance, à la fois très entourée - il y avait là outre mes grands-parents, une ribambelle d'oncles et de tantes, plus tard de cousins et cousines - et marquée d'un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
06 novembre 2015

JOURNAL 6 nov : désidéalisation

  Je m'aperçois qu'au fil de ces chroniques journalières je procède, sans l'avoir prémédité, à une sorte de désidéalisation universelle, et des personnages de mon enfance, et de moi-même au premier chef : je n'épargne rien ni personne, je montre les choses dans leur véracité. Si j'ai pu, un temps, conserver de la nostalgie, tenter de sauvegarder une image plaisante, je vois que le travail de l'écriture, impitoyablement, remet tout à plat, égalise les points de vue, restitue la complexité, structure la temporalité, aiguise le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 novembre 2015

JOURNAL 5 nov - De siècle en siècle

  Dans les années 1960 mes grands parents vivaient encore à la mode du siècle précédent, sans voiture, machine à laver ou télévision. Il n'y avait pas d'images, et pas de texte, rien que des pratiques, et le silence réfléchi d'une activité incessante. On ne parlait guère qu'aux repas, du moins pour les adultes, car les enfants étaient réduits à un silence poli, que toutefois je ne craignais pas d'enfreindre. J'étais plutôt polisson, curieux de tout, volontiers interrogateur. Mais j'obtenais peu de réponses. Il ne me restait qu'à... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 novembre 2015

JOURNAL - 4 nov : de la mort

  Chaque année qui commence je me dis que ce sera sans doute la dernière. Je vis en sursis, ce qui, en somme, est le lot commun de tous les mortels, leur définition. D'avoir si souvent fêté mon anniversaire ne m'a pas rendu plus sage, tout au plus un peu moins chatouilleux, moins colérique, moins pressé. Et d'avoir frôlé la mort, de très près, d'avoir entendu siffler à mes oreilles le chant funèbre d'Hadès, m'a convaincu, plus que tout, de l'inanité de nos désirs, de nos efforts et de nos espérances. Par un certain côté de mon... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,