17 août 2007

Philothérapie IV : narcissisme et sentiment cosmique

Romain Rolland avait écrit à Freud pour lui signaler que l'origine du sentiment religieux était à rechercher dans ce qu'il appelait "le sentiment océanique". Freud lui répondit qu'il ne comprenait pas ce qu'était le sentiment océanique, et qu'il n'en avait aucune expérience. Il était clair que pour Freud la religion s'enracine dans le complexe d'Oedipe - avec le rôle déterminant du Surmoi paternel - et non pas dans une effusion archaïque. On reconnaît là la répugnance fondamentale de Freud à aller chercher du côté de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 août 2007

Le PROJET PHILOTHERAPEUTIQUE

Que le lecteur me pardonne! Peut-être a-t-il l'impression d'un certain désordre dans la suite des articles, tantôt psychanalytiques, tantôt philosophiques ou poétiques, voir sociologiques ou planétiques. Ce n'est pas de la négligence, encore moins de la confusion. C'est l'esprit même de ma démarche qui commande une sorte de travail en spirale, empruntant à divers champs des réflexions apparemment disparates, mais pour moi parfaitement cohérentes et concordantes. Cela dit je n'ai pas le résultat en poche, ni en esprit. J'avance... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 14:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juillet 2007

Culpabilité

La culpabilité est certainement un des plus grands fléaux de la vie psychique, et par là un obstacle majeur au bonheur. Epicure l'avait bien compris qui expliquait qu'il ne fallait pas redouter les dieux puiqu'ils se tiennent quelque part dans les intermondes, oisifs, heureux et incorruptibles, bien trop occupés à goûter la sérénité pour avoir le moindre souci de nous. Et bien trop éloignés pour avoir vent de nos heurs et malheurs, comme de nos prières, aussi vaines que ridicules. Il ajoutait avec ironie que c'était bien prétentieux... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 19:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juillet 2007

Manque et désir

Il est de bon ton, depuis Platon (Le banquet : entretien entre Socrate et Diotime) de considérer le manque comme condition, source et vécu spécifique du désir. C'est ainsi que Platon définit la philosophie comme recherche de la sagesse, parce que la sagesse ferait défaut, ce qui la rendrait éminemment désirable. Je désire ce que n'ai pas, et comme je ne puis tout avoir, je suis désirant par une sorte de fatalité originelle. Cela me rappelle une chanson alsacienne de mon enfance : "de hans im Schnokeloch het alles was er will. Un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2007

Névrose et psychose

Avec Freud apparaît une césure nette entre les deux structures. La névrose serait révélatrice d'un conflit entre le conscient et l'inconscient (refoulement incomplet avec retour du refoulé) alors que la psychose serait l'expression d'un conflit entre le moi et la réalité, à laquelle le sujet substitue une néo-réalité délirante. En fait cela définit bien le délire, mais assez mal la psychose, si l'on admet que délire et psychose ne sont pas parfaitement superposables. La nouveauté révelée par les successeurs de Freud : on peut être... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 19:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2007

connaissances

Pour éclairer le lecteur et dissiper quelques malentendus je voudrais que l'on distingue bien les divers plans de connaissance. Lorsque Pyrrhon dit que ni les sens ni le jugement (la raison) ne peuvent nous faire savoir ce que sont les choses il se place à un point de vue radical : il ne fait pas le compte interminable de tous les objets soumis à notre perception (connaissance empirique) ni de tous les objets soumis à la connaissance rationnelle ( tels les objets mathématiques ou spéculatifs) pour conclure ensuite que la connaissance... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 18:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2007

Voyages philosophiques

Chers amis, si vous voulez voyager dans un esprit de lucidité et d'éveil philosophique je ne saurais trop vous recommander la lecture de clinamen le blog de Démocrite, en particulier l'admirable périple fait en terre saharienne, avec de superbes photos et des commentaires de haute volée! Bon voyage!!
Posté par GUY KARL à 11:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2007

Analyse de la HAINE

La haine : émotion très dommageable, et pour soi et pour autrui. En termes spinozistes, modèle de "passion triste" qui diminue la puissance d'exister. En termes bouddhiques : obstacle majeur à la délivrance. En termes freudiens : émotion pénible liée à l'expérience de l'être d'autrui comme négation de l'amour. Essayons aujourd'hui une démarche bouddhique. Donc il faut considérer quatre points : nature de la haine ; origine de la haine : cessation de la haine ; moyens de parvenir à la cessation de la haine (C'est la démarche... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juillet 2007

cahiers

cahiers    (Suite de l'Opéra de la mort et de l'amour) 8) cahier de jeanne L’enfant vit en moi Je ressens ses battements Il mange, il respire Il se nourrit de ma sève Il grandit de notre amour Si c’est un garçon Il sera comme son père Arbre tutélaire Ample racine, tronc droit Branches larges dans le ciel. 9) Cahier d’ Hellmuth Tant de compagnons Sont tombés autour de moi Je pleure de froides larmes Et parfois je rêve De mon... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juillet 2007

Lettres (suite de l'Opéra, fin du livre II)

LETTRES 1)      Hellmuth à son fils Transpercé de balles Je sais que je vais mourir Et si jeune, hélas Perdre la femme que j’aime Et l’enfant de notre amour ! Je ne verrai pas Cet enfant que j’ai conçu Je ne verrai pas Le vif éclat de ses yeux Buvant  la fraîcheur du monde. Qui serai-je donc Pour toi mon fils à venir Je te laisse un nom Et en guise d’héritage L’amour par delà la mort. 2) Jeanne à... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]