20 mars 2019

Sur le DEFAUT de DIEU : Hölderlin

     "Il n'a besoin  ni d'armes ni de ruses    Avant que l'aide le défaut de Dieu". (Vocation de poète) En quoi le "défaut" de Dieu peut-il être une aide ? Défaut traduit Fehl, du verbe fehlen : échouer, manquer. On peut entendre le manque de Dieu, au sens subjectif : Dieu me manque - ou au sens objectif : manquement de Dieu, parce que Dieu s'est détourné. Hölderlin dira :" Lorsque Dieu détourna de l'homme son visage...". L'histoire de l'Occident c'est le détournement progressif du divin, que notre... [Lire la suite]

18 mars 2019

RIEN à TROUVER : éloge sophistique

  Je voudrais revenir sur ma formulation précédente : il n'y a rien à trouver. Elle se situe clairement dans le sillage des Sophistes, mais aussi de Démocrite et de Pyrrhon. Démocrite avait dit qu'il aimerait mieux trouver une relation causale certaine que d'être le roi des Perses. C'est que tout en cherchant une relation causale certaine il se découvre incapable d'en trouver. Et pourquoi cela ? Parce qu'il est impossible de savoir ce qu'est une chose en vérité, et partant ce que sont les relations entre les choses. "La vérité... [Lire la suite]
17 mars 2019

TRIPTIQUE DOMINICAL

  Parodiant le Triptique de Gorgias je pourrais dire :   Il n'y a rien à trouver Si même il y avait quelque chose à trouver on ne pourrait le connaître Si même on pouvait le connaître on ne pourrait le communiquer.   Voilà une belle pensée pour une vesprée dominicale !
Posté par GUY KARL à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 mars 2019

Du LANGAGE hors NATURE : les Sophistes

  Les Sophistes grecs, si mal nommés, si mal compris, avaient déjà fait une découverte majeure, dont aujourd'hui encore nous ne mesurons pas tous les effets : nomos s'oppose à phusis, nomos n'est pas contenu dans phusis. Entendons : la coutume, la règle, la loi (nomos) sont d'un autre ordre que les faits naturels (phusis). Platon voulait que la justice comme norme de la conduite individuelle s'inscrive dans la justice de la cité, qui elle même se rangerait à la justice du cosmos. Double inclusion. Aristote soutiendra que l'homme... [Lire la suite]
14 mars 2019

Du RAPPORT au LANGAGE

  La question me taraude depuis plusieurs jours, jusqu'à ce qu'enfin je parvienne à la formuler correctement - ce qui est la condition première de toute entreprise de pensée. A quoi se rapporte un sujet humain s'il est évident que pour vivre et penser il lui faille de toute nécessité se rapporter à quelque chose, ou à quelqu'un ? Celui qui prétendrait se couper radicalement de toute référence, ou qui se verrait isolé très longtemps, sombrerait dans la folie. Dans l'extrème solitude il faut encore un livre, ou l'image d'un homme... [Lire la suite]
13 mars 2019

CROQUIS de COLLIOURE : poèmes

                           CROQUIS de COLLIOURE                                         OUVERTURE                  En 1905 le destin réunit à Collioure plusieurs peintres célèbres qui, en quelques mois, réalisèrent une quarantaire de tableaux illuminés, célébrant l'exceptionnelle beauté du lieu. On les appela les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 mars 2019

UN BIEN IMPERISSABLE ? - Spinoza

  "Je résolus enfin de chercher s'il existait quelque objet qui fût un bien véritable, capable de se communiquer, et par quoi l'âme, renonçant à tout autre, pût être affectée uniquement, un bien dont la découverte et la possession eussent pour fruit une éternité de joie continue et souveraine".  C'est dans ces termes que Spinoza définit son projet philosophique, aprés avoir expérimenté la déception que procurent les supposés biens qui excitent ordinairement la convoitise, comme les plaisirs des sens, la richesse et la... [Lire la suite]
08 mars 2019

Du STATUT de la VERITE

  Dans la vanité de mes cinq ans je déclarais superbement que j'étais "le tout-savant" (je traduis alleswisser), à quoi l'adulte répondait par un haussement d'épaules. On ne discute pas avec un gamin qui s'y croit ! J'ai été frappé de lire la même suffisance enfantine dans la biographie de Sartre. Sans doute s'agit-il d'un trait assez répandu chez les enfants, enflure mégalomaniaque, ridicule et touchante. Plutôt qu'une élation narcissique j'y verrai un mécanisme de défense contre l'angoisse : l'enfant, écarté des affaires... [Lire la suite]
07 mars 2019

MIRAGES, MIROITEMENTS

  Ce qui constitue le statut propre de la phantasia telle que nous l'avons décrite plus haut c'est le miroitement : poikilesthai - ah ce verbe superbe de la langue grecque, il est à lui-même un miroitement ! Cela brille, cela scintille, cela fascine, trouble et séduit. C'est la folie de Narcisse, qui s'avance, éperdu, pour saisir une image, qu'il voit comme image de l'autre. La phantasia flotte dans cet entre-deux aérien où se perdent les repères de la perception sûre, où le sujet hésite, aspiré vers l'objet de désir, et... [Lire la suite]
06 mars 2019

MIRAGES du DESIR

  Quant au désir le discours ordinaire le pose comme mouvement d'appropriation : désir de biens, de richesse, de renommée, désir de l'autre. C'est la raison pour laquelle il est juste de signaler le danger qu'il comporte, lorsque l'esprit se laisse, par l'anticipation imaginative, séduire, capter, jusqu'à y perdre le bon sens. C'est l'action troublante de la "phantasia", qu'il est difficile de rendre en français, et qui pourrait se traduire approximativement par représentation, ou image phantasmatique. Le latin nous donne le mot... [Lire la suite]